2019-AM-0092A
 
Lithologie : Granite à feldspath alcalin
Unité stratigraphique : Charnockite de Patrick Ouest (mPick1)

Publiée le :  
 

 

 

Numéro d’échantillon : 2019-AM-0092A
Lithologie : Granite à feldspath alcalin
Âge 1 (évènement) : 1169 ±14 Ma (cristallisation magmatique)
Province géologique : Province de Grenville
Subdivision géologique : Allochtone
Unité stratigraphique : Charnockite de Patrick Ouest (mPick1)
Feuillet SNRC : 32A16
Zone UTM NAD 83 : 18
Estant : 717172
Nordant : 5427281
Méthode d’analyse :

LA-HR-ICP-MS sur zircons (méthode d’analyse décrite dans le MB 2020-09, page 2)

 

 

 

Géologie et description de l’échantillon

L’unité de granite à feldspath alcalin de la Charnockite de Patrick Ouest (Moukhsil et El Bourki, 2019) est grisâtre en surface altérée et rosâtre en surface fraiche. Il est porphyroïde à phénocristaux de feldspath potassique (1 à 5 cm), perthitique et localement à structure rapakivi. Il comprend également de grandes plages de quartz, de plagioclase, d’orthopyroxène, de hornblende verte, de clinopyroxène et de biotite. Par endroits, l’orthopyroxène est ouralitisé et associé à quelques cristaux de clinopyroxène, le tout englobé par les phénocristaux de feldspath potassique perthitique. Les minéraux accessoires sont le zircon, la magnétite et la titanite.

Objectif de l’analyse géochronologique

L’objectif de cette analyse est de déterminer l’âge de cristallisation des unités encaissantes de la Suite anorthositique de Lac Saint-Jean (SALSJ).

Géochronologie

Les zircons recueillis sont euhèdres à subeuhèdres avec des proportions de 2:1 à 4:1. Ils présentent généralement au moins deux familles de fractures.

 

En cathodoluminescence, les grains de zircon présentent une structure interne faite d’un noyau luminescent homogène non zoné ou à zonation oscillatoire. Ces domaines centraux clairs sont entourés de différentes surcroissances sombres, possiblement d’origine métamorphique. On observe une faible zonation oscillatoire ou une zonation convolutée dans les domaines sombres.

 

Les analyses ont été effectuées sur les noyaux et les surcroissances des grains présentant des proportions, des morphologies et des types de zonation variées. Les teneurs en uranium des grains analysés varient de 42 ppm U à 783 ppm U avec des rapports Th/U de 0,15 à 0,61, ce qui indique une origine ignée. Une droite de régression avec une intersection inférieure fixée à 0 ±0 Ma permet de calculer une intersection supérieure avec la courbe concordia correspondant à un âge de 1169 ±14 Ma, qui est interprété comme celui de la cristallisation du granite. Cette datation concorde dans l’intervalle d’erreur avec l’âge de la première impulsion magmatique de type AMCG (anorthosite-mangérite-charnockite-granite; 1,16 à 1,13 Ga) dans la région du Lac-Saint‐Jean (Higgins et van Breemen., 1996). Les analyses présentent des pourcentages de discordance qui varient de -3,3 à 15,3 %, et sont associées à des degrés variables de perte en Pb survenue au cours d’évènements tectonométamorphiques ultérieurs. L’âge de 1169 ±14 Ma est légèrement plus ancien que celui déjà connu pour la Charnockite de Patrick Ouest (1143,4 ±2,4 Ma; van Breemen, 2009). Ce dernier âge pourrait correspondre à l’épisode de mise en place de la bordure de la Suite anorthositique de Lac Saint-Jean.

Les résultats des analyses sont disponibles dans le SIGÉOM et accessibles en cliquant sur ce lien (voir fichiers Excel dans MB202009ADN001.zip).

Interprétation

La datation de plusieurs échantillons appartenant à la SALSJ a permis d’estimer un âge de mise en place compris entre 1160 Ma et 1135 Ma (Higgins et van Breemen, 1996; Hébert et al., 2005). L’âge de 1169 ±14 Ma obtenu pour cet échantillon de granite à feldspath alcalin de la Charnockite de Patrick Ouest est donc légèrement plus ancien que ceux obtenus pour la SALSJ. Ceci semble indiquer que la Charnockite de Patrick Ouest constitue l’unité encaissante des faciès mafiques à ultramafiques de la SALSJ. Cet âge pourrait également signifier que la SALSJ se serait mise en place dans l’intervalle de 1169 Ma à 1135 Ma, ce qui coïncide avec l’évènement adirondien (1180 Ma à 1080 Ma) de Gower et Krogh (2002).

Auteurs

Rôle Nom Courriel Année
Géochronologie Konstantinos Papapavlou, Ph. D.   2019 à 2020
Échantillonnage et interprétation Abdelali Moukhsil, géo., Ph. D. abdelali.moukhsil@mern.gouv.qc.ca 2020
Coordination Francis Talla Takam, géo., Ph. D. francis.tallatakam@mern.gouv.qc.ca 2021

Références

Publications accessibles dans SIGÉOM Examine

MOUKHSIL, A., EL BOURKI, M., 2019. Géologie de la région de Normandin, Province de Grenville, région du Saguenay-Lac-Saint-Jean, Québec, Canada. MERN; BG 2020-01, 2 plans.

PAPAPAVLOU, K., 2020. U-Pb geochronology report, Grenville 2019-2020. UQAM, MERN; MB 2020-09, 25 pages.

VAN BREEMEN, O., 2009. Report on U‐Pb geochronology for the Pipmuacan reservoir region. Geological Survey of Canada; MB 2009-04, 13 pages.

 

Autres publications 

GOWER, C.F., KROGH, T.E., 2002. A U-Pb geochronological review of the Proterozoic history of the eastern Grenville Province. Canadian Journal of Earth Sciences; volume 39, pages 795-829. doi.org/10.1139/e01-090

HÉBERT, C., CADIEUX, A.-M., VAN BREEMEN, O., 2005. Temporal evolution and nature of Ti-Fe-P mineralization in the AMCG suites of the south-central Grenville Province, Saguenay–Lac-Saint-Jean area, Québec, Canada. Canadian Journal of Earth Sciences; volume 42, pages 1065-1080. doi.org/10.1139/E05-050

HIGGINS, M., VAN BREEMEN, O., 1996. Three generations of anorthosite-mangerite-charnockite-granite (AMCG) magmatism, contact metamorphism and tectonism in the Saguenay-Lac-Saint-Jean region of the Grenville Province, Canada. Precambrian Research; volume 79, pages 327-346. doi.org/10.1016/0301-9268(95)00102-6

 

 

 

 

25 mars 2021