English
 
Faille du Lac Turcotte
Étiquette structurale : FAtur

Première publication :  
Dernière modification :
 
Auteur(s) Poirier, 1989
Méthodologie Définie à partir de levés géologiques et des données géophysiques
Appartenance Province de Churchill / Domaine lithotectonique de Baleine
Mouvement principal Dextre inverse
Style de déformation Chevauchement suivi d’un mouvement dextre tardif
Faciès métamorphique (faciès moyen lié à la déformation principale) Amphibolites

Historique et méthodologie

La Faille du Lac Turcotte (FAtur) a été tracée pour la première fois par Poirier (1989) lors de travaux réalisés dans le cadre d’un projet de maîtrise. Cet auteur considère cette faille comme une structure majeure qui constitue la limite orientale du bloc « Lac Rachel – Lac Murray », lequel correspond grossièrement au Domaine lithotectonique de Rachel-Laporte. Selon Wardle et al. (2002) et Corrigan et al. (2018), la portion nord de la Zone de cisaillement du Lac Tudor (ZCtud) s’incurve progressivement vers le NW où elle rejoint la FAtur. Les travaux de cartographie à l’échelle de 1/250 000 réalisés entre 2011 et 2016 par le Ministère ainsi que les levés géophysiques récents (D’Amours et Intissar, 2012a, 2012b, 2013; Intissar et al., 2014) n’ont toutefois pas permis à Lafrance et al. (2020) de relier les deux structures.

Dans le cadre de leur synthèse du sud-est de la Province de Churchill (SEPC), Lafrance et al. (2020) ont déplacé la limite entre les domaines de Rachel-Laporte et de Baleine vers l’ouest dans certains secteurs. Dans la partie nord, cette limite correspond maintenant à l’apparition des gneiss archéens du Complexe d’Ungava, qui coïncide dans ce secteur avec la Faille du Lac Olmstead (FAolm). Le tracé de la FAtur vient désormais rejoindre la FAolm dans le secteur du lac Diana (feuillet SNRC 24K06). La limite entre les deux domaines lithotectoniques a aussi été déplacée vers l’ouest dans le secteur sud du SEPC. La présence exclusive de zircons détritiques d’âge archéen dans la Suite de Grand Rosoy a permis à Lafrance et al. (2020) d’inclure cette unité dans le Domaine de Baleine. La FAtur a ainsi été poursuivie vers le sud, le long de la frontière ouest de cette unité. 

L’information disponible sur la FAtur est limitée étant donné qu’elle est rarement exposée et que les travaux ont été réalisés à une échelle de 1/250 000. Les descriptions sont appuyées par des observations locales.

Limites et morphologie

Largeur (km) <2
Longueur (km) 684
Orientation NNW-SSE à N-S

La Faille du Lac Turcotte fait partie d’un système de grandes failles en relais qui marque la limite entre les domaines lithotectoniques de Rachel-Laporte, à l’ouest, et de Baleine, à l’est. Dans la partie NW du SEPC, c’est la Faille du Lac Olmstead qui marque cette limite, et ce, jusqu’à l’extrémité sud du lac Olmstead (feuillet 24K06), où la FAtur prend le relais. Dans ce secteur, les deux failles sont à <3 km de distance et parallèles sur une longueur de ~65 km vers le SE, puis la FAolm rejoint la FAtur. Cette structure a été observée sporadiquement sur le terrain le long de son tracé qui totalise 684 km de longueur. Sa largeur est indéterminée, mais des niveaux mylonitisés ont été reconnus localement jusqu’à quelques kilomètres de part et d’autre de la trace de la faille.

Unités stratigraphiques concernées

La FAtur affecte les unités localisées de part et d’autre de celle-ci, le long de la bordure ouest du Domaine de Baleine et de la bordure est du Domaine de Rachel-Laporte. Il s’agit des suites d’Akiasirviup, de Curot, de False, de Winnie, de Champdoré et de Grand Rosoy dans le Domaine de Baleine, et des suites de Freneuse et de Klein dans le Domaine de Rachel-Laporte.

Caractéristiques structurales

❯ Fabriques principales

La fabrique principale de la FAtur est représentée par des plans de foliation minérale secondaire tectonométamorphique Sn. Cette fabrique est couramment plissée en raison de l’empreinte d’une phase de déformation ultérieure (Poirier, 1989). L’orientation générale est NNW-SSE, sauf dans le secteur sud, où elle est plutôt N-S. Comme pour les autres failles de chevauchement (Gabriel, Lac Hérodier, Lac Olmstead, Pingiajjulik, Rachel et Pointe Reef) de l’ouest du SEPC, la FAtur serait associée à une phase de chevauchement précoce à vergence NW, puis aurait été plissée lors d’une phase de déformation subséquente (Clark et Wares, 2004).

