English
 
Suite d’Ivitaruq
Étiquette stratigraphique : [ppro]ivi
Symbole cartographique : pPivi

Première publication:  
Dernière modification:

 

 

 

 

Subdivision(s) informelle(s)
La numérotation ne reflète pas nécessairement la position stratigraphique.
 
pPivi1 Monzodiorite à monzonite grossièrement grenue et massive
 
Auteur :Charette et Beaudette, 2018
Âge :Précambrien / Protérozoïque / Paléoprotérozoïque
Coupe type :Aucune
Région type :Dans les feuillets SNRC 35K04, 35F13 et 35K08
Province géologique :Province de Churchill
Subdivision géologique :Orogène de l’Ungava / Arc de Narsajuaq
Lithologie :Roche intrusive tardive et felsique
Type d’unité :Lithodémique
Rang :Suite
Statut :Formel
Usage :Actif

 

 

Unité(s) apparentée(s)

Aucune

 

 

 

 

 

Historique

La Suite d’Ivitaruq, dont le lac éponyme est situé à proximité d’une des plus importantes intrusions de cette unité (feuillet SNRC 35F13), a été introduite par Charette et Beaudette (2018) afin de décrire les intrusions felsiques tardives non déformées. Elles étaient auparavant connues dans l’Arc de Narsajuaq comme des veines de monzogranite à biotite (St-Onge et Lucas, 1992; St-Onge et al., 1992).

Description

 

Suite d’Ivitaruq (pPivi1) : Monzodiorite à monzonite grossièrement grenue et massive

La monzodiorite à monzonite de la Suite d’Ivitaruq est blanchâtre, grossièrement grenue et massive. Elle présente localement une teinte rosée causée par une hématitisation. Les minéraux mafiques forment des amas ou sont répartis de façon homogène dans la matrice. Deux faciès ont été décrits dans cette unité. Le premier contient de 10 à 20 % de minéraux mafiques et varie en granulométrie. Le second, contient 20 à 25 % de minéraux mafiques, présente une structure mouchetée et contient des enclaves de diorite en contact diffus qui composent 10 à 15 % des affleurements. Les échantillons collectés révèlent la présence de rubans granitiques grossiers en contact diffus. L’observation en lame mince indique que les principaux minéraux mafiques sont la hornblende et la biotite et que la matrice n’est pas recristalisée.

 

Épaisseur et distribution

Les intrusions de la Suite d’Ivitaruq forment des plutons de taille kilométrique (1 à 12 km) qui sont réparties au nord-est de la Zone de cisaillement de Naujaat et au sud-ouest de la Suture de Sugluk. Elles forment des masses oblongues au nord et trapues au sud.

Datation

Aucune.

Relations stratigraphiques

Les intrusions tardives de la Suite d’Ivitaruq coupent le granite granoblastique de la Suite de Kuugaq (pPkug1) et la tonalite rubanée du Complexe de Sainte-Hélène (pPshn2). Elles sont elles-mêmes coupées par des pegmatites.

Paléontologie

Ne s’applique pas.

Références

Auteur(s)TitreAnnée de publicationHyperlien (EXAMINE ou Autre)
CHARETTE, B. – BEAUDETTE, M.Géologie de la région du Cap Wolstenholme, Orogène de l’Ungava, Province de Churchill, sud-est d’Ivujivik, Québec, Canada. Ministère de l’Énergie et des Ressources naturelles, Québec.2018Bulletin géologiQUE
ST-ONGE, M. R. – LUCAS, S. B. – PARRISH, R. R.Terrane accretion in the internal zone of the Ungava orogen, northern Quebec. Part 1: tectonostratigraphic assemblages and their tectonic implications. Canadian Journal of Earth Sciences; volume 29, pages 746-764.1992Source
ST-ONGE., M. R. – LUCAS, S. B.New insight on the crustal structure and tectonic history of the Ungava Orogen, Kovik Bay and Cap Wolstenholme, Quebec. In: Current Research, Part C, Canadian Shield. Geological Survey of Canada; Paper 92-1 C, pages 31-41. 1992Source

 

 

 

 

7 mai 2018