Complexe du Grand Lac Victoria
Étiquette stratigraphique : [arch]glv
Symbole cartographique : Aglv

Première publication :  
Dernière modification :

 

 

Subdivision(s) informelle(s)
La numérotation ne reflète pas nécessairement la position stratigraphique.
 
Aglv27 Formation de fer silicatée, oxydée, sulfurée, et carbonatée, chert et grenatite
Aglv26 Quartzite
Aglv25 Amphibolite (origine volcanique)
Aglv24 Albitite
Aglv23 Gneiss, gneiss à hornblende, amphibolite, aplite
Aglv22 Gneiss, gneiss à hornblende ou à hornblende et à grenat et pegmatite
Aglv21 Gneiss à biotite et à grenat et pegmatite
Aglv20 Inexistante
Aglv19 Andésite amphibolitisée
Aglv18 Gneiss à hypersthène, augite et amphibole et métagabbro avec quelques horizons de roches intrusives ultrabasiques
Aglv17 Mylonite, brèche et gneiss œillés
Aglv16 Inexistante
Aglv15 Diorite quartzifère et pegmatite métamorphisées
Aglv14 Gneiss mixtes à hypersthène ou à hypersthène et grenat et gneiss à grain moyen avec de nombreuses couches riches en minéraux ferromagnésiens
Aglv13 Gneiss et granulite à hypersthène, gneiss à pyroxène et plagioclase
Aglv12 Gneiss et granulites non subdivisés
Aglv11 Diorite, diorite quartzifère, monzodiorite, monzodiorite quartzifère, mangérite et amphibolite
Aglv10 Roche ultramafique
Aglv9 Gabbronorite et gabbro
Aglv8 Gneiss intermédiaire à biotite, hornblende, clinopyroxène et grenat
Aglv7 Tonalite, gneiss tonalitique, granodiorite et granite
Aglv6 Diatexite dérivant d’un paragneiss
Aglv5 Amphibolite verdâtre
Aglv4 Gneiss granitique
Aglv3 Gneiss quartzofeldspathique, parfois à grenat
Aglv2 Granulite
Aglv1 Paragneiss, paragneiss migmatitique, migmatite et granite d’anatexie
 
Auteur :Rive, 1990
Âge :Archéen
Stratotype :Aucun
Région type :Feuillets SNRC 31N, 32C et 32B04
Province géologique :Province de Grenville
Subdivision géologique :Parautochtone
Lithologie :Paragneiss, paragneiss migmatitique, migmatite, amphibolites (volcanites), roches intrusives felsiques, intermédiaires, mafiques et ultramafiques
Type :Lithodémique
Rang :Complexe
Statut :Formel
Usage :Actif

 

 

 

Unité(s) apparentée(s)
 
Aucune
 

 

 

 

Historique

Ce complexe a été nommé par Rive (1990) lors de ses travaux de terrain et de compilation dans la Sous-province du Pontiac. Dans la région de Press-Clova, Girard et al. (1993) ont assigné les roches équivalentes à celles de ce complexe au Terrane du Lac Témiscamingue de la Sous-province du Pontiac. La plupart des unités de ce complexe, de Aglv1 à Aglv26, ont été créées lors de la compilation de la carte géologique du feuillet SNRC 31N (MRNF, 2010). Partant de ces travaux, les géologues compilateurs de la carte géologique du Québec (Thériault et Beauséjour, 2012), en collaboration avec les géologues responsables de chaque province géologique, ont prolongé ce complexe vers l’est dans le Parautochtone. Moukhsil et al. (2016) ont ajouté l’unité Aglv27 lors de la cartographie de la région de Clova.