Des niveaux centimétriques à décamétriques de mylonite et de protomylonite ont localement été observés le long de la FAtur. Ces niveaux plus déformés présentent une fabrique planaire protomylonitique ou mylonitique contenant localement une linéation d’étirement subhorizontale vers l’ESE, l’est ou l’ENE. Le nombre de mesures de linéation est toutefois insuffisant pour une analyse structurale. Ces zones plus déformées contiennent des porphyroclastes de feldspath, des rubans discontinus de quartz et des fabriques C/S peu prononcées. Le leucosome des suites de False et de Winnie ainsi que des veines de quartz sont boudinés et plissés par endroits.

❯ Autres fabriques

Non observé. 

❯ Plis

Clark et Wares (2004) attribuent le développement de grands plis ouverts NW-SE à faible plongée vers le SE à un mouvement tardif de décrochement dextre le long des grandes failles de chevauchement associées à l’Orogène du Nouveau-Québec. Selon Lafrance et al. (2020), les plis ouverts associés à ce mouvement ont surtout été observés dans le nord du Domaine de Baleine, tandis que les plis sont plutôt serrés à isoclinaux dans le sud où ils constituent un élément structural important. Ce dernier type de plis est localement observé à l’échelle de l’affleurement le long de la FAtur.

Des plis déversés associés au chevauchement du Domaine de Baleine sur celui de Rachel-Laporte lors de l’Orogenèse du Nouveau-Québec ont aussi été décrits par Moorhead et Hynes (1990) dans le Complexe de Rénia (Rachel-Laporte). Ces plis auraient par la suite été repris par la deuxième phase de plissement associée au mouvement décrochant dextre décrit plus haut.

 

❯ Relations de recoupement

Non observé.

❯ Cinématique

Les rares indicateurs cinématiques observés le long de la FAtur consistent en porphyroclastes de plagioclase ou de microcline et en fabriques C/S peu prononcées. Ces indicateurs sont toutefois associés au dernier épisode de déformation en décrochement et confirment un mouvement dextre.

 

Style de la déformation

Le mouvement principal est un chevauchement suivi d’un décrochement dextre tardif. Selon Perreault et Hynes (1990), le premier mouvement impliquerait une remontée du Domaine de Baleine sur celui de Rachel-Laporte. 

Caractéristiques métamorphiques

La FAtur marque généralement une frontière entre un domaine moins métamorphisé, à l’ouest, et l’atteinte des conditions d’anatexie, à l’est (Charette et al., 2016; Godet et al., 2020a). Dans la partie nord du Domaine de Baleine, cette limite est plutôt représentée par la Faille du Lac Olmstead. Les travaux de terrain suggèrent une augmentation graduelle de l’intensité du métamorphisme du Domaine de Rachel-Laporte à l’approche de celui de Baleine (Poirier, 1989; Perreault et Hynes, 1990). Les travaux de modélisation métamorphique et de prétrochronologie de Godet et al. (2020) confirment que les conditions métamorphiques atteintes sont plus élevées à l’est qu’à l’ouest de la FAtur, mais indiquent également l’existence d’une discontinuité métamorphique importante entre les deux domaines. Cette discontinuité se révèle par le diachronisme métamorphique entre les domaines de Baleine et de Rachel-Laporte, plutôt que par un gradient observé sur le terrain qui révèlerait une augmentation graduelle de l’intensité du métamorphisme.

Dans le Domaine de Rachel-Laporte, en bordure de la FAtur, les conditions de pression et de température lors du paroxysme métamorphique sont estimées à 650 °C et à 0,76 GPa, alors qu’elles sont de 790 °C et de 0,72 GPa dans la portion centrale du Domaine de Baleine (Godet et al., 2020). Un autre échantillon provenant d’un secteur plus à l’ouest dans le Domaine de Rachel-Laporte indique quant à lui des conditions estimées à 620 °C et 0,55 GPa (Godet et al., 2020).

Altérations

Des zones d’altération métriques à hématite, épidote et silice sont reconnues localement à proximité de la FAtur. Il est probable que celles-ci soient tardives par rapport au mouvement de la faille. 

Caractéristiques géophysiques

La FAtur correspond à un linéament magnétique ondulant plus ou moins net sur la carte aéromagnétique régionale.

Repères chronologiques

L’événement de collision majeur dans la portion occidentale du SEPC correspond à l’édification de l’Orogène du Nouveau-Québec ayant eu lieu entre 1,82 Ga et 1,77 Ga (Wardle et al., 2002). Les contraintes en transpression développées lors de cette collision oblique ont donné lieu à des failles de chevauchement et de décrochement (Clark et Wares, 2004). Les failles de la partie ouest du SEPC, dont la Faille du Lac Turcotte, auraient agi comme des failles de chevauchement au début de la phase orogénique, puis auraient été transformées en failles de décrochement dextre vers la fin de celle-ci (Clark et Wares, 2004). 

