English
 
Formation de Nituk
Étiquette stratigraphique : [ppro]ni
Symbole cartographique : pPni
Publiée le : 9 février 2016

Subdivision(s) informelle(s)

La numérotation ne reflète pas nécessairement la position stratigraphique.
 
pPni6 Grès micacé
pPni5 Formation de fer
pPni4 Basalte
pPni3 Calcaire, calcaire dolomitique
pPni2 Phyllade
pPni1 Siltstone, grès et conglomérat
 
Auteur :Lamothe, 2007
Âge :Paléoprotérozoïque
Coupe type :Aucune
Région type :Lac Dumas (feuillet SNRC 35G07)
Province géologique :Province de Churchill
Subdivision géologique :Orogène de l’Ungava / Fosse de l’Ungava / Domaine sud
Lithologie :Roches sédimentaires
Type :Lithostratigraphique
Rang :Formation
Statut :Formel
Usage :Actif

Historique

Bergeron (1957) et Beall (1960) mentionnent la présence d’épais niveaux de roches sédimentaires détritiques dans les roches aphébiennes surmontant le socle archéen près de la base de la Ceinture de Cap Smith. Taylor (1982) en fait une description plus exhaustive. Les travaux de St-Onge et Lucas (1990b à 1990h, 1993) et Moorhead (1989, 1996a, 1996b) présentent une des­cription détaillée des unités sédimentaires dans les portions orientale et occidentale du Domaine Sud respectivement.

Description

Unité allochtone essentiellement sédimentaire située à la base structurale du Domaine Sud et dans les lambeaux d’érosion de socle archéen sud et nord (Antiforme de Kovik). Elle est principalement composée d’un assemblage de siltstone, de grès, de grès micacé et de phyl­lades, avec localement des niveaux de basalte, de formation de fer, de calcaire et de dolomie. On observe les équivalents métamorphisés de ces lithologies à l’extrémité orientale et à la bordure nord du Domaine Sud, ainsi que dans les lambeaux d’érosion de l’Antiforme de Kovik, où le métamorphisme atteint le faciès moyen des amphibolites (Bégin, 1989, 1992). L’épaisseur du Nituk est très variable selon sa position dans le Domaine Sud; alors que sa puissance peut être estimée à moins de 2000 m dans la partie centrale du domaine (Moorhead, 1989), son épaisseur est beaucoup plus importante dans la partie orientale.

Formation de Nituk 1 (pPni1) : Siltstone, grès et conglomérat

Les grès et les siltstones sont interstratifiés. L’épaisseur des lits varie entre 0,1 et 3,0 m. Certains lits montrent un granoclassement bien défini, ainsi que des laminations entrecroisées, mais la plupart des lits sont massifs. Les grains détritiques, de dimensions variables, sont surtout composés de quartz et de plagioclase avec du sphène et de la tourmaline en traces. La matrice semble avoir subi une recristallisation complète. Les conglomérats forment des niveaux de 0,5 à 5 m d’épaisseur interstratifiés dans les séquences de siltstones et de grès. Ces conglomérats sont polygéniques et contiennent des fragments dont le diamètre varie entre 2 et 35 cm. La nature des principaux fragments correspond aux lithologies suivantes : siltstone, grès, dolomie, calcaire, métavolcanite et granodiorite. Ces conglomérats sont fortement déformés, les fragments sont étirés pour la plupart en forme de cigare (Moorhead, 1989).

Formation de Nituk 2 (pPni2) : Phyllade

Les affleurements de phyllade sont généralement petits, dépassant rarement une dizaine de mètres d’épaisseur. Des laminations d’épaisseur millimétrique à centimétrique sont presque toujours présentes. Les phyllades ont subi une recristallisation complète et contiennent comme minéraux principaux le quartz microblastique et la muscovite (Moorhead, 1989).

Formation de Nituk 3 (pPni3) : Calcaire, calcaire dolomitique

Cette subdivision se présente sous la forme d’affleurements généralement massifs. Les lits, lorsqu’ils sont visibles, varient entre 1 et 20 cm d’épaisseur. Elle est principalement composée de dolomie microgrenue montrant très peu de structures internes. Des réseaux de veines de quartz, de 1 à 5 cm de largeur, coupent la roche de façon aléatoire. On observe parfois une composante détritique, allant jusqu’à 20% de la roche, formée de grains de quartz et, plus rarement, de plagioclase (Moorhead, 1989).

Formation de Nituk 4 (pPni4) : Basalte

La puissance des coulées basaltiques varie de 2 à 8 m. Ces coulées sont typiquement massives et, plus rarement, coussinées. En règle générale, elles sont déformées et montrent une forte schistosité. Plusieurs affleurements sont coupés de veines de quartz d’épaisseur millimétrique. Ces basaltes sont semblables à ceux de la Formation de Beauparlant (Moorhead, 1989).

