Domaine structural de Saint-André-du-Lac-Saint-Jean
Étiquette structurale : DSsal

Première publication :  
Dernière modification :

 

 

Auteur(s)Moukhsil et Daoudene, 2019
MéthodologieDéfini à partir d’un levé géologique
AppartenanceProvince de Grenville / Allochtone
Mouvement principalNon applicable
Style de déformationHétérogène
Faciès métamorphique (faciès moyen lié à la déformation principale)Granulites

 

 

Historique et méthodologie

Le Domaine structural de Saint-André-du-Lac-Saint-Jean a été défini à la suite d’un levé géologique réalisé par Moukhsil et Daoudene (2019) dans la région du lac des Commissaires, au SW du lac Saint-Jean.

Limites et morphologie

Largeur (km)Minimum de 560 m (feuillet 32A08); maximum de 9 km (feuillet 32A01)
Longueur (km)Minimum de 46 km (feuillets 32A01 et 32A08)
OrientationAllongement N-S dans les feuillets 32A01 et 32A08 

 

La morphologie et l’étendue du Domaine structural de Saint-André-du-Lac-Saint-Jean sont indéterminées, car le domaine n’a été documenté que dans les feuillets SNRC 32A01 et 32A08, cartographiés par Morfin et al. (2015) et Moukhsil et Daoudene (2019). Dans ces feuillets, le domaine montre un allongement N-S sur environ 46 km et une largeur E-W comprise entre 560 m et 9 km. Cependant, la majeure partie du domaine semble être localisée dans le feuillet 22D04, à l’est de la région du lac des Commissaires. Le Domaine structural de Saint-André-du-Lac-Saint-Jean semble aussi se poursuivre vers le sud dans le feuillet 31P16. À l’ouest, il est délimité par la Zone de cisaillement de Saint-François-de-Sales, alors qu’au nord il est masqué par les unités sédimentaires ordoviciennes du Domaine structural du Lac-Saint-Jean.

 

 

Unités stratigraphiques concernées

Dans les feuillets 32A01 et 32A08, les unités stratigraphiques présentes au sein du Domaine structural de Saint-André-du-Lac-Saint-Jean sont :

– Le Groupe de Montauban (mPmt2);

– Le Complexe de la Bostonnais (mPbos4);

– La Suite plutonique de Belley (mPbly2);

- La Suite anorthositique de Lac-Saint-Jean (mPlsj2c);

– La Suite de Travers (mPtra1, mPtra2 et mPtra4).

Caractéristiques structurales

❯ Fabriques principales

Dans les feuillets 32A01 et 32A08, la plupart des affleurements du Domaine structural de Saint-André-du-Lac-Saint-Jean ne montrent qu’une seule fabrique structurale planaire, soit une foliation tectonométamorphique très diffuse. Pour cette raison, et puisque la trajectoire des mesures de la foliation semble être grossièrement continue d’un affleurement à l’autre, la quasi-totalité des mesures est attribuée à Sn. On présume aussi que la phase de déformation associée Dn est d’âge grenvillien, c’est-à-dire compris entre ~1,085 Ga et 0,986 Ga. La phase orogénique grenvillienne  étant la plus récente parmi celles répertoriées dans toute la Province de Grenville (voir p. ex. Moukhsil et Solgadi, 2018), des fabriques structurales planaires associées à au moins une phase orogénique plus précoce (Dn-1) pourraient être identifiées ultérieurement dans le Domaine structural de Saint-André-du-Lac-Saint-Jean. C’est pourquoi il a été choisi de faire correspondre la foliation Sn à S2 dans les géofiches (et non à S1).

Sn = S2

 

 

La déformation dans le Domaine structural de Saint-André-du-Lac-Saint-Jean est très hétérogène et l’intensité de celle-ci est très variable d’un affleurement à l’autre. En effet, sur une distance de quelques centaines de mètres, certains affleurements montrent des roches intrusives pas ou peu déformées, alors que d’autres montrent les mêmes roches cette fois-ci affectées par une foliation Sn pénétrative moyennement à fortement développée. Que ce soit en affleurement ou au microscope, la foliation Sn est principalement soulignée par l’orientation préférentielle des amas de minéraux ferromagnésiens (pyroxène, amphibole et biotite), et dans une moindre mesure par l’aplatissement des grains de quartz et de feldspath.

Seule la région située dans les feuillets 32A01 et 32A08 a donc fait l’objet d’une étude structurale. L’analyse des mesures de la foliation Sn collectées dans cette région ne permet pas à elle seule de définir la tendance à l’échelle du domaine. Quoi qu’il en soit, la foliation Sn s’oriente globalement NNE-SSW, en plus de monter des pendages d’intensité variable généralement >60°. Deux groupes se distinguent nettement sur la projection stéréographique des mesures de la foliation Sn : le premier présente des mesures de foliation à pendage dirigé vers le WNW, alors que le deuxième est caractérisé par des pendages vers l’ESE. Il semble que le premier groupe soit le plus représenté.

