English
 
Groupe de Montauban
Étiquette stratigraphique : [mpro]mt
Symbole cartographique : mPmt

Première publication:  
Dernière modification:

 

 

 

 

Subdivision(s) informelle(s)
La numérotation ne reflète pas nécessairement la position stratigraphique.
 
mPmt5 Amphibolite, tuf à lapillis
mPmt4 Quartzite 
mPmt3 Métapélite, boudins d’amphibolite et de roche calco-silicatée
mPmt2 Paragneiss mésocrate, localement migmatitique
mPmt1 Paragneiss pyriteux, quartzite, amphibolite, pegmatite
 
Auteur :Bancroft, 1916; Rondot, 1978
Âge :Mésoprotérozoïque
Coupe type : 
Région type :Haut-Saint-Maurice
Province géologique :Province de Grenville
Subdivision géologique :Allochtone
Lithologie :Roches métasédimentaires associées à des roches métavolcaniques
Type :Lithostratigraphique
Rang :Groupe
Statut :Formel
Usage :Actif

 

 

Unité(s) apparentée(s)

Aucune

 

 

Historique

La région de Montauban a tout d’abord été étudiée par Bancroft (1916). Par la suite, les roches de ce secteur ont été assignées à la Série de Grenville lors de la cartographie de la région de Montauban-les-Mines (Smith, 1956). Le terme Groupe de Montauban a été introduit par Rondot (1978) pour décrire les roches formant une série métasédimentaire associée à des roches métavolcaniques. Pyke (1967) a démontré l’origine volcanique (basalte en coussins) de la partie mafique de ces roches en se basant aussi sur leur géochimie. Une étude de la minéralisation en Pb-Zn associée aux unités calco-silicatées et aux gneiss à cordiérite a été effectuée par St. Seymour (1984) afin de démontrer que la minéralisation de la mine de Montauban est de type sulfures massifs exhalatifs recristallisés. Rondot (1978) a séparé ce groupe en quatre unités : 1) les gneiss à biotite; 2) les quartzites; 3) les amphibolites et métabasaltes ainsi que les gneiss à carbonates; et 4) les roches calco-silicatées et les gneiss à cordiérite (hôtes de la minéralisation en Pb-Zn). Morin (1984, 1985) a identifié une cinquième unité pour les roches à cordiérite-anthophyllite ainsi que les gneiss à sillimanite. Lors de travaux de terrain, Hébert et Nadeau (1995) ont révisé les cinq unités. Une sixième unité a été ajoutée par Perreault (1992) pour décrire des roches quarzto-feldspathiques migmatitisées dans le feuillet SNRC 31P16. En 2009, Nadeau et al. ont réalisé une carte de compilation géologique de la région de Portneuf-Saint-Maurice. Seulement cinq des six unités ont été retenues, quelques-unes ont été modifiées et l’ordre a été inversé. Selon Sappin (2012), les roches métavolcaniques du Groupe de Montauban ont préservé une histoire éruptive complexe. Les faciès proximaux (tuf à lapillis, basalte vésiculaire, basalte coussiné), distaux (cendre volcanique felsique à intermédiaire), ainsi que les roches sédimentaires épiclastiques et polymictes, sont tous reliés (Nadeau et al., 1999).

D’un point de vue géodynamique, les roches métavolcaniques du Groupe de Montauban ont été déposées dans un environnement sous-marin de faible profondeur durant le stade final d’un volcanisme bimodal (felsique à mafique) compatible avec un environnement d’arc volcanique mature ou de bassin arrière-arc (Nadeau et al., 1999). Les roches volcaniques métamorphisées et les gneiss du Groupe de Montauban montrent une signature géochimique (spectres de terres rares normalisés aux chondrites; spectres multi-éléments normalisés aux basaltes de ride océanique; diagrammes de discrimination TiO2-Zr, Ti-Zr-Y et Nb-Y; rapports Zr/Y) compatible avec cette interprétation (MacLean et al., 1982; Bernier et MacLean, 1993; Gautier, 1993). Par contre, la prédominance de roches métasédimentaires et métavolcaniques de composition intermédiaire à felsique, ainsi que la rareté des roches de composition fortement bimodale, pointe plus vers un contexte d’île en arc que de bassin arrière-arc (Corrigan et van Breemen, 1997).

