Suite de Curot
Étiquette stratigraphique : [ppro]cut
Symbole cartographique : pPcut
Publiée le

Subdivision(s) informelle(s)

(* la numérotation ne reflète pas nécessairement la position stratigraphique)
pPcut2 Roches ultramafiques métamorphisées
pPcut1 Amphibolite
Auteur : Simard et al., 2013
Âge : Précambrien / Protérozoïque / Paléoprotérozoïque
Coupe type :  
Région type : Région de Kuujjuaq et de la baie d’Ungava (24J et 24K)
Province géologique : Province de Churchill
Subdivision géologique : Zone noyau
Lithologie : Amphibolite
Type d’unité : Unité lithodémique
Rang : Suite
Statut : Unité formelle
Usage : Unité active

Historique

La Suite de la rivière Curot a été nommée dans la région de Kuujjuaq et de la baie d’Ungava (Simard et al., 2013) afin de regrouper des roches mafiques amphibolitisées intercalées dans les séquences métasédimentaires de la Suite d’Akiasirviup. Elle est renommée Suite de Curot afin de respecter le Code stratigraphique nord-américain. Les suites de Curot et d’Akiasirviup sont situées à la limite ouest de la Zone noyau, en bordure de la Zone de Rachel-Laporte. Quelques lambeaux d’amphibolite assignés à la Suite de Curot ont aussi été observés dans la région du lac Jeannin (Charette et al., 2016). Des amphibolites maintenant assignées à la Suite de Curot ont été cartographiées par Gélinas (1958, 1959), Sauvé (1957, 1959), Fahrig (1962) et Clark (1978), puis intégrées à la carte de compilation du SIGÉOM par Thomas Clark entre 2009 et 2016.

Description

La Suite de Curot regroupe l’ensemble des amphibolites (pPcut1) et des roches ultramafiques métamorphisées (pPcut2) du Domaine de Gabriel, situé dans la partie nord-ouest de la Zone noyau (sud-est de la Province de Churchill).

Suite de Curot (pPcut1) : Amphibolite

Les amphibolites de l’unité pPcut1 sont finement à moyennement grenues, foliées et souvent rubanées. Elles renferment habituellement une faible proportion d’injections ou de leucosome blanchâtres formant des rubans discontinus subparallèles à la foliation. Des veinules millimétriques à centimétriques de quartz ou de carbonates sont aussi communes dans les amphibolites. Le protolite de ces roches pourrait être d’origine intrusive (métagabbro) ou encore effusive (métabasalte). Elles renferment entre 50 et 80 % d’amphiboles noires ou vert foncé, principalement de la hornblende, qui définissent la foliation. La matrice granoblastique constituée de plagioclase et de quartz comble les interstices entre les grains d’amphiboles idiomorphes. Certains niveaux d’amphibolite de largeur décimétrique à métrique peuvent contenir entre 5 et 20 % de grenat. Le sphène est généralement présent en proportion notable (1 à 2 %). Les autres minéraux accessoires observés en proportions variables sont la biotite, l’épidote, l’ilménite, l’allanite, la chlorite, l’apatite, le zircon, la tourmaline et la pyrrhotite.

Dans la région de Kuujjuaq et de la baie d’Ungava, des lambeaux d’amphibolite schisteuse de couleur gris verdâtre plus pâle et à granulométrie très fine ou aphanitique sont interprétés comme étant d’origine effusive et ont été assignées à la sous-unité pPcut1a. Dans ces roches, la principale espèce d’amphibole semble avoir une composition intermédiaire entre la hornblende et l’actinote. De la cummingtonite (5 à 20 %) a aussi été observée localement.

Suite de Curot (pPcut2) : Roches ultramafiques métamorphisées

Les roches ultramafiques forment des lentilles, de largeur métrique à kilométrique, parallèles à la foliation à l’intérieur des amphibolites de l’unité pPcut1 avec lesquelles elles sont en contact net. Les roches ultramafiques ont généralement un aspect massif à faiblement folié et montrent une patine d’altération chamois à vert grisâtre. Seules trois lentilles sont de largeur cartographiable à l’échelle des travaux. La lentille la plus au nord apparaît sur la carte de Sauvé (1959). Les deux autres lentilles correspondent à des roches ultramafiques fortement altérées et cisaillées situées à proximité de la Faille du lac Gabriel. Dans ce secteur, la roche est complètement transformée en un schiste à trémolite, augite, fuchsite et plagioclase et représente probablement une zone d’altération reliée à la faille.