Fabriques principalesType de fabriqueDirection (°)Pendage (°)Nombre de mesureCommentaires
Foliation SnFoliation minérale secondaire tectonométamorphique, gneissosité, foliation ou rubanement mylonitiqueNNE-SSW75Deux principaux groupes : l’un avec un pendage moyen ~80° vers l’ESE, et l’autre avec un pendage moyen similaire, mais vers l’WNW.
Linéation LnLinéation minérale, linéation d’étirement24Les linéations mesurées montrent une très forte variabilité, que ce soit en termes d’orientation ou de plongée.

 

❯ Autres fabriques

Les roches du Domaine structural de Saint-André-du-lac-Saint-Jean sont localement affectées par des bandes de cisaillement communément discontinues, dont la largeur est de l’ordre du centimètre au mètre. À ce jour, seulement quelques-unes d’entre elles ont été mesurées suite au levé cartographique de Moukhsil et Daoudene (2019), principalement dans le feuillet 32A01. L’intensité de la déformation varie généralement d’une bande à l’autre, mais elles sont souvent marquées par une structure C/S et la présence de niveaux centimétriques de mylonite et d’ultramylonite. Sur la dizaine de bandes de cisaillement mesurées, la plupart montrent une orientation N-S à NW-SE et un pendage modéré à fort. La linéation d’étirement associée est dans plusieurs cas orientée selon un angle faible par rapport à l’azimut des plans de cisaillement, ce qui semble indiquer que la cinématique associée possède une composante principalement décrochante. Dans chacun des cas où le sens de cisaillement a pu être déterminé, la composante décrochante est toujours senestre. Les caractéristiques de ces bandes de cisaillement laissent ainsi supposer que ces structures sont potentiellement reliées à celles qui sont omniprésentes dans le domaine structural localisé immédiatement à l’ouest, soit la Zone de cisaillement de Saint-François-de-Sales.

 

❯ Plis

Non observé.

❯ Relations de recoupement

Dans le feuillet 32A01, le Domaine structural de Saint-André-du-lac-Saint-Jean est coupé par la Zone de cisaillement de Métabetchouane, qui a été initialement documentée par Moukhsil et Côté (2018) dans le feuillet 31P16. Cette zone de cisaillement orientée NNE-SSW est longue d’au moins 30 km et large d’environ 300 m. En se rapprochant de la zone de cisaillement, la foliation Sn s’intensifie. Dans la Zone de cisaillement de Métabetchouane, la foliation devient mylonitique. Cette foliation porte des linéations minérale et d’étirement dont la plongée est généralement faible (8 à 12°) vers le NE. Les critères cinématiques pouvant être régulièrement observés le long de cette zone de cisaillement indiquent clairement une composante principale dextre, une caractéristique initialement observée par Moukhsil et Côté (2018).

Paramètres géométriques des failles régionales coupant le Domaine structural de Saint-André-du-Lac-Saint-Jean :

Faille ou Famille de faillesTypeDirection (°) (moy)Pendage (°) (moy)Plongée de la linéation dans le plan de la failleLargeur estimée (m)Longueur estimée (km)Mouvement apparentPositionCommentaires
Zone de cisaillement de MétabetchouaneCisaillement régionalNNE-SSW~90°8 à 12° vers le NE300 mMinimum de 30 kmDextrePosition certaineObservée dans les feuillets 31P16 et 32A01
Famille de faille NW-SEFaille régionaleNW-SE~90°5 à 7,5 kmDextrePosition déduite de levés géophysiquesInterprétée au SE du feuillet 32A01 et à l’est du feuillet 32A08

 

❯ Cinématique

Ne s’applique pas.

 

Style de la déformation

La majeure partie du Domaine structural de Saint-André-du-Lac-Saint-Jean semble localisée dans les feuillets 22D04 et 22D05. Dans cette région, la géologie est encore méconnue et l’imagerie haute résolution du champ magnétique est inexistante. Dans ces conditions, il semble difficile de discuter du style possible de la déformation à l’échelle du domaine. Les données structurales issues du levé cartographique de Moukhsil et Daoudene (2019) montrent néanmoins que la déformation est très hétérogène dans le Domaine structural de Saint-André-du-Lac-Saint-Jean.

