English
 
Granite de Catherine
Étiquette stratigraphique : [mpro]cat
Symbole cartographique : mPcat

Première publication:  
Dernière modification:

 

 

Subdivision(s) informelle(s)
La numérotation ne reflète pas nécessairement la position stratigraphique.
Aucune
 
Auteur :Perreault, 1992
Âge :Précambrien / Protérozoïque / Mésoprotérozoïque
Coupe type :Affleurement de mangérite 17-AM-107
Région type :Haut-Saint-Maurice
Province géologique :Province de Grenville
Subdivision géologique :Allochtone
Lithologie :Roches intrusives felsiques à intermédiaires
Type d’unité :Lithodémique
Rang :Lithodème
Statut :Formel
Usage :Actif

 

Unité(s) apparentée(s)

 

 

Historique

Le Granite de Catherine est une intrusion kilométrique localisée au centre-ouest de la région du lac Borgia, décrit par Perreault (1992) dans le sud du feuillet SNRC 31P16 et par Nadeau et al. (1997) dans le nord du feuillet 31P09 . Ce granite a été réinterprété et redéfini à la suite des observations réalisées par Moukhsil et Côté (2018).

 

Description

 

 

 

 

 

Le Granite de Catherine est constitué de syénogranite, de monzonite avec (mangérite) ou sans orthopyroxène, et de monzodiorite quartzifère. Toutes ces lithologies sont à grain moyen à grossier, magnétiques, foliées et localement porphyriques en feldspath potassique. Le syénogranite contient du feldspath potassique, du plagioclase et de grandes plages de quartz. Les minéraux ferromagnésiens sont représentés par la hornblende, la biotite et l’orthopyroxène en traces, alors que le zircon et l’apatite (petites inclusions dans la biotite) forment des minéraux accessoires. La monzonite quartzifère et la mangérite présentent du plagioclase et du feldspath potassique séricitisés, des myrmékites, le tout accompagné de minéraux ferromagnésiens (orthopyroxène, hornblende et biotite). Comme dans le syénogranite, le quartz forme de grandes plages, indiquant un faible taux de déformation. La monzodiorite quartzifère a une structure submagmatique et se compose de phénocristaux de plagioclase séricitisé, de biotite, d’hornblende et de traces de zircon et de grenat. Des dykes d’épaisseur centimétrique de pegmatite de composition granitique, localement à structure graphique, coupent le Granite de Catherine.

 

D’un point de vue géochimique, les roches du Granite de Catherine sont de composition intermédiaire à felsique avec des teneurs en SiO2 variant de 58,46 à 74,58 %. Cette intrusion, qui est d’affinité « calco-alcaline » à « calco-alcaline riche en potassium » (Peccerillo et Taylor, 1976), chevauche le champs des granites d’arc volcanique et celui des granites intraplaques (Pearce et al., 1984).

 

 

Épaisseur et distribution

Le Granite de Catherine est situé dans le sud du feuillet SNRC 31P16 et se prolonge dans le nord du feuillet 31P09.

Datation

Aucune.

Relation(s) stratigraphique(s)

Le Granite de Catherine est injecté par la Suite d’Étoile et s’injecte dans le Complexe de La Bostonnais. Des dykes centimétriques de pegmatite coupent le Granite de Catherine.

Paléontologie

Ne s’applique pas.

Références

Auteur(s)TitreAnnée de publicationHyperlien (EXAMINE ou Autre)
NADEAU, L. – BROUILLETTE, P. – LÉVESQUE, S. – GAUTHIER, E. – CORRIGAN, D.Géologie du Lac-Édouard, Ministère de l’Énergie et des Ressources naturelles, 1 carte à l’échelle 1/50 000.1997CG SIGEOM31P
PERREAULT, S.Géologie du Grand lac Bostonnais, Ministère des Ressources naturelles et de la Faune, 1 carte à l’échelle 1/50 000.2015CG SIGEOM31P
MOUKHSIL, A. – CÔTÉ, G.Géologie de la région du lac Borgia, Province de Grenville, nord de La Tuque, régions de la Mauricie et du Saguenay – Lac-Saint-Jean, Québec, Canada.2018Bulletin géologiQUE
PEARCE, J.A. – HARRIS, B.W. – TINDLE, A.G.Trace element discrimination diagram for tectonic interpretation of granitic rocks. Journal of Petrology; volume 25, pages 956-983.1984Source
PECCERILLO, A. – TAYLOR, S.R.Geochemistry of Eocene calc-alkaline volcanic rocks from the Kastamonu area, Northern Turkey. Contributions to Mineralogy and Petrology; volume 58, pages 63-81.1976

 

 

16 février 2018