Formation de Korak
Étiquette stratigraphique : [ppro]kk
Symbole cartographique : pPkk
Publiée le : 9 février 2016

Subdivision(s) informelle(s)

La numérotation ne reflète pas nécessairement la position stratigraphique.
 
Aucune
 
Auteur :Lamothe, 2007
Âge :Paléoprotérozoïque
Coupe type :Aucune
Région type :Feuillet SNRC 35G04, 35H08, 25E04 et 25E05
Province géologique :Province de Churchill
Subdivision géologique :Orogène de l’Ungava / Fosse de l’Ungava / Domaine sud
Lithologie :Roches sédimentaires détritiques (grès arkosique, conglomérat)
Type :Lithostratigraphique
Rang :Formation
Statut :Formel
Usage :Actif

Historique

Ce niveau basal du Groupe de Povungnituk a été décrit à l’origine par Taylor (1982) et attribué par Moorhead (1989) au Sous-groupe de Lamarche (Lamothe et al., 1984) dont l’usage a été abandonné dans la présente compilation. Malgré sa faible épaisseur et sa distribution irrégulière, l’importance de l’unité pour la reconstruction palinspastique de l’orogène a été jugée suffisante pour l’élever au rang de formation.

Description

La Formation de Korak est une unité autochtone sédimentaire située à la base du Domaine Sud. Elle constitue l’unité basale du Groupe de Povungnituk et est formée de lits lenticulaires d’épaisseur métrique de conglomérat polygénique et de grès arkosique reposant en discordance angulaire sur le socle archéen (Taylor, 1982; Moorhead, 1989, 1996a, 1996b; St-Onge et Lucas, 1993). Au nord du lac Allemand, le grès repose sur un schiste à muscovite massif que Moorhead (1989) a interprété comme un paléorégolithe. Le socle sous-jacent au Korak ne présente aucune déformation protérozoïque visible et conserve, dans certains cas, une foliation N-S typique du craton archéen (Moorhead, 1996a, 1996b). Des failles normales traversant à la fois le socle et sa couverture parautochtone ont été notées localement (Moorhead, 1996b). La portion sommitale de la formation montre une déformation intense associée au décollement de base des unités allochtones sus-jacentes (St-Onge et al., 1988; Lucas, 1989). Les cailloux du conglomérat sont composés de granodiorite et de quartz hyalin.

Épaisseur et distribution

La Formation de Korak n’est exposée qu’à très peu d’endroits à la base de l’orogène et n’est généralement pas visible sur les cartes géologiques à cause de sa faible épaisseur et de sa nature discontinue.

Datation

Aucune.

Relations stratigraphiques

Le Korak repose en discordance angulaire sur le socle archéen et, à l’exception des lambeaux d’érosion du secteur de la baie Burgoyne (25E04 et 25E05), sa portion sommitale est en contact de faille de chevauchement avec les unités sus-jacentes du Groupe de Povungnituk. Dans le cas du secteur de la baie Burgoyne, il semble que le contact entre le Korak et le Kuuvvaluk soit transitionnel (St-Onge et Lucas, 1993). Ce contact n’est pas visible à l’échelle actuelle de la cartographie au 1/50 000. La présence du Korak confirme que les roches archéennes constituent effectivement le socle sur lequel se sont déposées les roches du Povungnituk et que cette plateforme s’étendait au moins jusqu’à la baie Burgoyne.

Paléontologie

Aucun fossile rapporté.

Références

Auteur(s)TitreAnnée de publicationHyperlien (EXAMINE ou Autre)
LAMOTHE, D.Lexique stratigraphique de l’Orogène de l’Ungava. Ministère des Ressources naturelles, Québec; DV 2007-03, 62 pages.2007
ST-ONGE, M.R. – LUCAS, S.B.Geology of the Eastern Cape Smith Belt: Parts of the Kangiqssujuaq, Cratère du Nouveau-Québec, and Lacs Nuvilik map areas, Quebec. Geological Survey of Canada; Memoir 438, 110 pages.1993Source
MOORHEAD, J.Géologie de la région du lac Chukotat, Fosse de l’Ungava. Ministère de l’Énergie et des Ressources, Québec; ET 87-10, 64 pages, 2 cartes.1989
TAYLOR, F.C.Reconnaissance geology of a part of the Canadian Shield, northern Quebec and Northwest Territories. Geological Survey of Canada; Memoir 399, 32 pages.1982Source
9 février 2016