Description

Complexe du Grand Lac Victoria 1 (Aglv1) : Paragneiss, paragneiss migmatitique, migmatite et granite d’anatexie

Cette sous-unité est composée de paragneiss brunâtre à grisâtre de couleur rouille (oxydation de la biotite et de sulfures de taille millimétrique), de paragneiss migmatitisé, de paragneiss dérivé de wacke, de migmatite d’origine sédimentaire et de quantités mineures de granite et de granite d’anatexie. Le paragneiss brunâtre contient du quartz, du plagioclase, du feldspath potassique, de la biotite, de l’amphibole, du grenat, de la sillimanite, du graphite et localement de la kyanite et de la muscovite. Généralement, le grenat est de couleur rose lilas et entouré de biotite. La sillimanite, lorsque présente, est concentrée en petites aiguilles millimétriques enchevêtrées et groupée en gerbes entourées de cristaux de quartz et de biotite. La kyanite est très rarement observée dans ces paragneiss et semble surtout associée au mobilisat. Le paragneiss migmatitique à structure stromatique est constitué d’un pourcentage de mobilisat très variable (10 à 45 %). Les niveaux stromatiques (lit par lit) ont une épaisseur de 2 à 40 cm et sont de composition granitique à structure grossière à pegmatite et de couleur blanchâtre. Ils peuvent contenir de la kyanite et de la sillimanite et rarement de la muscovite (en traces). Le paragneiss migmatitique est composé de quartz, de feldspath potassique (perthitique), de plagioclase, de biotite, de grenat (rose lilas) et de traces de graphite. Le paragneiss dérivé de wacke (métagrauwacke) est surtout quartzofeldspathique, de même composition que le paragneiss rouillé (sauf qu’il contient moins de 1 % de biotite et d’amphibole) et montre moins de fusion partielle. Les migmatites d’origine sédimentaire sont issues de la fusion partielle des deux faciès décrits précédemment (paragneiss rouillé et dérivé de wacke). Le faciès migmatitique a généralement une structure de type stromatique contenant du mobilisat leucogranitique (>50 %), à grain moyen à grossier, et localement pegmatitique. Les lits stromatiques sont aussi démembrés et forment des plis isoclinaux, ou ouverts, en plus d’être associés à des veines de quartz. Des quantités mineures de granite et de granite d’anatexie sont reconnues dans l’unité Aglv1. Le granite est à grain moyen, folié à biotite et à hornblende. Le granite et le granite d’anatexie sont probablement issus de la fusion partielle des paragneiss. Le granite d’anatexie a été cartographié localement dans la région et est généralement associé au paragneiss brunâtre (rouillé). Il constitue des niveaux centimétriques à métriques injectés dans les paragneiss. Il est homogène, leucocrate, essentiellement de couleur grisâtre ou blanchâtre, de granulométrie moyenne ou grossière et se caractérise par la présence de petits grains de grenat de teinte rose lilas tels que ceux observés dans le paragneiss rouillé. Il contient également du quartz, du plagioclase, du feldspath potassique plus ou moins perthitique et des traces de biotite.

Complexe du Grand Lac Victoria 2 (Aglv2) : Granulite

Cette unité est composée de granulites grises ou verdâtres en surface fraîche, brunâtres à grisâtres en surface altérée, localement avec une légère patine rouille. Ces roches sont à grain fin à moyen et montrent une structure granoblastique à saccharoïde. Elles sont homogènes, foliées et peu migmatitisées ou veinées. Les granulites sont de composition quartzofeldspathique et contiennent en moyenne 15 % de biotite accompagnée habituellement de grenat et d’hypersthène. La présence d’hypersthène métamorphique n’est pas exclusive à cette unité (Girard et al., 1993; Girard et Moorhead, 1994).

Complexe du Grand Lac Victoria 3 (Aglv3) : Gneiss quartzofeldspathique, parfois à grenat

Cette unité forme des niveaux ou des massifs variant de quelques mètres à plusieurs kilomètres d’épaisseur. Elle est constituée de gneiss quartzofeldspathiques gris à légèrement rosés, à grain fin à pegmatitique et équigranulaire à porphyroclastique. Ces roches sont caractérisées par leur hétérogénéité compositionnelle et structurale. Elles sont composées d’un assemblage de plagioclase sodique, de quartz, de biotite et, occasionnellement, de feldspath potassique, de magnétite, de hornblende, d’épidote ou d’hypersthène. Par endroits, une faible quantité (<5 %) de grenat submillimétrique est présente. Les gneiss sont généralement rubanés, mais ils peuvent être massifs, homogènes, nébulitiques, foliés, en filet, bréchiques ou mylonitiques. La structure porphyrique des feldspaths est atypique (Girard et al., 1993; Girard et Moorhead, 1994).