Godet et al. (2020) proposent que la FAtur représente une discontinuité tectonométamorphique entre les deux domaines lithotectoniques de ~1830 Ma à 1800 Ma. Durant cette période, le chevauchement vers l’ouest du Domaine de Baleine sur celui de Rachel-Laporte a entraîné une décompression isothermale du premier et un enfouissement jusqu’au faciès des amphibolites du second. Une récente datation indique un enfouissement dans des conditions de croûte moyenne à ~1804 Ma pour les roches métasédimentaires du Domaine de Rachel-Laporte (Godet et al., 2020). Cet épisode de chevauchement et d’épaississement crustal semble précéder le mouvement de décrochement dextre final qui se serait produit entre 1793 Ma et 1783 Ma (Machado et al., 1989; Clark et Wares, 2008). 

 

Références

Publications accessibles dans Sigéom Examine

CHARETTE, B., LAFRANCE, I., VANIER, M.-A., 2016. Géologie de la région du lac Jeannin. MERN; BG 2015-01, 1 plan. 

CLARK, T., WARES, R., 2004. Synthèse lithotectonique et métallogénique de l’Orogène du Nouveau-Québec (Fosse du Labrador). MRNFP; MM 2004-01, 182 pages, 1 plan.

D’AMOURS, I., INTISSAR, R., 2012a. Levé magnétique et spectrométrique aéroporté dans le secteur du lac Le Moyne, Province de Churchill. MRNF; DP 2011-06, 8 pages, 200 plans.

D’AMOURS, I., INTISSAR, R., 2012b. Levé magnétique et spectrométrique aéroporté de la rivière Koksoak, Province de Churchill. MRNF; DP 2011-07, 8 pages, 180 plans.

D’AMOURS, I., INTISSAR, R., 2013. Levé magnétique et spectrométrique aéroporté dans le secteur de la rivière à la Baleine, Province de Churchill. MRN; DP 2013-03, 10 pages, 170 plans.

DAVIS, D W., SUTCLIFFE, C N., 2018. U-Pb Geochronology of Zircon and Monazite by LA-ICPMS in Samples from Northern Quebec. University of Toronto, MERN; MB 2019-01, 113 pages.

INTISSAR, R., BENAHMED, S., D’AMOURS, I., 2014. Levé magnétique et spectrométrique aéroporté dans le secteur sud de la rivière George, partie sud-est de la Province de Churchill. MRN; DP 2014-01, 9 pages, 250 plans.

LAFRANCE, I., VANIER, M.-A., CHARETTE, B., 2020. Domaine lithotectonique de Baleine, sud-est de la Province de Churchill, Nunavik, Québec, Canada : synthèse de la géologie. MERN. BG 2020-07, 2 plans. 

Autres publications

CORRIGAN, D., WODICKA, N., McFARLANE, C., LAFRANCE, I., VAN ROOYEN, D., BANDYAYERA, D., BILODEAU, C., 2018. Lithotectonic framework of the Core Zone, Southeastern Churchill Province. Geoscience Canada; volume 45, pages 1-24. doi.org/10.12789/geocanj.2018.45.128

GODET, A., GUILMETTE, C., LABROUSSE, L., DAVIS, D.W., VANIER, M.-A., LAFRANCE, I., CHARETTE, B., 2020. Contrasting P-T-t paths reveal a metamorphic discontinuity in the New Quebec Orogen: insights into Paleoproterozoic orogenic processes. Precambrian Research; article 105675. doi.org/10.1016/j.precamres.2020.105675

MACHADO, N., GOULET, N., GARIÉPY, C., 1989. U-Pb geochronology of reactivated Archean basement and of Hudsonian metamorphism in the northern Labrador Trough. Canadian Journal of Earth Sciences; volume 26, pages 1-15. doi.org/10.1139/e89-001

PERREAULT, S., HYNES, A., 1990. Tectonic evolution of the Kuujjuaq terrane, New Québec Orogen. Geosciences Canada; volume 17, pages 238-240. journals.lib.unb.ca/index.php/GC/article/view/3695

POIRIER, G.G., 1989. Structure and metamorphism of the eastern boundary of the Labrador Trough near Kuujjuaq, Québec, and its tectonic implications. McGill University; master thesis, 174 pages.

WARDLE, R.J., JAMES, D.T., SCOTT, D.J., HALL, J., 2002. The southeastern Churchill Province: synthesis of a Paleoproterozoic transpressional orogen. Canadian Journal of Earth Science; volume 39, pages 639-663. doi.org/10.1139/e02-004

Citation suggérée

Ministère de l’Énergie et des Ressources naturelles (MERN). Faille du Lac turcotte. Lexique structural du Québec. http://gq.mines.gouv.qc.ca/lexique-structural/faille-du-lac-turcotte/ [cité le jour mois année].

Collaborateurs

Première publication

Isabelle Lafrance, géo., M. Sc. isabelle.lafrance@mern.gouv.qc.ca; Marc-Antoine Vanier, ing. jr, M. Sc. marc-antoine.vanier@mern.gouv.qc.ca (rédaction);

Ghyslain Roy, géo. (coordination); Claude Dion, ing., M. Sc. (lecture critique); Simon Auclair, géo., M. Sc. (révision linguistique); André Tremblay (montage HTML); Céline Dupuis, géo., Ph. D. (version anglaise) 

 

 

7 octobre 2020