 

Description

Les roches du Groupe de Montauban sont composées de gneiss quartzofeldspathique, de quantités mineures de quartzite, ainsi que de rares niveaux de marbre et de roches calco-silicatées. Cet ensemble métasédimentaire est associé à des roches métavolcaniques incluant des métabasaltes coussinés d’affinité tholéiitique, ainsi qu’à des métatufs à lapillis (MacLean et al. 1982; Nadeau et al., 1999).

 

Groupe de Montauban 1 (mPmt1) : Paragneiss pyriteux, quartzite, amphibolite et pegmatite

Le faciès de paragneiss pyriteux est à grain fin à moyen, siliciclastique, rouillé et se compose de 10 à 25 % de biotite, de muscovite, de grenat et de sillimanite ± graphite. Dans ce paragneiss, la biotite est de teinte brunâtre et se trouve entremêlée avec la muscovite et la sillimanite de forme fibreuse, donnant à la roche une structure lépidoblastique. Localement, la sillimanite peut atteindre 60 % de la roche et se concentre dans des lits d’épaisseur centimétrique. La muscovite (jusqu’à 3 %) est observée à l’intérieur des amas de sillimanite et de biotite en association avec le quartz. Ce dernier suit également l’orientation de la sillimanite et des micas. Observé localement, le plagioclase forme de petits cristaux et présente une structure en mortier. L’unité contient des enclaves de paragneiss et quelques niveaux d’épaisseur métrique de quartzite. Par  endroits, elle est fortement coupée par une pegmatite alumineuse à sillimanite, grenat et muscovite. Localement, la pegmatite se présente en injections de taille métrique généralement concordantes et cisaillées.

Groupe de Montauban 2 (mPmt2) : Paragneiss mésocrate localement migmatitique

Cette unité est formée de paragneiss mésocrate à grain fin à moyen, de teinte grise, qui présente localement une structure migmatitique à rubanée. Elle forme également des niveaux dans les autres unités du Groupe de Montauban. Le paragneiss est localement rubané et contient de 10 à 25 % de minéraux mafiques tels que la hornblende et la biotite. La roche présente une structure finement grenue et se caractérise par l’alternance de lamines riches en hornblende verte, en biotite, en quartz (extinction ondulante) ou en plagioclase. Des cristaux de cordiérite sont observés à plusieurs endroits. Cette dernière représente un assemblage typique du faciès de haut grade, mais forme moins de 1 % de la roche et ne dépasse pas la taille de 0,5 mm. En plus des sulfuress (pyrite), le paragneiss contient également de la sillimanite, du zircon, de l’allanite, de l’épidote, de la titanite et du feldspath potassique (± séricitisé).

Groupe de Montauban 3 (mPmt3) : Métapélite, boudins d’amphibolite et de roche calco-silicatée

Cette unité est constituée de métapélite à porphyroblastes de grenat, à grain fin à moyen, de couleur gris clair et localement rubanée (échelle centimétrique). Elle contient de 10 à 25 % de biotite et de grenat ± sillimanite. La roche est foliée et généralement migmatitique. Les porphyroblastes de grenat forment 15 % de la roche et sont idiomorphes, de teinte rougeâtre et violacés en présence de la sillimanite. 

Groupe de Montauban 4 (mPmt4) : Quartzite

Cette unité est moins représentée dans la région du lac Borgia. Elle est constituée de quartzite, ainsi que de niveaux d’amphibolite et de tuf appartenant à l’unité mPmt5. Le quartzite est impur, de teinte gris clair et montre une structure granoblastique à vitreuse. Il contient des porphyroblastes de grenat (1 à 2 mm), du plagioclase (3 mm) et de la biotite en traces.

