English
 
Pluton de Chiyaaskw
Étiquette stratigraphique : [narc]chw
Symbole cartographique : nAchw

Première publication : 26 février 2018
Dernière modification : 11 juin 2019

 

 

Subdivision(s) informelle(s)
La numérotation ne reflète pas nécessairement la position stratigraphique.
 
nAchw2 Diorite et diorite quartzifère
nAchw1 Tonalite et diorite quartzifère
 
Auteur :Talla Takam et al., en préparation
Âge :Néoarchéen
Coupe type :Aucune
Région type :Régions du lac Léran et de l’île Bohier (feuillets SNRC 23D05, 25D11, 23D12 et 33A08)
Province géologique :Province du Supérieur
Subdivision géologique :Sous-province d’Opatica
Lithologie :Tonalite, diorite quartzifère, diorite et leucotonalite
Type :Lithodémique
Rang :Lithodème
Statut :Formel
Usage :Actif

 

 

 

 

Unité(s) apparentée(s)
Aucune
 

 

 

 

 

 

Historique

Couture (1987) a identifié un ensemble de roches tonalitiques à l’est de la Ceinture de roches vertes de la Haute-Eastmain (CRVHE). Il a regroupé ces roches dans le complexe tonalitique central en y incluant la granodiorite de l’île Bohier décrite par Roy (1988). À la suite des travaux de cartographie géologique menés à l’été 2016 par le MERN, Talla Takam et al. (en préparation) ont désigné cet ensemble comme le Pluton de Chiyaaskw.

Description

Le Pluton de Chiyaaskw est constitué d’un ensemble hétérogène de tonalite, de diorite quartzifère et de diorite foliées généralement magnétiques. Ces lithologies sont communément coupées par des dykes centimétriques à métriques de leucotonalite à biotite finement grenue avec ou sans magnétite. Sur la carte du champ magnétique total résiduel, le Pluton de Chiyaaskw est caractérisé par une anomalie positive prononcée. Une altération en hématite et épidote modérée à forte est caractéristique de l’unité, présente sous la forme de veinules tardives et en remplacement de la roche. Les différentes phases du pluton sont également coupées par des veines de quartz et plusieurs générations de dykes granitiques centimétriques à métriques, rectilignes ou plissés, qui sont fortement hématitisés et épidotisés.

La composition chimique du Pluton de Chiyaaskw est relativement homogène. Sur le diagramme de classification de Debon et Lefort (1983), les analyses sont localisées dans le champs des tonalites, des diorites quartzifères et des diorites. Certains échantillons se trouvent près de la limite des granodiorites. Les tonalites (nAchw1) ont des pourcentages de SiO2 compris entre 61 et 75 % et sont pauvres en potassium (avec une moyenne de 1 % K2O). Les échantillons analysés présentent des spectres enrichis en terres rares légères par rapport aux terres rares lourdes, et comprenant de très faibles anomalies positives ou négatives en Eu. Les spectres multiéléments se caractérisent par des anomalies négatives en Nb, en Ta et en Ti avec des enrichissements en Zr et en Hf. Les échantillons se projettent à la limite des champs méta-alumineux (type I) et peralumineux (type S) (Frost et al., 2001) et dans le champ des granitoïdes d’arc volcanique (Pearce et al., 1984).



 

Le Pluton de Chiyaaskw a été divisé en deux unités informelles : 1) une unité de tonalite et de diorite quartzifère à biotite, avec ou sans hornblende et magnétite (nAchw1), et 2) une unité de diorite et de diorite quartzifère à hornblende, avec ou sans biotite et magnétite (nAchw2). Ces unités sont coupées par les dykes centimétriques à métriques de leucotonalite à biotite non-cartographiables.Ces dykes sont foliés et contiennent de la biotite associée ou non à la magnétite ou la chlorite. La foliation est marquée par l’alignement de la biotite.