Complexe du Grand Lac Victoria 4 (Aglv4) : Gneiss granitique

L’unité est constituée de gneiss granitique à biotite de granulométrie moyenne et de teinte rose ou grise. Elle peut contenir également de l’amphibole, de la magnétite, du grenat rougeâtre ainsi que des agrégats de biotite (schlierens centimétriques).

Complexe du Grand Lac Victoria 5 (Aglv5) : Amphibolite verdâtre

Quoique rarement identifiée sur le terrain, cette unité est formée d’amphibolite verdâtre à grain fin à moyen et à amphibole. Des roches mafiques à grain grossier sont assignées à cette unité; celles-ci contiennent de l’amphibole, de l’orthopyroxène, du clinopyroxène et du grenat. Ces roches sont foliées, granoblastique et peuvent se confondre avec du gabbro.

Complexe du Grand Lac Victoria 6 (Aglv6) : Diatexite dérivant d’un paragneiss

L’unité forme des bandes métriques à kilométriques généralement associées à des couloirs de déformation. Elle est constituée de diatexite dérivant d’un paragneiss (Aglv1). La diatexite est à grain moyen à grossier massive à foliée et localement à structure transposée. Cette dernière lui confère un caractère de granitoïde. La diatexite est composée de quartz, de feldspath, de biotite, de grenat rose lilas et rarement de diopside. Des traces de pyrrhotite donnent une patine d’altération rouille semblable à celle des affleurements de paragneiss (Girard et al., 1993; Girard et Moorhead, 1994). Des boudins de paragneiss de même composition que ceux de l’unité Aglv1 et des agrégats de biotite en schlierens sont observés dans cette unité.

Complexe du Grand Lac Victoria 7 (Aglv7) : Tonalite, gneiss tonalitique, granodiorite et granite

L’unité est formée d’une tonalite leucocrate à biotite avec ou sans amphibole. Elle est à grain grossier avec quelques myrmékites millimétriques constituées de vermicules de quartz et de feldspath. Un gneiss de composition tonalitique et des quantités mineures de granodiorite à grain moyen et de granite rosé sont également assignées à cette unité.
 

Complexe du Grand Lac Victoria 8 (Aglv8) : Gneiss intermédiaire à biotite, hornblende, clinopyroxène et grenat

Cette unité est constituée de gneiss de composition intermédiaire généralement associés aux amphibolites (Aglv25). Ces roches sont blanches à vertes, généralement gris moyen. Elles sont rubanées à homogènes; leur composition et leur apparence sont diverses. Elles sont composées de plagioclase (>60 %) et de proportions variables de quartz, de biotite, de hornblende, de clinopyroxène et de grenat. L’unité Aglv8 peut être subdivisée en différents sous-faciès comportant tous des passages gneissiques (Girard et al., 1993; Girard et Moorhead, 1994).

Complexe du Grand Lac Victoria 9 (Aglv9) : Gabbronorite et gabbro

L’unité Aglv9 est reconnue à l’est du feuillet 31O13 dans le secteur du lac Robson. Elle est constituée de gabbronorite et de gabbro amphibolitisés. La gabbronorite est à grain fin à moyen, localement à structure ophitique. Elle contient de l’orthopyroxène, des traces de clinopyroxène et du quartz. Elle est généralement foliée et porphyroblastique à phénocristaux de grenat. Le gabbro est également folié, à grain moyen et à structure granoblastique.

Complexe du Grand Lac Victoria 10 (Aglv10) : Roche ultramafique

L’unité forme surtout des dykes ou des boudins centimétriques à décamétriques dans les paragneiss (Aglv1). Elle est constituée de roches ultramafiques (péridotite, pyroxénite, dunite et webstérite avec ou sans olivine), le tout intercalé avec de l’amphibolite qui est probablement d’origine volcanique.
 