 

Groupe de Montauban 5 (mPromt5) : Amphibolite, tuf à lapillis

Cette unité est composée d’amphibolite granoblastique d’origine volcanique (basalte), de tuf à lapillis, en plus de former des boudins dans les autres unités du Groupe de Montauban. L’amphibolite présente une patine de teinte rouille associée à la présence de traces de sulfures de fer. La roche est à grain fin, généralement homogène et présente localement un rubanement centimétrique prononcé. Ce dernier est marqué par une diminution graduelle de l’ordre de 20 % des minéraux mafiques dans les niveaux métriques d’amphibolite. Celle-ci possède une structure granoblastique et contient de l’amphibole, de la biotite, du plagioclase en petits cristaux polygonaux, du clinopyroxène maclé (aegérine), des traces d’épidote et, localement, des porphyroblastes de grenat. L’amphibolite est aussi caratérisée par des faciès à hornblende seule, à hornblende-grenat porphyroblastique, ainsi qu’à hornblende-clinopyroxène. Des métabasaltes en coussins ont été identifiés à 1 km à l’ouest de l’ancienne mine de Montauban (Pyke, 1967; Bernier, 1992). Le tuf à lapillis est de composition intermédiaire (andésite) et contient du plagioclase calcique et du clinopyroxène. Dans le tuf, quelques plagioclases sont altérés et d’autres présentent des bordures arrondies. Le plagioclase est courammententouré par la biotite et le clinopyroxène (<2 mm), formant ainsi des nodules épars dans la roche. Ces nodules sont séparés par de petits grains de quartz polygonal et à extinction ondulante. Plusieurs cristaux de plagioclase contiennent des micro-inclusions grisâtres, possiblement de quartz. Il pourrait s’agir d’un remplissage de micro-vésicules formées dans une roche d’origine volcanoclastique. Des quantités variables de paragneiss à biotite, de gneiss quartzofeldspathique et de grenatitite sont associées à cette unité. Des niveaux felsiques à intermédiaires à quartz, plagioclase et biotite sont également observés. De petits cristaux de biotite sont associés au quartz et au plagioclase, lesquels sont concentrés dans des niveaux millimétriques. Le tout est orienté parallèlement à la fabrique planaire de l’unité. 

 

Du point de vue géochimique, les roches échantillonnées lors de la campagne de cartographie de 2017 (Moukhsil et Côté, 2018) ont retourné des teneurs en SiO2 de 53,92 à 71,05 %. Le diagramme géochimique de Nesbitt (2003) semble indiquer que la source des paragneiss des groupes de Montauban 1, 2 et 5 est de composition granitique à tonalitique. Dans le même diagramme, quelques échantillons principalement localisés dans les sous-unités 1 et 2 du paragneiss se rapprochent du pôle de la muscovite et de l’illite, ce qui pourrait refléter un phénomène d’altération précoce. Pour les roches volcaniques, les diagrammes d’éléments en traces normalisés au manteau primitif et de discrimination d’environnement tectonique des basaltes indiquent une mise en place dans un environnement de ride médio-océanique. Les roches échantillonnées lors de l’été 2017 correspondent au même environnement tectonique de mise en place que celles du Complexe de Wabash; par contre, elles diffèrent de celles échantillonnées dans la même unité par MacLean et al. (1982).

 

 

 

Épaisseur et distribution

Les unités du Groupe de Montauban sont surtout connues par leur assemblage de métavolcanites, incluant des basaltes amphibolités et coussinés d’affinité tholéitique, qui présentent une épaisseur plus importante au nord de la ville de Trois-Rivières. Au nord de cette région, cependant, ces assemblages sont plus difficiles à identifier car plus amincis et démembrés dans les roches encaissantes.

Datation

Un tuf à lapillis a été daté à 1,45 Ga (Nadeau et van Breemen, 1994).

Système isotopiqueMinéralÂge de cristallisation (Ma)(+)(-)Référence(s)
U-PbZircon1450Nadeau et van Breemen, 1994

 

Relation(s) stratigraphique(s)

Le Groupe de Montauban est coupé par les roches du Complexe de la Bostonnais. Il forme également des boudins démembrés dans celui-ci et dans les roches intrusives environnantes.

Paléontologie

Ne s’applique pas.

