English
 
Complexe du Parc des Laurentides
Étiquette stratigraphique : [mpro]cpl
Symbole cartographique : mPcpl

Première publication:  
Dernière modification:

 

 

Subdivision(s) informelle(s)
La numérotation ne reflète pas nécessairement la position stratigraphique.
 
mPcpl5 Monzonite quartzifère
mPcpl4 Orthogneiss granitique, boudins d’amphibolite
mPcpl3 Orthogneiss charnockitique
mPcpl2 Leucogranite, monzogranite, syénogranite
mPcpl1 Gneiss granitique métatexitique
 
Auteur : Rondot, 1978, 1979
Âge : Mésoprotérozoïque
Coupe type : Région de Charlevoix (feuillet SNRC 21M15)
Région type : Haut-Saint-Maurice
Province géologique : Province de Grenville
Subdivision géologique : Allochtone
Lithologie : Roches intrusives intermédiaires à felsiques, gneiss
Type : Lithodémique
Rang : Complexe
Statut : Formel
Usage : Actif

 

Unité(s) apparentée(s)

Aucune

 

Historique

Rondot et Marleau (1977) et Rondot (1978 et 1979) ont utilisé le terme « Complexe du Parc des Laurentides » lors de la cartographie de la région de Charlevoix. Ils l’ont défini pour distinguer « une suite de roches charnockitiques gneissiques, hétérogènes, massives, intrusives et dont la composition varie de charnockitique sensu stricto à jotunite » (Rondot, 1989). Hébert et Nadeau (1995), dont provient cet historique, ont redéfini ce complexe lors de l’étude de la région de Talbot (feuillet SNRC 31P01) et recommandent l’usage du terme « Complexe du Parc des Laurentides » avec l’étiquette stratigraphique ([Ird]) pour désigner «l’ensemble des roches métaplutoniques de composition granitique (sensu lato), à haut degré métamorphique, dont la mise en place a précédé l’orogenèse grenvillienne (ca. 1160-980, comme définie dans Rivers et al., 1989) ». Pour Hébert et Nadeau (1995), ce complexe contient trois unités : 1) Irda : orthogneiss charnockitique; 2) Irdb : gneiss alaskitique; et 3) Irdc : gneiss granitique. Suite aux travaux de cartographie de Nadeau et al. (1997) dans le feuillet 31P09, l’étiquette stratigraphique du complexe est passée de Ird à cpl, et le nombre de sous-unités de trois à quatre (mPcpl1, mPcpl2, mPcpl4 et mPcpl5). Hébert et Bellemare (2007), lors de l’étude de la région de la rivière Tourilli (feuillet 21M04) et d’une partie de la région du lac Batiscan (feuillet 21M05), ont utilisé ces mêmes étiquettes. Dans leur cas, l’unité mPcpl1 correspond à un orthogneiss granitique et monzonitique, tandis que le Pluton de Tourilli (monzogranite et syénogranite, feuillets 21M04 et 21M05) constitue l’unité mPcpl2, dont l’âge est 1344,3 ±3,4 Ma (U-Pb sur zircon, David et al., 2009). Nadeau et al. (2009), lors de la réalisation d’une carte de compilation de la géologie de la région Portneuf – Saint-Maurice, ont identifié cinq sous-unités dans ce complexe et ont repris l’étiquette Ird. Lors des travaux de cartographie au nord de La Tuque (lac Borgia), Moukhsil et Côté (2018) ont plutôt opté pour la nomenclature avec les étiquettes stratigraphiques mPcpl1 à mPcpl5, tout en redéfinissant celles-ci selon les descriptions pétrographiques historiques.

 

 

Description

Les roches du Complexe du Parc des Laurentides constituent le socle dans le secteur à l’ouest du feuillet SNRC 31P et à l’est du feuillet SNRC 22M.

 

Les roches intrusives gneissiques du Complexe du Parc des Laurentides affichent des teneurs en SiO2 variant de 56 à 77 %. Elles sont principalement métalumineuses à peralumineuses (Maniar et Piccoli, 1989) et s’apparentent aux granitoïdes de type I (type ignée, Chappell et White, 1974). Les analyses chevauchent le champ des granites d’arc volcanique et celui des granites intraplaques (Pearce et al., 1984).

 

 

Complexe du Parc des Laurentides 1 (mPcpl1) : Gneiss granitique métatexitique

Cette unité est la plus abondante du complexe en terme de superficie. La structure de celle-ci varie de fortement foliée (avec des vestiges de phénocristaux de feldspath aplatis) à une roche nettement gneissique. En surface altérée, la patine est généralement de couleur rosée. En surface fraîche, la roche est de teinte gris clair à verdâtre. Localement, le faciès folié montre une alternance de bandes rosées et grisâtres en surface altérée. En surface fraîche, ce rubanement est plus difficile à discerner et la roche est principalement rose verdâtre à gris verdâtre. Certains niveaux d’orthogneiss sont hétérogènes et migmatitiques. En lame mince, les mésoperthites sont omniprésentes, la texture est granoblastique, le quartz forme des agrégats allongés selon la gneissosité et l’hypersthène est rétrogradé en hornblende et en biotite. Le gneiss granitique a été daté à 1391 ±11 Ma (David et al., 2009).