Complexe du Grand Lac Victoria 11 (Aglv11) : Diorite, diorite quartzifère, monzodiorite, monzodiorite quartzifère, mangérite et amphibolite

L’unité Aglv11 est constituée de diorite, de diorite quartzifère, de monzodiorite, de monzodiorite quartzifère, de monzonite et de mangérite. La diorite est homogène, de teinte grisâtre, à grain moyen et contient du plagioclase de la hornblende, de la biotite et du clinopyroxène. La diorite quartzifère est de teinte grisâtre en surface fraîche et est formée d’amphibole, de biotite, de quartz, et du plagioclase. La monzodiortite quartzifère est de teinte grisâtre à blanchâtre, à grain moyen et contient du feldspath potassique, du plagioclase, du quartz, de l’amphibole et de la biotite. La mangérite est de teinte verdâtre en surface fraîche et beige rouille en surface altérée. Elle est à grain fin, localement gneissique à mylonitique. Elle contient de l’orthopyroxène, de la biotite, du grenat et de l’amphibole. On note une ouralitisation de l’orthopyroxène en amphibole dans cette mangérite.

Complexe du Grand Lac Victoria 12 (Aglv12) : Gneiss et granulites non subdivisés

Cette unité est constituée de gneiss et de granulites non subdivisés à grain fin à moyen. Ces roches ont subi un métamorphisme régional intense qui a détruit ou modifié les structures primaires. Les roches présentent une structure granoblastique. Elles sont caractérisées par un rubanement compositionnel et par des injections ou des lits parallèles, minces et rapprochés dont la composition varie entre une diorite et une pegmatite granitique. Les roches de cette unité sont injectées par de nombreuses intrusions de composition felsique à intermédiaire (Gillies, 1952).

Complexe du Grand Lac Victoria 13 (Aglv13) : Gneiss et granulite à hypersthène, gneiss à pyroxène et plagioclase

Cette unité est constituée de gneiss et granulite à hypersthène et de gneiss à pyroxène et plagioclase. Les gneiss et granulites à hypersthène sont à grain fin à moyen, de couleur verte en surface fraîche et brun rouille en surface altérée. Ces roches sont composées d’hypersthène, de plagioclase, de quartz, de biotite et localement de grenat. Elles présentent une structure granoblastique et une foliation bien visible en affleurement. En lame mince, ces roches sont composées de plagioclase, d’hypersthène, de quartz, de biotite et, dans certains cas, de fortes quantités de grenat. Les minéraux accessoires sont la magnétite ou l’ilménite, les sulfures et l’apatite (Gillies, 1952).

Le gneiss à pyroxène et plagioclase forme des lentilles ou des filons-couches dans les paragneiss (Aglv1). La roche est vert foncé, brune ou noire et habituellement à grain moyen. Elle est composée de pyroxène, de plagioclase, de hornblende et de biotite. Le feldspath potassique est accessoire. La structure de la roche est déterminée par l’arrangement parallèle des cristaux de pyroxène, de hornblende et de biotite et par la concentration du pyroxène et du plagioclase en bandes (Chagnon, 1976).

Complexe du Grand Lac Victoria 14 (Aglv14) : Gneiss mixtes à hypersthène ou à hypersthène et grenat et gneiss à grain moyen avec de nombreuses couches riches en minéraux ferromagnésiens

Cette unité est constituée de gneiss mixtes à hypersthène, ou à hypersthène et grenat, et de gneiss avec de nombreuses couches riches en minéraux ferromagnésiens. Ces roches sont gris-vert à vert foncé et à grain moyen à grossier. Certains gneiss sont massifs avec des couches bien définies de minéraux ferromagnésiens. Par endroits, ces couches sont tellement nombreuses qu’elles occupent 70 % de l’affleurement. D’autres gneiss montrent un rubanement résultant en partie d’injections de matériel granitique. Certains rubans contiennent du grenat, alors que d’autres contiennent à la fois du grenat et de l’hypersthène. En lame mince, les roches sont granoblastiques et composées de plagioclase, de quartz, d’hypersthène, de grenat, de biotite et d’orthose ou de microperthite. L’augite, la hornblende, l’apatite, la sanidine-anorthose, le zircon, la magnétite et/ou l’ilménite et les sulfures sont les minéraux accessoires. Les couches riches en minéraux ferromagnésiens consistent en agrégats finement grenus de biotite, d’hypersthène, d’augite, de quartz, de plagioclase et de grenat dans une matrice à grain plus grossier de plagioclase et de quartz. L’orthose est localement observé, mais le feldspath potassique se présente le plus souvent en inclusions dans le plagioclase. La sanidine-anorthose forme des échancrures dans le plagioclase dont elle contient des inclusions (Gillies, 1952).