Références

Auteur(s)TitreAnnée de publicationHyperlien (EXAMINE ou Autre)
MOUKHSIL, A. – CÔTÉ, G.Géologie de la région du lac Borgia, Province de Grenville, nord de La Tuque, régions de la Mauricie et du Saguenay – Lac-Saint-Jean, Québec, Canada. Ministère de l’Énergie et des Ressources naturelles, Québec.2018Bulletin géologiQUE
BANCROFT, J.A.Rapport sur les gisements de cuivre des Cantons-de-l’Est de la province de Québec. Service des Mines, Ministère de la Colonisation, des Mines et des Pêcheries, Québec. AP 1916-01, 267 pages, 1 carte à l’échelle 1/50 000.1916AP-1916-01
BERNIER, L.R.Caractérisation géologique, lithogéochimique et pétrologique des gîtes polymétalliques de Montauban et de Dussault. Ministère de l’Énergie et des Ressources naturelles, Québec, 31 pages.1992DV-92-03
BERNIER, L.R. – MACLEAN, W.H.Lithogeochemistry of a metamorphosed VMS alteration at Montauban, Quebec. Canadian institude of mining, metallurgy and Petroleum, volume 2, no. 4, pages 367-386.1993Source
CORRIGAN, D. – VAN BREEMEN, O.U-Pb age constraints for lithotectonic evolution of the Grenville Province along the Mauricie transect, Québec. Canadian Journal of Earth Science, volume 34, pages 299-316.1997
GAUTHIER, E.Géochimie et pétrologie du complexe de la Bostonnais et du gabbro du Lac Lapeyrère. Thèse de Maîtrise, Université Laval, Québec.
 
1993
NADEAU, L. – VAN BREEMEN, O.Do the 1.45 – 1.39 Ga Montauban Group and the La Bostonnais complex constitute a Grenvillian accreted terrane? In Waterloo ’94. Geological Association of Canada – Mineralogical Association of Canada, Program with Abstracts, 19: A81.1994
PYKE, D.R.Geology of the Montauban Area. Thèse de doctorat, Université McGill, Montréal, 274 pages.1967Source
SMITH, J.R.La région de Montauban-les-Mines. Ministère des Mines, Québec, Rapport géologique 65, 43 pages.1956RG 065
RONDOT, J.Géologie de la Région du Saint-Maurice. Ministère de l’Énergie et des Ressources, Québec, 85 pages.1978DPV-594
MACLEAN, W.H. – ST-SEYMOUR, K. – PRABHU, M.K.Lithogeochemistry of a metamorphosed VMS alteration at Montauban, Quebec. Canadian institude of mining, metallurgy and Petroleum, volume 2, no. 4, pages 367-386.1982Source
MORIN, G.Géologie de la région de Montauban. Mémoire de Maîtrise, Université du Québec à Montréal, 142 pages.1985
MORIN, G.Métallogénie de la région de Montauban. Ministère de l’Énergie et des Ressources, 21 pages, 1 carte.1984ET 83-14
HÉBERT, C. – NADEAU, L.Géologie de la région de Talbot (Portneuf). Ministère des Ressources naturelles, Commission géologique du Canada, 16 pages, 1 carte 1/50 000.1995ET 95-01
PERREAULT, S.Géologie du Grand lac Bostonnais. Ministère des Ressources naturelles et de la Faune, 1 carte à l’échelle 1/50 000.1992CG SIGEOM31P
MACLEAN, W.H. – ST-SEYMOUR, K. – PRABHU, M.K.Sr, Y, Zr, Ti and REE in Grenville amphibolites at Montauban-les-Mines, Quebec. Canadian Journal of Earth Science, volume 19, pages 633-644.1981Source
NADEAU, L. – BROUILLETTE, P. – HÉBERT, C.New observations on relict volcanic features in medium-grade gneiss of the Montauban group, Grenville Province, Québec. Commission géologique de Canada, Current Research 1999-E, pages 149-160.1999Source
SAPPIN, A.-A.Pétrologie et métallogénie d’indices de Ni-Cu-éléments du groupe du platine du domaine de Portneuf-Mauricie, Québec (Canada). Thèse de Doctorat, Université Laval, 618 pages.2012
ST-SEYMOUR, K. – MACLEAN, W.H.Metamorphosed volcanogenic ores at Montauban, Grenville Province, Quebec. Canadian Mineralogist, volume 22, pages 595-604.1984

 

 

12 février 2018