Complexe de Ulamen
Étiquette stratigraphique : [arch]ul
Symbole cartographique : Aul
 

Première publication :  
Dernière modification :

 

 

 

Subdivision(s) informelle(s)
La numérotation ne reflète pas nécessairement la position stratigraphique.
 
Aul2 Gabbro et diorite, gneissiques et migmatitiques
Aul1 Tonalite et diorite quartzifère, gneissiques et migmatitisées; gneiss granitique
Aul1a Enderbite et gneiss granulitique

 

 

 
Auteur : Moukhsil et al., 2013
Âge : Néoarchéen
Stratotype : Aucun
Région type : Région ouest du réservoir Manicouagan (feuillet SNRC 22N)
Province géologique : Province de Grenville
Subdivision géologique : Parautochtone
Lithologie : Roches intrusives felsiques à mafiques, gneissiques et migmatitisées
Catégorie : Lithodémique
Rang : Complexe
Statut : Formel
Usage : Actif

 

 

 

 

Historique

Le Complexe de Ulamen a été introduit par Moukhsil et al. (2013) pour regrouper les roches archéennes du Parautochtone grenvillien, dans la région SW du réservoir Manicouagan (feuillets 22K14, 22K15, 22K16, 22N03 et 22N02). Ces auteurs distinguent deux unités : une première gneissique à dominance tonalitique (Aul1), et une seconde regroupant des lithologies mafiques gneissiques migmatitisées et une plus faible proportion de gabbro fin (métavolcanites?) (Aul2). Lors de la cartographie géologique de l’ouest et du NW du réservoir durant l’été 2016 (feuillets 22N06, 22N11 et 22N14), Mathieu et Bilodeau (2020) ont regroupé dans l’unité Aul1a les roches à orthopyroxène de l’unité Aul1. Les roches du complexe, décrites historiquement comme un ensemble de schistes à quartz-mica-feldspath et de gneiss (Clarke, 1977), ont d’abord été rattachées à la Formation de Katsao de la Fosse du Labrador (Clarke, 1977; Franconi et al., 1975). Les considérations géographiques et les dernières données géochronologiques ont permis à Moukhsil et al. (2013) d’individualiser le complexe.

 

 

Description

Le Complexe de Ulamen regroupe des roches d’âge néoarchéen de composition variée. Les lithologies du complexe sont foliées à gneissiques et communément affectées par la fusion partielle. Le complexe est divisé en trois unités informelles. Sa signature magnétique n’est pas discriminante, de nombreuses lithologies étant interlitées et non cartographiables aux échelles usuelles. La susceptibilité magnétique est faible à moyenne, à l’exception des roches à orthopyroxène qui sont bien visibles sur le levé géophysique car fortement magnétiques (D’Amours et Intissar, 2012).

 

 

Complexe de Ulamen 1 (Aul1) : Tonalite et diorite quartzifère, gneissiques et migmatitisées; gneiss granitique

L’unité Aul1 est constituée d’un assemblage composé majoritairement de tonalite, de diorite quartzifère et de gneiss de mêmes compositions, ainsi que de quantités mineures de gneiss granodioritique et de gneiss granitique, dont les caractéristiques principales sont la teinte grisâtre et la structure granoblastique. Les différents faciès sont communément interlités à l’échelle de l’affleurement.

La tonalite est recristallisée et présente sur un même affleurement des bandes métriques à plurimétriques de granulométrie variable fine à moyenne, d’aspect assez homogène. La roche est foliée à gneissique, granoblastique et généralement rubanée. Des enclaves et des bandes décimétriques boudinées d’amphibolite sont couramment observées. La fusion partielle affecte l’unité de manière hétérogène (5 à 25 %), la déformation parallélisant le mobilisat et les injections plus tardives. Il est difficile de faire la différence entre le mobilisat in situ et la contribution exogène. La recristallisation affecte également le mobilisat. Les minéraux ferromagnésiens représentent <1 à 15 % de la tonalite, soit, par ordre décroissant : la biotite, localement la hornblende et le clinopyroxène et très rarement le grenat. Les phases accessoires sont représentées par la titanite, l’épidote verte, l’apatite, l’allanite et le zircon. Les minéraux ferromagnésiens soulignent la foliation et se répartissent généralement en bandes discontinues.

