zone de bordure du Lac Doré
Étiquette stratigraphique : [narc]dbo
Symbole cartographique : nAdbo

Première publication :  
Dernière modification :

 

 

Subdivision(s) informelle(s)
La numérotation ne reflète pas nécessairement la position stratigraphique.
 
nAdbo3 Zone d’altération à sidérite avec localement pyrite, chalcopyrite et talc
nAdbo2 Pyroxénite
nAdbo1 Gabbro, anorthosite, pyroxénite
 
Auteur :Allard, 1976
Âge :Néoarchéen
Coupe type :
Colline située au nord-ouest du lac Clark (UTM NAD83, zone 18 : 545207 m E, 5525838 m N).
 
Région type :Feuillet SNRC 32G16
Province géologique :Province du Supérieur
Subdivision géologique :Sous-province de l’Abitibi
Lithologie :Roches intrusives mafiques à ultramafiques
Type d’unité :Lithodémique
Rang :Lithodème
Statut :Informel
Usage :Actif

 

 

Historique

L’unité est initialement nommée « zone de bordure supérieure » par Allard (1976). Elle est d’abord incluse dans la « Série supérieure » par Daigneault et Allard (1990); elle est maintenant incluse en tant que lithodème informel dans l’Unité supérieure du lac Doré (Leclerc et al., 2017).

 

Description

 

zone de bordure du Lac Doré 1(nAdbo1) : Gabbro, anorthosite, pyroxénite

Selon Leclerc et al., 2017, p. 24-25) :

« La zone de bordure est mieux exposée sur le flanc nord de l’Anticlinal de Chibougamau où elle est reconnue depuis le nord du lac David jusque dans le secteur de l’île du Portage. La synthèse géologique à l’échelle 1/10 000 du camp minier de Chibougamau (Houle, 1990) semble indiquer que la zone de bordure dans ce secteur se compose d’une alternance de gabbro (nAdbo1) et de pyroxénite (nAdbo2). Les gabbros quartzifères de la zone granophyrique sont également interdigités avec les roches de la zone de bordure de façon similaire à ce qui est observé sur le flanc sud. Au nord du lac Clark, la zone de bordure contient une anorthosite montrant une structure de cumulat très bien préservée. Cette roche massive blanche à gris pâle montre un litage subtil. Un second type d’anorthosite présente des structures d’immiscibilité qui laissent croire à une cristallisation à partir de deux liquides de composition différente. Cette anorthosite contient du plagioclase comme phase cumulus et est envahie par une phase mafique maintenant complètement chloritisée. Ces structures suggèrent également une migration des liquides intercumulus de composition mafique selon un processus analogue à celui invoqué par Robins et al. (1987) dans la Suite intrusive de Honningsvåg au nord de la Norvège. Le contact entre les deux types d’anorthosite est intrusif et irrégulier, avec de nombreuses interdigitations. Sur un espace de 10 à 30 cm en bordure du contact intrusif, l’anorthosite perd sa structure de cumulat au profit d’un rubanement caractérisé par des plis et des structures concentriques. Localement, le contact est caractérisé par une zone d’une dizaine de centimètres d’épaisseur, gris foncé à noire et à granulométrie fine, interprétée comme une bordure figée. »

zone de bordure du Lac Doré 2 (nAdbo2) : Pyroxénite

Selon Leclerc et al., 2017, p. 25) :

« Les pyroxénites de la zone de bordure sont interstratifiées sur quelques mètres d’épaisseur avec les anorthosites et les gabbros quartzifères au nord du lac Clark, sur le flanc nord de l’Anticlinal de Chibougamau, ainsi qu’avec les granophyres du secteur de la mine Lemoine sur le flanc sud. Les pyroxènes altérés en actinote aciculaire sont accompagnés de pyrrhotite disséminée, ce qui explique le fort magnétisme de la roche. »

zone de bordure du Lac Doré 3 (nAdbo3) : Zone d’altération à sidérite avec localement pyrite, chalcopyrite et talc

Selon Leclerc et al., 2017, p. 25) :

« Des zones d’altération en sidérite incluant localement de la pyrite, de la chalcopyrite et du talc ont été reconnues à l’intérieur de la Zone de cisaillement E-W du Lac Sauvage et des zones de cisaillement NW-SE synchrones (Houle, 1990). Ces zones d’altération ont une puissance de quelques dizaines de mètres et s’étendent latéralement sur moins de 100 m. »

 

Épaisseur et distribution

Sur le flanc nord de l’Anticlinal de Chibougamau, les roches de la zone de bordure apparaissent au contact des roches volcaniques du Groupe de Roy suivant le tracé de la Zone de cisaillement du Lac Sauvage. Elles sont reconnues sur une distance de plus de 25 km. Sur le flanc sud de l’Anticlinal de Chibougamau, les roches de la zone de bordure affleurent de façon discontinue au contact supérieur de la zone granophyrique, selon une orientation NE-SW. Elles sont identifiées sur une distance de plus de 25 km.

Datation

Aucune.

Relation(s) stratigraphique(s)

Les roches de la zone de bordure sont sus-jacentes à celles de la zone granophyrique (contact par interstratification) et coupent les roches volcaniques des formations d’Obatogamau et de Waconichi (premier cycle volcanique du Groupe de Roy). Elles sont localement recouvertes en discordance par les roches sédimentaires du Groupe d’Opémisca. Sur le flanc nord de l’Anticlinal de Chibougamau, les roches de la zone de bordure peuvent localement être directement sus-jacentes à celles de la zone anorthositique.

Paléontologie

Ne s’applique pas.

Références

 

Auteur(s)TitreAnnée de publicationHyperlien (EXAMINE ou Autre)
ALLARD, G.O.Doré Lake Complex and its importance to Chibougamau geology and metallogeny. Ministère des Richesses naturelles, Québec; 486 pages, 2 plans.1976DPV 368
DAIGNEAULT, R. – ALLARD, G.O.Le Complexe du lac Doré et son environnement géologique (région de Chibougamau – Sous-province de l’Abitibi). Ministère de l’Énergie et des Ressources, Québec; 290 pages.1990MM 89-03
HOULE, P.Compilation de surface, interprétation géologique. Ressources MSV, 1 carte inédite.
 
1990
LECLERC, F. – ROY, P. – HOULE, P. – PILOTE, P. – BÉDARD, J.H. – HARRIS, L.B. – McNICOLL, V.J., VAN BREEMEN, O. – DAVID, J. – GOULET, N.,Géologie de la région de Chibougamau. Ministère de l’Énergie et des Ressources naturelles, Québec; 97 pages, 6 plans. 2017RG 2015-03
ROBINS, B. – HAUKVIK, L. – JANSEN, S.The organization and the internal structure of cyclic units in the Honningsvåg intrusive Suite, north Norway: implications for intrusive mechanisms, double diffusive convection and pore-magma infiltration. In: Origins of Igneous Layering (Parsons, I., editor). Reidel Publishing Company, pages. 287-312.1986

 

 

1 février 2019