Suite de Champdoré
Étiquette stratigraphique : [ppro]chm
Symbole cartographique : pPchm

Première publication : 20 octobre 2016
Dernière modification : 6 août 2019

 

 

 

 

Subdivision(s) informelle(s)
La numérotation ne reflète pas nécessairement la position stratigraphique.
 
pPchm2 Granite rose finement grenu
pPchm1 Granodiorite, monzodiorite quartzifère et monzogranite variablement recristallisés
pPchm1a Granodiorite, monzodiorite quartzifère et monzogranite à porphyroclastes de feldspath potassique
 
Auteur :Bourque, 1986
Âge :Paléoprotérozoïque
Coupe type :Aucune
Région type :Région du lac Mina (feuillets SNRC 23P13, 23P14, 24A03 et 24A04)
Province géologique :Province de Churchill
Subdivision géologique :Domaine lithotectonique de Baleine
Lithologie :Roches intrusives potassiques métamorphisées à biotite et hornblende
Type :Lithodémique
Rang :Suite
Statut :Formel
Usage :Actif

 

 

Unité(s) apparentée(s)

Aucune

 

 

 

 

Historique

La Suite de Champdoré a d’abord été nommée « Granodiorite du lac Champdoré » à la suite des travaux de Bourque effectués durant l’été 1985 dans la région du lac Mina (Bourque, 1986, 1991). Cette unité a été prolongée vers le sud dans la région du lac Recouet par Danis (1988). Dans la région du lac Jeannin, Charette et al. (2016) l’ont formellement renommée « Suite de Champdoré » pour se conformer au Code stratigraphique nord-américain. L’unité a aussi été prolongée au sud dans la région du lac Résolution, dans le cadre de la synthèse du sud-est de la Province de Churchill (Lafrance et al., en préparation)

Description

La Suite de Champdoré comprend deux unités : une unité de granodiorite, de monzogranite et de monzodiorite quartzifère variablement recristallisés (pPchm1) et une unité de granite rose finement grenu (pPchm2).

Suite de Champdoré 1 (pPchm1) : Granodiorite, monzodiorite quartzifère et monzogranite variablement recristallisés

pPchm1L’unité pPchm1 est composée de granodiorite, de monzogranite et de monzodiorite quartzifère et représente l’unité principale de la Suite de Champdoré. Elle comprend différents faciès caractérisés par un magnétisme d’intensité variable. Le faciès principal est finement à moyennement grenu et se caractérise par une matrice quartzofeldspathique partiellement à totalement recristallisée. La roche montre une foliation bien développée, un aspect homogène et une couleur variant de gris pâle à moyen à gris rosé. Un second faciès à structure gneissique est régulièrement observé et présente une alternance de rubans leucocrates et mésocrates de largeur millimétrique à centimétrique. Les minéraux ferromagnésiens (7 à 25 %) marquent la foliation et forment communément de petits amas allongés ou des laminations discontinues. La biotite (15 à 20 %) brune à verdâtre et la hornblende (5 à 15 %) renferment de nombreuses inclusions de zircon. Les minéraux accessoires sont abondants et comprennent le sphène, l’épidote (zoïsite et pistachite), l’allanite, l’apatite et les minéraux opaques. Plus rarement, le clinopyroxène, la muscovite, la chlorite et l’hématite sont reconnus. Un troisième faciès marqué par la présence de mouchetures noires de hornblende ± biotite a aussi été observé localement. La roche de couleur gris blanchâtre est normalement moins riche en feldspath potassique (3 à 10 %), non magnétique et montre une foliation faible à moyenne.

Selon Bourque (1991), le développement de la gneissosité est plus prononcé en bordure de l’unité, soit à l’approche du contact avec les diatexites et les paragneiss migmatitisés des suites de Winnie et de False. Localement, les différents faciès de l’unité pPchm1 développent une structure protomylonitique, avec la formation de rubans de quartz, de porphyroclastes de feldspath et de queues de recristallisation. Ces roches contiennent aussi une faible proportion d’enclaves étirées ou de niveaux boudinés de diorite et de gabbro granoblastiques et de roches ultramafiques. Ces enclaves sont de faibles dimensions (<1 m) et présentent des contacts nets, sans bordure de réaction avec l’encaissant de composition intermédiaire à felsique. Les roches de l’unité pPchm1 sont couramment coupées par des injections de granite pegmatitique et, dans certains secteurs, par des dykes décimétriques à métriques de granite de l’unité pPchm2.

Suite de Champdoré 1a (pPchm1a) : Granodiorite, monzodiorite quartzifère et monzogranite à porphyroclastes de feldspath potassique

pPchm1aUn dernier faciès assez répandu est caractérisé par la présence de 10 à 25 % de phénocristaux ou de porphyroclastes de microcline et d’orthose rose pâle de 0,5 à 4 cm de longueur. Il est généralement impossible de séparer les différents faciès observés étant donné leur étroite association à l’échelle de l’affleurement. Cependant, il a été possible à certains endroits de regrouper le faciès porphyrique dans la sous-unité informelle pPchm1a qui forme des plutons décamétriques à kilométriques. En se basant sur l’association étroite entre des roches granoblastiques bien foliées ou gneissiques et des faciès moins déformés montrant des structures ignées bien préservées, Charette et al. (2016) ont pu regrouper ces différents faciès en une seule unité. Cette hypothèse a été confirmée par les âges obtenus dans les différents faciès de l’unité.