Complexe du Parc des Laurentides 2 (mPcpl2) : Leucogranite, monzogranite et syénogranite

Cette unité est composée de leucogranite, de monzogranite et de syénogranite (Pluton de Tourilli). Le leucogranite est reconnu dans les feuillets SNRC 31P01, 31P08 et 31P09. Sa patine est de couleur chamois et sa cassure fraîche de teinte rosée. Il est à grain fin, folié, à structure granoblastique et contient de la biotite et de la magnétite. Le Pluton de Tourilli a été observé dans les feuillets 21M04 et 21M05 (Hébert et Nadeau, 1995); le monzogranite se trouve surtout en sa bordure. Il s’agit d’une roche oeillée, porphyrique, à feldspath parfois rapakivi, de couleur rosée à rose rouille. En lame mince, la structure est granoblastique, l’orthose est perthitique, le plagioclase rarement antiperthitique, tandis que quelques mésoperthites et myrmékites sont observées. L’orthopyroxène est presque toujours rétrogradé en hornblende et en biotite. Le syénogranite est porphyrique, massif à légèrement folié et de teinte rose orangé. Les gros cristaux d’orthose perthitique possèdent une structure en mortier et le quartz est engrené. La biotite est rare et le grenat en traces.

Complexe du Parc des Laurentides 3 (mPcpl3) : Orthogneiss charnockitique

L’orthogneiss charnockitique est à grain moyen, à patine chamois à brun cassonade, verdâtre en cassure fraîche, et contient moins de 10 % de minéraux mafiques constitués de clinopyroxène, d’orthopyroxène, de biotite et de hornblende. Cette roche est foliée et migmatitique.

Complexe du Parc des Laurentides 4 (mPcpl4) : Orthogneiss granitique et boudins d’amphibolite

L’orthogneiss granitique est à grain moyen, à structure oeillée ou en trainée, à patine et cassure fraîche de couleur gris rosé, en partie migmatitique. Il contient de 10 à 15 % de biotite ± hornblende ± grenat et renferme des boudins d’amphibolite de taille centimétrique, des dykes de granite à grain fin (aplitique) et quelques écrans de paragneiss.

Complexe du Parc des Laurentides 5 (mPcpl5) : Monzonite quartzifère

La monzonite quartzifère est foliée, à grain moyen, généralement porphyroïde ou oeillée et à patine et cassure fraîche de couleur brunâtre. Elle contient de 15 à 20 % de biotite et d’hornblende. Elle est coupé par des dykes de granite à grain fin.

 

Épaisseur et distribution

Le Complexe du Parc des Laurentides s’étend du nord-ouest de la Ville de Québec (feuillet SNRC 21M04) jusqu’au secteur du lac Édouard (feuillet SNRC 31P09).

Datation

Système isotopique Minéral Âge de cristallisation (Ma) (+) (-) Référence(s)
U-Pb Zircon 1391 11 11 David et al, 2009
U-Pb Zircon 1344,3 3,4 3,4 David et al, 2009

Relation(s) stratigraphique(s)

Le Complexe du Parc des Laurentides forme le socle de cette région. Il contient des dykes de composition mafique, des lambeaux tectoniques de marbre et est injecté par la Suite de Rivière-à-Pierre.

Paléontologie

Ne s’applique pas.

Références

Auteur(s) Titre Année de publication Hyperlien (EXAMINE ou Autre)
CHAPPELL, B.W. – WHITE, A.J.R. Two contrasting granite types. Pacific Geology, volume 8, pages 173-174. 1974
HÉBERT, C. – NADEAU, L. Géologie de la région de Talbot (Portneuf). Ministère des Ressources naturelles, Commission géologique du Canada, 16 pages, 1 carte 1/50 000. 1995 ET 95-01
DAVID, J. – MOUKHSIL, A. – CLARK,T. – HÉBERT, C. – NANTEL, S. – DION, C. – SAPPIN, A. A. Datation U-Pb effectuées dans les provinces de Grenville et de Churchill en 2007. Ministère de l’Énergie et des Ressources naturelles, Québec, 32 pages. 2009 RP 2009-03
MANIAR, P.D. – PICCOLI, P.M. Tectonic discrimination of granitoids. Geological Society of America Bulletin; volume 101, pages 635-643. 1989 Source
HÉBERT, C. – BELLEMARE, Y. Géologie de la région de la rivière Tourilli (21M04) et d’une partie de la région du lac Batiscan (31M05). Ministère de l’Énergie et des Ressources naturelles, Québec.  2007 RP 2007-02
MOUKHSIL, A. – CÔTÉ, G. Géologie de la région du lac Borgia, Province de Grenville, nord de La Tuque, régions de la Mauricie et du Saguenay – Lac-Saint-Jean, Québec, Canada. Ministère de l’Énergie et des Ressources naturelles, Québec. 2018 Bulletin géologiQUE
PEARCE, J.A. – HARRIS, B.W. – TINDLE, A.G. Trace element discrimination diagram for tectonic interpretation of granitic rocks. Journal of Petrology; volume 25, pages 956-983. 1984
RONDOT, J. Région du Saint-Maurice. Ministère de l’Énergie et des Ressources naturelles, Québec. 91 pages, 2 plans. 1978 DPV 594
RONDOT, J.

Reconnaissance géologique dans Charlevoix-Saguenay. Ministère de l’Énergie et des Ressources naturelles, Québec. 51 pages,  2 plans.

1979 DPV 682
RONDOT, J. – MARLEAU, R. La Silice de Charlevoix. Bulletin CIM, 70, pages 105-115. 1977 Source
RONDOT, J. Géologie de Charlevoix. Ministère de l’Énergie et des Ressources naturelles, Québec, 606 pages, 19 plans. 1989 MB 89-21
PERREAULT, S. Géologie – Grand lac Bostonnais. Ministère de l’Énergie et des Ressources naturelles, 1 carte à l’échelle 1/50 000. 1992 CG SIGEOM31P
NADEAU, L. – BROUILLETTE, P. – LÉVESQUE, S. – GAUTHIER, E. – CORRIGAN, D. Géologie du Lac-Édouard. Ministère de l’Énergie et des Ressources naturelles, 1 carte à l’échelle 1/50 000. 1997 CG SIGEOM31P

 

 

9 février 2018