Complexe du Grand Lac Victoria 15 (Aglv15) : Diorite quartzifère et pegmatite métamorphisées

Cette unité est constituée d’un assemblage de diorite quartzifère et de pegmatite métamorphisées sous forme de petites lentilles et de minces filons-couches. Ces roches sont blanches à grises et à grain moyen ou grossier. Elles sont généralement massives, mais certaines sont fortement déformées et feuilletées. Les roches sont composées de feldspath et de quartz avec ou sans biotite et hornblende. Les pegmatites plus anciennes sont grises, un peu plus grossièrement grenues et plus riches en quartz que les faciès granitiques. Elles contiennent un peu de biotite. Les pegmatites plus récentes sont roses, beaucoup plus grossièrement grenues et contiennent moins de quartz que les faciès plus anciens. En lame mince, ces roches sont invariablement hypidiomorphes et grenues. Les faciès plus anciens sont composés de quartz et de plagioclase avec, par endroits, de la biotite ou de la hornblende. Les pegmatites blanches et grises, plus anciennes, contiennent de la microperthite, du plagioclase et du quartz avec des quantités moindres de biotite, de grenat et d’un minéral de la série sanidine-anorthose. Les pegmatites roses diffèrent par leur contenu en feldspath potassique, dont le microcline (Gillies, 1952).

Complexe du Grand Lac Victoria 17 (Aglv17) : Mylonite, brèche et gneiss œillé

Les roches de cette unité affleurent sur les deux rives du Grand lac Victoria, sur la rive est de la rivière des Outaouais et du lac Anwatan et à l’extrémité sud du lac Beschefer (feuillet 31N11). Ces roches à structure cataclastique sont constituées d’un assemblage de mylonite, de brèche et de gneiss œillé.

Le gneiss œillé est à grain très fin à moyen, fortement cisaillé, et constitué de fragments arrondis et localement anguleux de plagioclase et de quartz dans une matrice microcristalline formée de quartz, de plagioclase et de biotite. Les fragments de plagioclase ne sont pas très abondants et ne sont pas répartis uniformément dans la roche. Ils sont rarement en contact les uns avec les autres. En lame mince, la matrice est constituée de petits fragments de quartz, de feldspath et de biotite constituant une trame cryptocristalline. Ces fragments présentent invariablement une extinction ondulante et les macles du plagioclase sont très diffuses. La biotite est très commune et enveloppe sporadiquement les porphyroclastes.

Des rubans de mylonite sont intercalés dans le gneiss œillé et correspondent à des zones de cisaillement très intenses. La mylonite est généralement blanche en surface altérée et gris foncé en surface fraîche. Certains rubans sont constitués uniquement de minéraux qui ont été fortement broyés, de sorte qu’aucun des constituants n’est identifiable. Des porphyroclastes sont observés par endroits dans les fragments broyés.

Localement, le gneiss œillé et la mylonite passent à une roche noire à grain très fin à aphanitique et à cassure conchoïdale. Cette roche semble être constituée de matériel vitreux pouvant correspondre à une pseudotachylite ou à des débris extrêmement fins. En lame mince, des zones de minéraux vitreux entourent les porphyroclastes (Chagnon, 1976).