Suite de Champdoré 2 (pPchm2) : Granite rose finement grenu

pPchm2Le granite de l’unité pPchm2 est non magnétique et rose brunâtre à orangé en cassure fraîche et blanc à rosé en surface altérée. Il est homogène, massif ou peu folié, équigranulaire et à granulométrie fine à très fine (aplite). Les structures ignées sont bien préservées, bien que l’on observe localement un faible degré de recristallisation. Le granite renferme 2 à 10 % de minéraux ferromagnésiens, essentiellement de la biotite brun foncé à verte et de la hornblende verte à bleu-vert. Les principaux minéraux accessoires sont l’épidote, la chlorite, la muscovite, le grenat, l’allanite, le sphène, l’apatite et le zircon. Des microstructures myrmékitiques sont couramment observées en lame mince.

Épaisseur et distribution

La Suite de Champdoré se situe dans le secteur SW du Domaine lithotectonique de Baleine. Elle couvre une superficie de ~1500 km2. En terme de superficie, l’unité pPchm1 est la plus importante (1454 km2) alors que la sous-unité pPchm1a (67 km) est beaucoup plus restreinte. L’unité pPchm2 (4 km2) ne forme que six plutons de quelques centaines de mètres de largeur.

Datation

Les âges de cristallisation paléoprotérozoïques (1859 à 1837 Ma) ont été obtenus tant dans les faciès porphyrique que granoblastique de la Suite de Champdoré. Ces âges sont contemporains à la mise en place d’autres unités intrusives au sein du Domaine de Baleine, soit la Suite de Lhande (1834 Ma), le Complexe de Kaslac (1835 à 1828 Ma), la Supersuite de De Pas (1862 à 1805 Ma), le Pluton de Kuujjuaq (1869 à 1833 Ma) ainsi qu’à l’âge de cristallisation des diatexites de la Suite de Winnie (1839 à 1838 Ma).

Système isotopiqueMinéralÂge (Ma)(+)(-)Référence(s)
U-PbZircon185999Corrigan et al., communication personnelle, 2018 (éch. 2015-IL-3160-A) 
U-PbZircon183966Rayner et al., 2017 (éch. 2015-MV-8066-A)
U-PbZircon183722Corrigan et al., 2018

 

 

Relations stratigraphiques

Sur le terrain, les faciès déformés de la Suite de Champdoré sont similaires aux roches de la Suite de Saffray. Toutefois, la signature magnétique de ces deux unités est très différente, la Suite de Saffray formant de très fortes anomalies magnétiques orientées E-W à WNW. Les âges de cristallisation archéens obtenus pour la Suite de Saffray (2696 à 2683 Ma) permettent aussi de les distinguer.

La Suite de Champdoré renferme des enclaves de roche ultramafique, de diorite et de gabbro similaires à ceux de la Suite de Ralleau ainsi que des enclaves de paragneiss de la Suite de False et des métavolcanites de la Suite de Curot. Elle est injectée par les intrusions granitiques et tonalitiques des suites d’Aveneau et de Dancelou. Au SW, la Suite de Champdoré est bordée par la Faille du Lac Turcotte qui représente la limite entre les domaines lithotectoniques de Baleine et de Rachel-Laporte.

 

 

Paléontologie

Ne s’applique pas.

Références

Auteur(s)TitreAnnée de publicationHyperlien (EXAMINE ou Autre)
BOURQUE, Y.Géologie de la région du lac Mina, (Territoire-du-Nouveau-Québec). Ministère de l’Énergie et des Ressources, Québec; ET 88-08, 39 pages.1991ET 88-08
BOURQUE, Y.Géologie de la région du lac Mina, Nouveau-Québec. Ministère de l’Énergie et des Ressources, Québec; DP 85-30, carte annotée.1986DP 85-30
CORRIGAN, D. – WODICKA, N. – McFARLANE, C. – LAFRANCE, I. – VAN ROOYEN, D. – BANDYAYERA, D. – BILODEAU, C.Lithotectonic framework of the Core Zone, Southeastern Churchill Province Geoscience Canada; volume 45, pages 1-24.2018Source
CHARETTE, B. – LAFRANCE, I. – MATHIEU, G.Géologie de la région du lac Jeannin (SNRC 24B). Ministère de l’Énergie et des Ressources naturelles, Québec.2016
DANIS, D.Géologie de la région du lac Recouet (Territoire-du-Nouveau-Québec). Ministère de l’Énergie et des Ressources, Québec; ET 86-11, 54 pages1988ET 86-11
LAFRANCE, I. – VANIER, M.-A. – CHARETTE, B. Domaine lithotectonique de Baleine, sud-est de la Province de Churchill, Nunavik, Québec, Canada : synthèse de la géologie. Ministère de l’Énergie et des Ressources naturelles, Québec.En préparationBulletin géologiQUE
RAYNER, N.M – LAFRANCE, I. –  CORRIGAN, D. –  CHARETTE, B.New U-Pb zircon ages of plutonic rocks from the Jeannin Lake area, Quebec: an evaluation of the Kuujjuaq and Rachel-Laporte Zone. Geological Survey of Canada, Current Research 2017-4, 14 pages.2017Source

 

 

 

 

20 octobre 2016