La diorite quartzifère montre une patine blanche caractéristique. Elle est également granoblastique, de granulométrie fine à moyenne, soit un peu plus grossière et hétérogène que la tonalite. La roche comporte une large proportion (10 à 60 %) d’injections et de mobilisat, à grain moyen à grossier, hololeucocrates et granoblastiques. Les minéraux ferromagnésiens (10 à 20 %) forment des amas millimétriques dominés par un assemblage de hornblende et d’épidote et, en moindre proportion, de biotite. La diorite quartzifère n’est pas magnétique.

Du point de vue géochimique, les roches du Aul1 ont une signature comparable aux autres TTG (tonalite, trondhjémite et granodiorite) archéennes observées dans la Province du Supérieur (Moukhsil, 1996; Moukhsil et al., 2013).

Complexe de Ulamen 1a (Aul1a) : Enderbite et gneiss granulitique

Les lithologies ignées de l’unité Aul1a sont intermédiaires à felsiques. Elles forment des bandes de 1 à 2 km de longueur sur 0,5 km de largeur, légèrement contrastées sur le levé aéromagnétique. Les roches sont foliées à gneissiques, communément hétérogranulaires et affectées par la fusion partielle. L’hypersthène est visible à l’œil nu dans le mobilisat. Cette unité est magnétique.

 

Complexe de Ulamen 2 (Aul2) : Gabbro et diorite, gneissiques et migmatitiques

 

 

Ces gabbros sont composés de grains moyens à grossiers d’amphibole et de clinopyroxène et sont riches en porphyroblastes de grenat. Les gabbros gneissiques sont généralement migmatitiques. Ces derniers sont riches en mobilisat dioritique et contiennent localement de l’orthopyroxène. Un faciès à grain plus fin et verdâtre accompagne localement ces gabbros. Il est possible que ce faciès corresponde à une composante volcanique mafique. Dans le secteur sud du feuillet 22N06, les gabbros incorporent de grandes proportions de mobilisat et d’injections, lesquels sont parfois réduits à des enclaves. Les faciès du sud sont à grenat et à biotite, à grain fin à moyen, et sont interlités avec des niveaux de diorite quartzifère identique à celle observée au sein de l’unité Aul1.

Épaisseur et distribution

Le Complexe de Ulamen a été reconnu sur une bande trapézoïdale nord-sud de plus de 100 km de longueur par 15 à 45 km d’épaisseur l’ouest du réservoir Manicouagan, mais il s’étend probablement jusqu’au front du Grenville. Les gabbros de l’unité Aul2 forment des bandes étirées de longueur plurikilométrique. De manière générale, les affleurements ne dépassent pas les 10 m d’épaisseur, limitant les puissances observées.

Datation

Jordan et al. (2006) ont daté une diorite (03-205) et une tonalite (93-205). Moukshil et al. (2013) ont daté une tonalite (11-AM-039) et une tonalite migmatitisée (11-AM-001). La dernière datation provient d’un niveau préservé de tonalite (16-CB-3124) (David, 2018). Cette dernière analyse suggère un âge de migmatitisation précoce à 2,72 Ga. Les âges oscillant entre 2,78 et 2,67 Ga permettent de rapprocher le Complexe de Ulamen des roches du Complexe d’Ashuanipi, qui sont également néoarchéennes (2,68 à 2,64; Lamothe et al., 1998).

 

Unité Numéro d’échantillon Système isotopique Minéral Âge de cristallisation (Ma) (+) (-) Âge métamorphique (Ma) (+) (-) Référence(s)
Aul2 03-205 U-Pb Zircon 2693 4 4       Jordan et al., 2006
Aul2 03-205 U-Pb Titanite       956 4 4 Jordan et al., 2006
Aul1 93-205 U-Pb Zircon 2685 2 2       Jordan et al., 2006
Aul1 93-205 U-Pb Titanite       961 3 3 Jordan et al., 2006
Aul1 2011-AM-0039A  Pb-Pb Zircon       1009 1 1 Moukhsil et al., 2013
Aul1 2011-AM-0001A U-Pb Zircon 2780 10 10 2724 18 18 Moukhsil et al., 2013
Aul1 2016-CB-3124A  U-Pb Zircon 2673 15 15 1061 50 50 David, 2018