Complexe du Grand Lac Victoria 18 (Aglv18) : Gneiss à hypersthène, augite et amphibole et métagabbro avec quelques horizons de roches intrusives ultrabasiques

Les gneiss à hypersthène, augite et amphibole se présentent sous forme de couches ou de lentilles. Ces roches sont vert foncé, massives, à grain moyen à grossier et sont composées essentiellement d’hypersthène, d’augite et d’amphibole en proportions variables. D’autres minéraux comme la biotite, la séricite, la chlorite et les carbonates sont également observés. En lame mince, ces roches sont communément formées d’agrégats cristalloblastiques à grain moyen à grossier et plusieurs sont pœciloblastiques. Une faible foliation est occasionnellement observée. Les principaux minéraux sont l’hypersthène, l’augite, l’amphibole et, dans certains cas, la biotite. L’hypersthène se présente en très gros cristaux, atteignant jusqu’à 3 cm, entourant communément les autres minéraux. L’augite est très altérée. L’amphibole, qui consiste à l’occasion en actinote, résulte du métamorphisme. En moindres proportions, on observe l’olivine, les carbonates, le quartz et le plagioclase (Gillies, 1952).

Le métagabbro est vert foncé à brun en surface altérée et vert pâle à gris brun à noir en surface fraîche. La roche est massive, grenue et possède une granulométrie variable allant de microgrenue à grain grossier. Le métagabbro est constitué de grains subautomorphes de plagioclase, de pyroxène et d’amphibole. En lame mince, le plagioclase est habituellement frais et présente des macles bien définies. Il contient quelques fois des inclusions arrondies de microcline et des myrmékites. Le pyroxène (augite) est généralement remplacé par l’amphibole, mais il peut à l’occasion être entouré d’auréoles d’amphibole et de grenat. La hornblende verte constitue l’amphibole dominante. Le grenat forme de petits grains arrondis disposés autour des amas de pyroxène, de hornblende. Il contient de nombreuses inclusions de pyroxène, de hornblende et de plagioclase. Le feldspath potassique est peu commun (Chagnon, 1976).

Quelques horizons de roches intrusives ultramafiques sont également présents dans cette unité. L’analyse d’un échantillon indique que la roche était à l’origine une roche ultramafique de la variété webstérite et composée d’olivine, d’augite et d’hypersthène. Ces minéraux ont été remplacés par une amphibole d’un vert très pâle (Gillies, 1952).

Complexe du Grand Lac Victoria 19 (Aglv19) : Andésite amphibolitisée

Cette unité est constituée d’andésite amphibolitisée massive à grain moyen. En lame mince, la roche présente une structure hypidiomorphe à granulaire. Elle est composée essentiellement de hornblende (80 %) vert pâle à grain grossier. Le plagioclase se présente en grains fins interstitiels légèrement damouritisés et forme environ 8 % de la roche. La biotite, jaune paille à vert foncé, résulte en partie de la dégradation de la hornblende et constitue environ 10 % de la roche. On trouve de nombreuses inclusions de biotite dans la hornblende. Les minéraux accessoires sont l’apatite et les carbonates (Chagnon, 1976).

Complexe du Grand Lac Victoria 21 (Aglv21) : Gneiss à biotite et à grenat et pegmatite

On note que très peu d’information pour cette unité constituée de gneiss à biotite et à grenat et de pegmatite.

Complexe du Grand Lac Victoria 22 (Aglv22) : Gneiss, gneiss à hornblende ou à hornblende et à grenat et pegmatite

Cette unité est reconnue dans la région du lac Rochester (feuillet 31N14). Elle est constituée de gneiss, de gneiss à hornblende ou à hornblende et à grenat, et de pegmatite.

Complexe du Grand Lac Victoria 23 (Aglv23) : Gneiss, gneiss à hornblende, amphibolite, aplite

Cette unité est reconnue dans la région du lac Rochester (feuillet 31N14). Elle est constituée de gneiss, de gneiss à hornblende, d’amphibolite et d’aplite.

Complexe du Grand Lac Victoria 24 (Aglv24) : Albitite

Cette unité est peu répandue. Elle a été reconnue dans le secteur du lac Angeduc (feuillet 31N14) et est constituée d’albitite.