 

Épaisseur et distribution

La Suite de Curot affleure principalement dans la région de Kuujjuaq et de la baie d’Ungava (Simard et al., 2013), où elle fait partie du Domaine de Gabriel. Ce domaine, situé entre les failles du lac Turcotte et du lac Gabriel, représente la partie ouest de la Zone noyau. Le Domaine de Gabriel vient se buter sur une faille est-ouest dans la partie nord de la région du lac Saffray (Lafrance et al., 2014). Quelques lambeaux d’amphibolites (pPcut1) intercalés dans les séquences métasédimentaires de la Suite d’Akiasirviup ont aussi été observés plus au sud dans la région du lac Jeannin (Charette et al., 2016).

L’unité d’amphibolite (pPcut1) forme des lambeaux de quelques centaines de mètres à trois kilomètres de largeur intercalés dans les séquences métasédimentaires de la Suite d’Akiasirviup. Les lambeaux les plus importants se concentrant dans la partie nord du Domaine de Gabriel. L’unité de roches ultramafiques (pPcut2) ne forme que trois lentilles de moins d’un kilomètre de largeur reconnues dans la partie nord du Domaine de Gabriel (région de Kuujjuaq et de la baie d’Ungava).

Datation

Non datée.

Relations stratigraphiques

Simard et al. (2013) interprètent le Domaine du lac Gabriel comme une écaille qui aurait chevauché la Zone de Rachel-Laporte (partie est de l’Orogène du Nouveau-Québec), à l’ouest. Il serait lui-même chevauché par l’écaille du Domaine de Baie aux Feuilles, à l’est. Le Domaine de Gabriel est constitué de roches métasédimentaires, ainsi que d’amphibolites et de roches ultramafiques, respectivement assignées aux suites d’Akiasirviup et de Curot (Simard et al., 2013). L’apparition de roches migmatitiques dans la Zone noyau permet de tracer la limite avec le Rachel-Laporte.

Selon Simard et al., (2013), les suites d’Akiasirviup et de Curot seraient possiblement équivalentes aux unités paléoprotérozoïques de la Zone de Rachel-Laporte, mais plus métamorphisées et affectées par la fusion partielle. Les études géochronologiques ou isotopiques n’ont cependant pas encore permis de confirmer cette relation avec certitude. Les roches mafiques et ultramafiques de la Suite de Curot pourraient donc être équivalentes à celles de la Suite de Klein faisant partie de la Supersuite de Laporte de la Zone de Rachel-Laporte.

L’amphibolite de la Suite de Curot est localement recoupée par le granite pegmatitique de la Suite de Dancelou (pPdac3).

Paléontologie

Non applicable.

Références

Auteur(s) Titre Année de publication Hyperlien (EXAMINE ou Autre)
CHARETTE, B. – LAFRANCE, I. – MATHIEU, G. Géologie de la région du lac Jeannin (SNRC 24B). Ministère de l’Énergie et des Ressources naturelles, Québec. 2016

Rapport géologique électronique

 

CLARK, T.

Région du lac Hérodier. Ministère des Richesses naturelles, Québec; DPV-568, 43 pages, 2 plans. 1978 DPV-568
FAHRIG, W.F. Lac Hérodier, Québec. Commission géologique du Canada; carte 1146A (carte annotée). 1965 Source
GÉLINAS, L. Région du lac Gabriel (partie ouest), Nouveau-Québec. Ministère des Mines, Québec; RP 373, 11 pages, 1 plan. 1958 RP 373
GÉLINAS, L. Région du lac Gabriel (partie est), et la région de Fort Chimo (partie ouest), Nouveau-Québec. Ministère des Mines, Québec; RP 407, 11 pages, 1 plan. 1959 RP 407
LAFRANCE, I. – SIMARD, M. – BANDYAYERA, D. Géologie de la région du lac Saffray (SNRC 24G-24F). Ministère des Ressources naturelles, Québec; RG 2014-02, 49 pages. 2014 RG 2014-02
SAUVÉ, P. Région du lac de Freneuse (moitié est), Nouveau-Québec. Ministère des Mines, Québec; RP 358, 8 pages, 1 plan. 1957 RP 358
SAUVÉ, P. Région de la baie aux Feuilles, Nouveau-Québec. Ministère des Mines, Québec; RP 399, 13 pages, 1 plan. 1959 RP 399
SIMARD, M. – LAFRANCE, I. – HAMMOUCHE, H. – LEGOUIX, C. Région du lac Thévenet (moitié est), Nouveau-Québec. Ministère des Ressources naturelles, Québec; 9 pages, 1 plan. 2013 RG 2013-04
20 octobre 2016