English
 
Domaine structural de Siukkaq
Étiquette structurale : DSsiu

Première publication :  
Dernière modification :
 
Auteur(s) Vanier et Lafrance, 2020
Méthodologie Défini à partir d’un levé géologique et de données géophysiques
Appartenance Province de Churchill / Orogène de l’Ungava / Domaine lithotectonique de Narsajuaq
Mouvement principal Ne s’applique pas
Style de déformation Indéterminé
Faciès métamorphique (faciès moyen lié à la déformation principale) Amphibolites supérieur

Historique et méthodologie

Cette fiche est issue de l’interprétation de cartes aéromagnétiques (Intissar et al., 2014) et d’informations recueillies à partir d’un levé géologique réalisé à l’été 2019 dans la région du lac Sirmiq (Vanier et Lafrance, 2020).

Limites et morphologie

Largeur (km) 8
Longueur (km) 18

Le Domaine structural de Siukkaq (DSsiu) possède une morphologie lobée. Il est bordé à l’est par une zone de cisaillement senestre qui marque la transition avec le Domaine structural d’Estre (DSest). Au sud, il partage une limite diffuse avec le Domaine structural de Kuuruq (DSkuu) et, à l’est, la bordure avec le Domaine structural de Routhier (DSrou) est définie par le patron des traces de foliation qui forment des ellipses au sein de ce dernier.

Unités stratigraphiques concernées

Le DSsiu est composé de roches du Complexe de Sainte-Hélène et de quelques lambeaux de roche mafique et ultramafique appartenant au Complexe de Pingasualuit.

Caractéristiques structurales

❯ Fabriques principales

Sn = S2

Les fabriques planaires du DSsiu possèdent des orientations et des pendages variables. Les orientations suivent en général les bordures lobées du domaine. Localement, la foliation s’incurve abruptement, passant de subhorizontale à subverticale. Il n’y a pas suffisamment de mesures de structures linéaires pour identifier une tendance.

Les foliations et les gneissosités sont régulières et continues dans le DSsiu. La foliation est soulignée par le positionnement planaire des grains de biotite et de hornblende, alors que la gneissosité en marquée par la ségrégation du quartz, du feldspath et des minéraux ferromagnésiens à l’échelle millimétrique. Des roches migmatitisées sont présentes dans le DSsiu. Ces dernières peuvent montrer un rubanement stromatique parallèle à la foliation et à la gneissosité. Par endroits, un rubanement migmatitique plus irrégulier devient prédominant. Entre autres, des corps mélanocrates allongés de 5 cm à quelques décimètres de longueur sont disposés subparallèlement à la foliation. Dans les secteurs où les proportions de leucosomes et de mélanosomes sont élevées, la fabrique planaire est davantage irrégulière et un aspect de fluage est observé.

Fabrique principale Type de fabrique Direction (°) Pendage (°) Nombre de mesures Commentaires
Foliation Sn Foliation tectonométamorphique et gneissosité Variable Variable 26  
Linéation Ln Linéations d’étirement ou minérale Variable Variable 4  

 

❯ Autres fabriques

Non observé.

❯ Plis

Non observé.

❯ Relations de recoupement

Aucune.

❯ Cinématique

Ne s’applique pas.

Style de la déformation

L’intensité de la déformation dans le DSsiu varie de faible, dans l’unité de diatexite du Complexe de Sainte-Hélène (pPshn3), à modérée, dans les unités gneissiques et migmatitisée de ce même complexe (pPshn1 et pPshn2). Les diatexites sont dominantes au centre du domaine, alors que les roches gneissiques se concentrent au pourtour. Au sein des diatexites, il y a peu de cohérence structurale entre les affleurements, lesquels sont espacés de près d’un kilomètre. Plusieurs caractéristiques du DSsiu sont communes au DSrou, dont les unités stratigraphiques affectées, le type de fabrique, l’intensité de la déformation et les conditions métamorphiques. Dans le cas du DSrou, la géométrie suggère un style de déformation correspondant à un dôme. Par contre, la géométrie du DSsiu est complexe et une partie est inconnue puisque celui-ci se poursuit sous le détroit d’Hudson. Le style de déformation du DSsiu demeure donc indéterminé. On sait cependant qu’il s’agit d’un domaine déformé à haute température, tout comme le reste du Domaine lithotectonique de Narsajuaq. Les formes lobées complexes qui le composent pourraient être issues d’instabilités dues à des contrastes de densité dans une croûte dépourvue de rigidité, tel que proposé pour la région du lac Sirmiq (Vanier et Lafrance, 2020). Une autre hypothèse implique qu’il s’agirait d’une séquence de plis polyphasés.

Caractéristiques métamorphiques

La présence d’un rubanement stromatique au sein des migmatites du Complexe de Sainte-Hélène indique que les conditions métamorphiques au faciès des amphibolites supérieur ont été atteintes de manière synchrone avec la déformation principale (Sawyer, 2008). De manière générale, les caractéristiques métamorphiques du DSsiu sont les mêmes que dans le Domaine structural de Routhier (DSrou) adjacent.

Altérations

Non observé.

Caractéristiques géophysiques

Le patron géophysique du DSsiu est formé de quatre crêtes aéromagnétiques qui suivent la forme lobée du domaine. Celles-ci sont d’intensité modérée. La portion NE caractérisée par un champ aéromagnétique d’intensité plus faible.

Repères chronologiques

Un échantillon de gneiss tonalitique migmatitisé du Complexe de Sainte-Hélène (pPshn2a) a été prélevé pour une analyse géochronologique. Bien que les résultats d’analyse ne soient pas disponibles, ceux-ci devraient permettre de contraindre l’âge de l’événement de fusion partiel, et ainsi fournir une estimation d’âge syncinématique ou minimal. Cet âge sera également valable pour le DSrou qui comprend un volume important de gneiss migmatitisé du Complexe de Sainte-Hélène.

Références

Publications accessibles dans SIGÉOM Examine

INTISSAR, R., BENAHMED, S., D’AMOURS, I., 2014. Levé magnétique et spectrométrique aéroporté de la partie nord de l’Orogène de l’Ungava, Province de Churchill. MRN. DP 2014-03, 10 pages et 410 plans.

VANIER, M.-A., LAFRANCE, I., 2019. Géologie de la région du lac Sirmiq, Orogène de l’Ungava, Nunavik, Québec, Canada. MERN. BG 2020-02, 1 plan.

Autres publications

SAWYER, E.W., 2008. Atlas of migmatites. NRC Research press, 2008. 371 pages.

Citation suggérée

Ministère de l’Énergie et des Ressources naturelles (MERN). Domaine structural de Siukkaq. Lexique structural du Québec. http://gq.mines.gouv.qc.ca/lexique-structural/domaine-structural-de-siukkaq/ [cité le jour mois année].

Collaborateurs

Première publication

Marc-Antoine Vanier, ing. jr, M. Sc. marc-antoine.vanier@mern.gouv.qc.ca, Isabelle Lafrance, géo. M. Sc. isabelle.lafrance@mern.gouv.qc.ca (rédaction);

Ghyslain Roy, géo. (coordination); James Moorhead, géo. M. Sc. (lecture critique); Simon Auclair, géo. M. Sc. (révision linguistique); André Tremblay (montage HTML); Céline Dupuis, géo., Ph. D. (version anglaise) 

 

 

23 juillet 2020