Formation de Nituk 5 (pPni5) : Formation de fer

Peu d’information.

Formation de Nituk 6 (pPni6) : Grès micacé

Cette subdivision consiste en des grès quartzitiques micacés et homogènes dont l’épaisseur varie entre 70 et 1700 m. Les affleurements se trouvent dans la région ouest de la baie Joy, au nord du lac de la Grunérite et au sud du lac Vicenza (St-Onge et Lucas, 1993). Le grès est composé de quartz et de plus de 20%de biotite métamorphique et de muscovite. Ce grès présente des lits d’une dizaine de centimètres en épaisseur et est caractérisé par un bon tri et des grains millimétriques arrondis, ainsi que par une abondance de veines de quartz centimétriques (St-Onge et Lucas, 1993).

Épaisseur et distribution

Voir section Description.

Datation

Un filon-couche de la Suite du lac Bélanger injecté dans la portion basale du Nituk a été daté à 2038 +4/-2 Ma (Machado et al., 1993), définissant un âge minimal pour la Formation de Nituk.

Relations stratigraphiques

La Formation de Nituk est généralement en contact de faille de décollement sur le socle archéen au nord et sud de l’orogène. Occasionnellement, notamment dans les secteurs du lac Grunérite (35H08) et de la rivière Korak (35C14), le Nituk repose en contact stratigraphique sur la Formation de Kuuvvaluk. L’unité est généralement surmontée par la Formation de Beauparlant en contact stratigraphique ou structural (faille de chevauchement). Dans la région du lac Dumas (35G07) où l’épaisseur du Nituk diminue rapidement vers l’ouest, l’unité présente une plus grande proportion de niveaux de roches volcaniques et passe latéralement à la Formation de Beauparlant. Plus à l’ouest, le Nituk ne représente qu’une faible proportion des roches du Domaine Sud.

Paléontologie

Aucun fossile rapporté.

Références

Auteur(s)TitreAnnée de publicationHyperlien (EXAMINE ou Autre)
LAMOTHE, D.Lexique stratigraphique de l’Orogène de l’Ungava. Ministère des Ressources naturelles, Québec; 62 pages.2007
MOORHEAD, J.Géologie de la région du lac Hubert, Fosse de l’Ungava. Ministère de l’Énergie et des Ressources, Québec; ET 91-06, 120 pages.1996aET 91-06
MOORHEAD, J.Géologie de la région du lac Vigneau, Fosse de l’Ungava. Ministère de l’Énergie et des Ressources, Québec; 93 pages.1996bMB 96-21
MOORHEAD, J.Géologie de la région du lac Chukotat, Fosse de l’Ungava. Ministère de l’Énergie et des Ressources, Québec; ET 87-10, 64 pages, 2 cartes.1989
ST-ONGE, M.R. – LUCAS, S.B.Geology of the Eastern Cape Smith Belt: Parts of the Kangiqssujuaq, Cratère du Nouveau-Québec, and Lacs Nuvilik map areas, Quebec. Geological Survey of Canada; Memoir 438, 110 pages.1993Source
ST-ONGE, M.R. – LUCAS, S.B.Geology, Lac Wakeham, Quebec. Geological Survey of Canada; carte 1727A, échelle 1/50 000.1990bSource
ST-ONGE, M.R. – LUCAS, S.B.Geology, Mont Albert-Low, Quebec. Geological Survey of Canada; carte 1728A, échelle 1/50 000.1990cSource
ST-ONGE, M.R. – LUCAS, S.B.Geology, Wakeham Bay, Quebec. Geological Survey of Canada; carte 1729A, échelle 1/50 000.1990dSource
ST-ONGE, M.R. – LUCAS, S.B.Geology, Lac Cournoyer, Quebec. Geological Survey of Canada; carte 1732A, échelle 1/50 000.1990eSource
ST-ONGE, M.R. – LUCAS, S.B.Geology, Lac Vicenza, Quebec. Geological Survey of Canada; carte 1733A, échelle 1/50 000.1990fSource
ST-ONGE, M.R. – LUCAS, S.B.Geology, Lac Samandré-Lac Charlery, Quebec. Geological Survey of Canada; carte 1734A, échelle 1/50 000.1990gSource
ST-ONGE, M.R. – LUCAS, S.B.Geology, Joy Bay-Burgoyne Bay, Quebec. Geological Survey of Canada; carte 1735A, échelle 1/50 000.1990hSource
9 février 2016