English
 
Pluton de Valiquette
Étiquette stratigraphique : [narc]vaq
Symbole cartographique : nAvaq

Première publication : 31 mai 2018
Dernière modification : 14 juin 2019

 

 

Subdivision(s) informelle(s)
La numérotation ne reflète pas nécessairement la position stratigraphique.
 
Aucune
 
Auteur : Bandyayera et Daoudene, 2018a
Âge : Néoarchéen
Coupe type : Aucune
Région type : Région du lac Champion (feuillet SNRC 32N09)
Province géologique : Province du Supérieur
Subdivision géologique : Sous-province de La Grande
Lithologie : Granite
Type : Lithodémique
Rang : Lithodème
Statut : Formel
Usage : Actif

 

Unité(s) apparentée(s)

Aucune

 

Historique

Le Pluton de Valiquette est une unité stratigraphique introduite par Bandyayera et Daoudene (2018a) suite aux travaux de cartographie géologique de l’été 2017. Elle consiste en une large masse intrusive localisée au nord du lac Valiquette et qui occupe la moitié nord de la région du lac Champion (feuillet 32N09) où sont localisés les affleurements de grande superficie les plus représentatifs. Avant les travaux de 2017, le pluton correspondait à l’unité 6 (Achp6) du Complexe de Champion, tel que cartographié dans les feuillets 32N06, 32N07 et 32N11 durant l’été 2016 (Bandyayera et Daoudene, 2018b). Cette unité a été entièrement réassignée au Pluton de Valiquette puisque son âge, sa géochimie et sa signature magnétique la distinguent des autres roches granitiques de la région. Une extension du pluton dans le feuillet 32O12 a été cartographiée durant les travaux de l’été 2018 par Bandyayera et Caron-Côté (2019).

Description

L’unité est constituée de granite à biotite faiblement magnétique dont la granulométrie est moyenne à grossière, localement pegmatitique. Sa structure est homogène, massive à très faiblement foliée. La roche est localement hématitisée et présente une couleur typiquement rose à rose pâle en surfaces fraîche et altérée. Elle contient généralement de 1 à 5 % de biotite, 2 % de hornblende et 2 % de magnétite. La biotite est partiellement à complètement chloritisée et localement altérée en épidote. Par endroits, la biotite se concentre en schlierens dans des niveaux plus magnétiques qui résultent probablement de l’assimilation de roches supracrustales. Le Pluton de Valiquette contient des enclaves métriques de tonalite gneissique, d’amphibolite, de diorite et de granodiorite porphyrique.

D’un point de vue géochimique, le granite à biotite est de type I, peralumineux, alcalin-calcique à shoshonitique, riche en potassium (K2O > 4 % poids) et caractérisé par des anomalies négatives en europium (Eu). Ce granite se distingue des autres roches granitiques de la région par ses concentrations élevées en Rb. Une douzaine d’analyses lithogéochimiques montrent que le granite serait syncollisionnel (Pearce et al., 1984).

Épaisseur et distribution

Le Pluton de Valiquette s’étend d’est en ouest sur une longueur de plus de 100 km et une largeur variant de 15 à 45 km. À l’origine, le Pluton de Valiquette occupait uniquement la moitié nord de la région du lac Champion, dans le feuillet 32N09 (Bandyayera et Daoudene, 2018a). Par la suite, l’unité de granite à biotite cartographiée dans les feuillets 32N06, 32N07 et 32N011 a été également assignée à ce pluton (Bandyayera et Daoudene, 2018a). Sur les cartes aéromagnétiques (D’Amours, 2011), le pluton est caractérisé par une susceptibilité magnétique homogène. Cette signature géophysique a permis d’étendre les limites de la masse plutonique dans les feuillets 32N10 et 32O12 (Bandyayera et Caron-Côté, 2019). 

Datation

Aucune.

Relation(s) stratigraphique(s)

Le Pluton de Valiquette coupe les unités de gneiss tonalitique, de tonalite et de granodiorite du Complexe de Champion. À sa limite sud, le Pluton de Valiquette coupe les roches volcaniques mafiques du Groupe du Lac des Montagnes de la Sous-province de Nemiscau. Ce contact est également matérialisé par la présence des zones de cisaillement des rivières Nemiscau et Rupert. Le Pluton de Valiquette contient également des enclaves de roches volcano-sédimentaires amphibolitisées, faiblement migmatitisées, ayant été assignées à la Formation d’Anatacau-Pivert située plus au nord et décrite par Moukhsil (2000).

Paléontologie

Ne s’applique pas.

Références

Auteur(s) Titre Année de publication Hyperlien (EXAMINE ou Autre)
BANDYAYERA, D. – CARON-CÔTÉ, E. Géologie et potentiel minéral de la région du lac des Montagnes, sous-provinces de La Grande, de Nemiscau et d’Opatica, Eeyou Istchee Baie-James, Québec, Canada. Ministère de l’Énergie et des Ressources naturelles, Québec; BG 2019-03. 2019 BG 2019-03
BANDYAYERA, D. DAOUDENE, Y. Géologie de la région du lac Champion, sous-provinces de La Grande et de Nemiscau, à l’est de Waskaganish, Municipalité d’Eeyou Istchee Baie-James, Québec, Canada. Ministère de l’Énergie et des Ressources naturelles, Québec; BG 2018-06. 2018a BG 2018-06
BANDYAYERA, D. – DAOUDENE, Y. Géologie de la région du lac Nemiscau, secteur ouest de la rivière Rupert (SNRC 32N06, 32N07 et 32N11). Ministère de l’Énergie et des Ressources naturelles, Québec; RG 2018-03. 2018b RG 2018-03
CARD, K. D. – CIESIELSKI, A.

DNAG N°1 Subdivisions of the Superior Province of the Canadian Shield. Geosciences Canada; volume 13, pages 5-13.

1986 Source
D’AMOURS, I. Synthèse des levés magnétiques de la Baie-James. Ministère des Ressources naturelles et de la Faune, Québec; DP 2011-08, 5 pages, 2 plans. 2011 DP 2011-08
MOUKHSIL, A. Géologie de la région des lacs Pivert, Anatacau, Kauputauchechun et Wapamisk (SNRC 33C/01, 33C/02, 33C/07 et 33C/08). Ministère de l’Énergie et des Ressources naturelles, Québec; RG 2000-04, 49 pages, 4 plans. 2000 RG 2000-04
PEARCE, T. H. – HARRIS, B.W. – TINDLE, A. G. Trace element discrimination diagrams for the tectonic interpretation of granitic rocks. Journal of Geology; volume 25, pages 956–983. 1984 Source

 

 

31 mai 2018