MÉTHODE DE TRAVAIL

Levés effectués dans les milieux isolés avec quelques accès routiers

Les travaux de cartographie géologique sont réalisés par des équipes de travail composées d’un géologue et d’un stagiaire. L’accès à la majeure partie du territoire s’opère en hélicoptère. Toutefois, des cheminements en camion sont effectués le long de quelques accès routiers qui sillonnent la zone d’étude. Des équipes de deux personnes sont déposées à leur point d’entrée à partir duquel ils réalisent des cheminements de 5 à 14 km. L’espacement entre les cheminements, leur longueur, ainsi que l’espacement entre les affleurements décrits dépendent de l’échelle de la cartographie, de l’épaisseur des dépôts superficiels, de la densité de la végétation, de la topographie, de la superficie de l’affleurement, de sa qualité d’exposition et de la complexité géologique du secteur. Les rives et les îles des grands plans d’eau et des grandes rivières sont couramment cartographiées par bateau. Les secteurs difficiles d’accès ou pour lesquels la densité d’affleurements est plus faible sont également couverts par hélicoptère en effectuant des arrêts ponctuels ou par technique dite de « saute-mouton ».

Les affleurements sont décrits à l’aide de tablettes électroniques permettant de saisir les données de terrain dans le module de géofiche (voir les documents MB 98-05 et DV 2013-07). Ces données sont ensuite intégrées à la base de données SIGÉOM. Afin de mieux caractériser les unités géologiques, des échantillons représentatifs sont analysés selon les techniques suivantes :

La nomenclature stratigraphique de la région cartographiée respecte les normes du Code stratigraphique nord-américain (DV 86-02, MRN, 1986; North American Commission on Stratigraphic Nomenclature, 2005; Easton, 2009) et de la nomenclature déjà établie. Les unités ont été définies en fonction de la composition des roches, de leur âge, des relations de recoupement, de leurs structures et microstructures, et de leur distribution régionale.

14 juin 2018