Relation(s) stratigraphique(s)

La Complexe de Ulamen constitue le socle archéen remobilisé lors des événements grenvilliens. La Suite migmatitique de Petshi est interlitée avec les unités du Complexe de Ulamen. Le Groupe de Gagnon est constitué de roches métasédimentaires paléoprotérozoïques reposant sur le socle, la discordance n’est donc plus observable.

Paléontologie

Ne s’applique pas.

Références

Publications accessibles dans SIGÉOM Examine

CLARKE, P J. 1977. REGION DE GAGNON. MRN. RG 178, 89 pages et 2 plans.

D’AMOURS, I., INTISSAR, R. 2012. LEVE MAGNETIQUE AEROPORTE DANS LE SECTEUR DE MANIC-OUTARDES, PROVINCE DE GRENVILLE. MRN. DP 2012-03, 8 pages et 50 plans.

DAVID, J. 2018. DATATIONS U-PB DANS LES PROVINCES DE GRENVILLE ET DU SUPÉRIEUR EFFECTUÉES AU GEOTOP EN 2016-2017. MERN. MB 2018-17, 22 pages.

FRANCONI, A., SHARMA, K N M., LAURIN, A F. 1975. REGION DES RIVIERES BETSIAMITES (BERSIMIS) ET MOISIE, (GRENVILLE 1968-1969). MRN. RG 162, 165 pages et 6 plans.

LAMOTHE, D., LECLAIR, A., CHOINIERE, J. 1998. GEOLOGIE DE LA REGION DU LAC VALLARD. MRN. RG 98-13, 35 pages et 1 plan.

MATHIEU, G., BILODEAU, C. 2020. GÉOLOGIE DU SECTEUR NORD-OUEST DU RÉSERVOIR MANICOUAGAN, CÔTE-NORD. MINISTÈRE DE L’ÉNERGIE ET DES RESSOURCES NATURELLES, QUÉBEC. RG 2018-05

MOUKHSIL, A., SOLGADI, F., CLARK, T., BLOUIN, S., INDARES, A., DAVIS, D W. 2013. GEOLOGIE DU NORD-OUEST DE LA REGION DU BARRAGE DANIEL-JOHNSON (MANIC 5), COTE-NORD. MRN, UQAT, URSTM, UNIVERSITE MEMORIAL DE TERRE-NEUVE-ET-LABRADOR. RG 2013-01, 46 pages et 1 plan.

 

 

 

Autres publications

JORDAN, S.L., INDARES, A., DUNNING, G. 2006. Partial melting of metapelites in the Gagnon terrane below the high-pressure belt in the Manicouagan area (Grenville Province): pressure-temperature and U-Pb age constraints and implications. Journal Canadien des Sciences de la Terre, volume 43, pages 1309–1329. https://doi.org/10.1139/e06-038

MOUKHSIL, A. 1996. Géochimie, pétrologie structurale et mode de mise en place du pluton de Father, zone volcanique nord, sous-province de l’Abitibi, Canada. Thèse de doctorat, Université du Québec à Chicoutimi, Chicoutimi, Québec; 295 pages. https://constellation.uqac.ca/831

 

 

Citation suggérée

Ministère de l’Énergie et des Ressources naturelles (MERN). Complexe de Ulamen. Lexique stratigraphique du Québec. http://gq.mines.gouv.qc.ca/lexique-stratigraphique/province-de-grenville/complexe-de-ulamen [cité le jour mois année].

 

Collaborateurs

Première publication

Guillaume Mathieu, ing., M. Sc. guillaume.mathieu@mern.gouv.qc.ca (rédaction)

Mehdi A. Guemache, géo., Ph. D. (coordination); Abdelali Moukhsil, géo., Ph. D. (lecture critique); Simon Auclair, géo., M. Sc. (révision linguistique); Yan Carette et Ricardo Escobar (montage HTML). 

 

 

14 mai 2020