Complexe du Grand Lac Victoria 25 (Aglv25) : Amphibolite (origine volcanique)

L’unité est interprétée comme le prolongement vers l’est dans le Parautochtone des roches volcaniques mafiques de la Ceinture de roches vertes de l’Abitibi (Allard, 1978; Lacoste, 1986, Birkett et al. 1992 et 1991). D’un point de vue pétrographique, elle est composée d’amphibolite à clinopyroxène, à orthopyroxène, à grenat et de grenatite mafique. Les amphibolites sont à grain fin à moyen et localement gneissiques. Elles sont formées d’amphibole, de plagioclase, de clinopyroxène, d’orthopyroxène, de grenat rouge (pyrope?) et de traces de titanite. Un affleurement de cette unité présente des structures interprétées comme des coussins très déformés et métamorphisés. En effet, la partie interprétée comme une bordure de coussin est de composition mafique, riche en grenat et en amphibole, alors que la partie centrale est de composition mafique à intermédiaire, de granulométrie fine à moyenne et riche en plagioclase avec un peu d’amphibole. Des niveaux centimétriques à métriques de gneiss de composition intermédiaire à quartz, à plagioclase et à biotite sont intercalés avec les amphibolites. Des niveaux de grenatite, parfois gneissiques, sont aussi cartographiés dans cette unité. Ils sont constitués de 30 à 55 % de grenat rouge et sont interprétés comme le résultat d’une altération hydrothermale. La grenatite est à grain fin à grossier, magnétique et constituée de grenat (35 à 55 %), de clinopyroxène (30 à 38 %), d’orthopyroxène (<10 %), de plagioclase (<10 %) et de biotite (<3 %).

Complexe du Grand Lac Victoria 26 (Aglv26) : Quartzite

L’unité est associée à des paragneiss à graphite et secompose de plusieurs niveaux centimétriques de quartzite de teinte grisâtre. Le quartz est à grain moyen et est associé à un peu de feldspath potassique et à de la biotite (Moukhsil et al., 2016). D’autres niveaux de ce quartzite sont à granulométrie très fine à fine, de teinte blanchâtre, et comportent des traces de biotite, de feldspath et, localement, des porphyroblastes de grenat. Ce quartzite a été observé surtout en bancs métriques à décamétriques dans les gneiss mafiques (amphibolite, unité Aglv25). Des niveaux de métachert pourraient être à l’origine de ces quartzites, ceux-ci représentant des niveaux dans une unité de formation de fer silicatée (Girard et al. 1993).

Complexe du Grand Lac Victoria 27 (Aglv27) : Formation de fer silicatée, oxydée, sulfurée, et carbonatée, chert et grenatite

Cette unité est composée d’une formation de fer rubanée contenant une alternance de plusieurs faciès : silicaté, oxydé, sulfuré, carbonaté, cherteux et grenatite. Le faciès silicaté est le plus important en termes de superficie. Il se compose de lits centimétriques à métriques à prédominance de clinopyroxène (40 à 50 %), à plagioclase (jusqu’à 15 %), à porphyroblase de grenat (1 à 4 %), à magnétite (10 à 20 %), à quartz (en sablier). Le faciès oxydé est en lits de 1 mm à 20 cm d’épaisseur, riche en magnétite, et contient du quartz avec un peu de clinopyroxène et de grenat. Des rubans millimétriques contenant uniquement de la magnétite sont également présents dans ce faciès. Le faciès sulfuré, en lits d’environ 3 à 10 cm d’épaisseur, constitue une proportion mineure de cette formation de fer; il est formé de pyrite, de pyrrhotite et de traces de chalcopyrite. Le faciès carbonaté ne dépasse pas 5 cm d’épaisseur et contient des cristaux de calcite avec du quartz, du clinopyroxène, de l’orthopyroxène un peu de magnétite et de pyrite. Des niveaux cherteux millimétriques à centimétriques (quartz) sont intercalés avec les faciès décrits précédemment; ces niveaux dessinent des plissements isoclinaux à légèrement ouverts, suggérant un plissement ayant affecté l’unité de formation de fer toute entière. La grenatite (grenat rouge, 30 à 50 %) est constituée de plusieurs niveaux répétitifs d’environ 20 à 50 cm d’épaisseur. Elle contient du clinopyroxène, du quartz et un peu de magnétite. 