Caractéristiques métamorphiques

L’observation au microscope polarisant d’une dizaine d’échantillons semble indiquer que, dans le feuillet 32A01, l’ensemble des unités du Domaine structural de Saint-André-du-lac-Lac-Saint-Jean a été affecté par des conditions métamorphiques ayant atteint le faciès des granulites. Les roches intermédiaires de la Suite plutonique de Belley et de la Suite de Travers montrent couramment des assemblages minéralogiques à plagioclase, quartz, fedsapth, orthopyroxène, clinopyroxène, hornblende et biotite. Ces roches quartzofeldspathiques habituellement marquées par une foliation diffuse possèdent des grains de quartz et de feldspath aux contacts généralement très arrondis. Cette caractéristique laisse supposer un processus de recristallisation dynamique à haute température par migration des bordures de grains (Gower and Simpson, 1992). De plus, les grains de quartz montrent habituellement une structure en échiquier. Cette dernière indique un glissement intracristallin combiné le long des directions cristallographiques a et c, et témoigne d’une déformation des grains dans des conditions de température ≥600 °C (Blumenfeld et al., 1986; Gapais et Barbarin, 1986).

 

 

Altérations

Ne s’applique pas.

Caractéristiques géophysiques

Dans les feuillets 32A01 et 32A08, le signal magnétique du Domaine structural de Saint-André-du-Lac-Saint-Jean semble très hétérogène. Dans cette région, alors que la partie centrale du domaine montre une zone de susceptibilité lisse et très intense sur les cartes du champ magnétique (Intissar et Benahmed, 2015), elle est nettement plus faible dans les zones situées immédiatement au nord et au sud et sa structure apparaît plus chagrinée.

Repères chronologiques

Au NE du feuillet 32A08, le Domaine structural de Saint-André-du-Lac-Saint-Jean est recouvert en discordance angulaire par les unités sédimentaires ordoviciennes du Groupe de Trenton

Références

Publications accessibles dans Sigéom Examine

INTISSAR, R., BENAHMED, S. 2015. LEVE MAGNETIQUE AEROPORTE DANS LE SECTEUR OUEST DU LAC-ST-JEAN, PROVINCE DE GRENVILLE. MERN, GOLDAK AIRBORNE SURVEYS. DP 2015-06, 7 pages et 2 plans.

MORFIN, S., TREMBLAY, C., SOLGADI, F., MOUKHSIL, A., DAIGNEAULT, R. 2015. GEOLOGIE DE LA REGION DE CHAMBORD, ROBERVAL ET NOTRE-DAME-DE-LA-DORE (FEUILLETS SNRC 32A08, A09 ET A10) ET RECONNAISSANCE DES FEUILLETS 32A06, A07 ET A11. MERN, CERM. MB 2015-07, 69 pages et 5 plans.

MOUKHSIL, A., CÔTÉ, G. 2018. Géologie de la région du lac Borgia, Province de Grenville, nord de La Tuque, régions de la Mauricie et du Saguenay – Lac-Saint-Jean, Québec, Canada. Ministère de l’Énergie et des Ressources naturelles, Québec. BG 2018-01.

MOUKHSIL, A., DAOUDENE, Y. 2019. Géologie de la région du lac des Commissaires, Province de Grenville, région du Saguenay–Lac-Saint-Jean, Québec, Canada. Ministère de l’Énergie et des Ressources naturelles, Québec. BG 2019-01.

MOUKHSIL, A., SOLGADI, F. 2018. Géologie, potentiel minéral et cadre géodynamique des roches de la région du réservoir Daniel-Johnson (Manicouagan), partie centrale de la Province de Grenville. In MOUKHSIL, A., SOLGADI, F., JANNIN, S., GERVAIS, F., CROWLEY, J.L., AUGLAND, L.E., INDARES, A., LETOURNEAU, M., DUNNING, G., CLARK, T., GOBEIL, A., OHNENSTETTER, D., LAMOTHE, D., INTISSAR, R., BENAHMED, S., GROULIER, P.A. GEOLOGIE, POTENTIEL MINERAL ET CADRE GEODYNAMIQUE DES ROCHES DE LA REGION DU RESERVOIR DANIEL-JOHNSON (MANICOUAGAN), PARTIE CENTRALE DE LA PROVINCE DE GRENVILLE. MRN. MM 2017-01

 

Autres publications

BLUMENFELD, P., MAINPRICE, D., BOUCHEZ, J.L. 1986. C-slip in quartz from subsolidus deformed granite. Tectonophysics, volume 127, pages 20; doi:10.116/0040-1951(86)90081-8.

GAPAI, D., BARBARIN, B. 1986. Quartz fabric transition in cooling syntectonic granite (Hermitage massif, France). Tectonophysics, volume 125, pages 14; doi:10.1016/0040-1951(86)90171.

GOWER, R.J.W., SIMPSON, C. 1992. Phase boundary mobility in naturally deformed, high-grade quartzofeldspathic rocks: evidence for diffusional creep. Journal of Structural Geology, volume 14, 13 pages; doi:10.1016/0191-8141(92)90088-E

 

 

 

31 mai 2019