La formation de fer est injectée par une diorite quartzifère à plusieurs endroits avec des contacts nets entre celles-ci. La diorite quartzifère (55,62 % SiO2) est sous forme de niveaux centimétriques de teinte brun chamois en surface altérée et gris cendre en surface fraîche, à structure grenue et à grain moyen à grossier. Elle est composée de plagioclases, d’amphibole, de biotite et rarement de feldspath potassique.

Épaisseur et distribution

Le Complexe du Grand Lac Victoria s’étend sur 250 km de façon parallèle au Front de Grenville dans les feuillets 31N, 31O, 32B et 32C.

Datation

Aucune.

Relations stratigraphiques

Cette unité est injectée par une multitude d’intrusions plus jeunes.

Paléontologie

Ne s’applique pas.

Références

Publications accessibles dans Sigéom Examine

ALLARD, G O. 1978. PETROLOGIE ET POTENTIEL ECONOMIQUE DU PROLONGEMENT DU SILLON DE ROCHES VERTES DE CHIBOUGAMAU DANS LA PROVINCE DE GRENVILLE. MRN. DPV 604, 50 pages et 1 plan.

BIRKETT, T C., GIRARD, R., MOORHEAD, J., MARCHILDON, N. 1992. CARTE GEOLOGIQUE DE LA PROVINCE DE GRENVILLE A L’EST DE L’AXE LOUVICOURT – VAL D’OR – SENNETERRE. MRN. MB 92-15, 15 pages et 1 plan.

CHAGNON, J Y. 1976. REGION DE MEMBRE – CHALIFOUX. MRN. RG 175, 110 pages et 1 plan.

GILLIES, N B. 1952. REGION DE LA RIVIERE CANIMITI, COMTE DE PONTIAC. MRN. RG 052, 61 pages et 1 plan.

GIRARD, R., BIRKETT, T C., MOORHEAD, J., MARCHILDON, N. 1993. GEOLOGIE DE LA REGION DE PRESS-CLOVA. MRN. MB 93-04, 60 pages et 7 plans.

GIRARD, R., MOORHEAD, J. 1994. GEOLOGIE DE LA REGION DE PRESS-CLOVA : PHASE 2 DE 3 ET 3 DE 3. MRN. MB 94-34, 44 pages et 1 plan.

MOUKHSIL, A., SOLGADI, F., BELKACIM, S. 2016. GEOLOGIE DE LA REGION DE CLOVA, HAUT-SAINT-MAURICE (PARTIE OUEST DU GRENVILLE). MERN, URSTM-UQAT. RG 2016-03, 52 pages et 1 plan.

MRNF. 2010. CARTE(S) GÉOLOGIQUE(S) DU SIGEOM – feuillet 31n. CG SIGEOM31N, 20 plans.

THERIAULT, R., BEAUSEJOUR, S. 2012. CARTE GEOLOGIQUE DU QUEBEC – EDITION 2012. MRN. DV 2012-06, 8 pages et 1 plan. 
.

 

 

Autres publications

LACOSTE, P., 1986. Aspect pétrographique et géochimique de zones minéralisées dans le canton de Duberger (Chibougamau), dans le contexte métamorphique Grenville-supérieur; mémoire de maîtrise inédit, Université du Québec à Chicoutimi, 220 pages.

BIRCKETT, T.C., MARCHILDON, N., PARADIS, S, GODUE, R. 1991. The Grenville Province to the east of Val-d’Or, Québec: a geological reconnaissance and a possible extension of the Abitibi greenstone belt in the Grenville Parautohtonous belt. Recherches en cours, Commission Géologique du Canada; papier 91-1c, pages 1-7.

RIVE, M., 1990. Carte de compilation géologique – 31N. Ministère de l’Énergie et des Ressources, Québec; carte inédite à l’échelle 1/125 000.

 

 

 

 

 

19 février 2019