Pluton de Chiyaaskw 1 (nAchw1) : Tonalite et diorite quartzifère

L’unité nAchw1 est l’unité la plus étendue du pluton. Elle est composée de tonalite et de diorite quartzifère à grain moyen, foliées, qui exposent une patine blanche et noire. Cette unité montre localement des structures rubanées et gneissiques. Les minéraux mafiques présents dans ces roches sont, par ordre d’importance, la biotite chloritisée et la hornblende verte (très commune) associées ou non à l’épidote, le sphène et la magnétite. Le plagioclase est maclé, hypidiomorphe et faiblement à fortement damouritisé ou saussuritisé. Dans le cas d’une altération avancée, le plagioclase est totalement pseudomorphosé par la séricite et l’épidote. Lorsque l’altération est moindre, la séricite se concentre en bordure des cristaux et le long des macles. La séricite forme de petites paillettes xénomorphes qui tapissent la surface des grains, tandis que l’épidote définit des amas de cristaux hypidiomorphes plus grenus. La biotite, fortement chloritisée, s’aligne selon la foliation principale. Quelques affleurements de tonalite de l’unité nAchw1 exposent une structure porphyroïde associée à la présence de phénocristaux de plagioclases de 0,1 à 2 cm de longueur qui représentent de 10 à 20 % de la roche. Le quartz xénomorphe, résorbé et à pourtours irréguliers, possède une extinction roulante. Les cristaux de sphène (moins de 5 %) sont, par endroits, visibles à l’œil nu. Ils sont principalement associés aux minéraux mafiques (hornblende et biotite) et forment des couronnes autour de minéraux opaques. Des veinules tardives d’épidote, de chlorite et d’hématite coupent la foliation des tonalites de l’unité nAchw1. On note l’existence d’enclaves de l’unité dioritique (nAchw2) dans la tonalite (nAchw1) et de dykes de l’unité Achw1 coupant les roches de l’unité nAchw2.

Pluton de Chiyaaskw 2 (nAchw2) : Diorite et diorite quartzifère

L’unité nAchw2 est composée de diorite et de diorite quartzifère à grain moyen et fin, caractérisées par une patine vert foncé et faiblement rosée en raison de l’hématitisation. Elles sont composées de 30 à 60 % de hornblende verte, de 30 % à 40 % de plagioclase saussuritisé, jusqu’à 20 % de quartz, de magnétite et, localement, de biotite chloritisée et de sphène. Elles contiennent des quantités moindres d’épidote, de chlorite, de leucoxène, d’hématite, de sulfures (principalement la pyrite), d’apatite et de zircon. L’unité nAchw2 est foliée et présente une structure granolépidoblastique. La hornblende est pœcilitique et contient des inclusions arrondies de quartz et de plagioclase. Les grains de sphène sont plus abondants et plus grenus que dans l’unité nAchw1. Le leucoxène est présent dans les amas de minéraux mafiques et en couronne autour des minéraux opaques.

Épaisseur et distribution

Le Pluton de Chiyaaskw a été cartographié en 2016 dans les feuillets SNRC 23D11 et 23D12 (Talla Takam et al., en préparation) et en 2017 dans les feuillets SNRC 23D05 et 33A08 (Beauchamp et al., 2018). Il se situe au cœur de l’Anticlinal de l’Île Bohier et est bordé par les roches métavolcaniques du Groupe de René. Le pluton fait plus de 50 km de longueur (ENE-WSW) et plus de 30 km de largeur. Des travaux de cartographie additionnels sont nécessaires pour bien connaître son extension vers l’est et vers le sud. Les phases dioritiques (unité nAchw2) sont surtout associées à des zones de failles, tandis que la partie centrale est principalement de composition tonalitique (nAchw1).

Datation

 

Système isotopiqueMinéralÂge de cristallisation (Ma)(+)(-)Référence(s)
U-PbZircon274633Davis et Sutcliffe, 2018

 

Relations stratigraphiques

Le Pluton de Chiyaaskw (2746 ±3 Ma; Davis et Sutcliffe, 2018) est clairement intrusif dans les roches métavolcaniques du Groupe de René. Les roches dioritiques de l’unité nAchw2 contiennent localement des enclaves allongées, centimétriques à métriques, d’amphibolite déformée et de formation de fer. Ces dernières sont nettement plus abondantes à proximité du contact avec les roches du Groupe de René.

Toutes les phases intrusives constituant le Pluton de Chiyaaskw sont foliées à divers degrés. La foliation varie de faible à forte et elle est marquée par une orientation préférentielle des cristaux de hornblende et de biotite. Les relations de recoupement indiquent que certaines phases se sont mises en place plus tôt durant la déformation régionale, tandis que d’autres, moins foliées, arrivent plus tardivement. Ainsi, le pluton s’est mis en place à la suite de plusieurs pulsations magmatiques de composition similaire, variant de dioritique à tonalitique. Le Pluton de Chiyaaskw représente donc un pluton polyphasé syntectonique. La présence d’enclaves de l’unité dioritique (nAchw2) dans la tonalite (nAchw1), ainsi que de dykes de l’unité nAchw1 coupant des roches de l’unité nAchw2, a pu être notée. La diorite et à la diorite quartzifère de l’unité nAchw2 représenteraient donc la première phase intrusive. Par la suite, les tonalites de l’unité nAchw1 se seraient mises en place, suivies des dykes de leucotonalite. Les unités nAchw1 et nAchw2 sont coupées par des injections centimétriques à métriques de leucotonalite à grain fin et à patine gris pâle. Des relations de recoupement mutuelles entre les dykes de leucotonalite démontrent une mise en place polyphasée (affleurement 16-MP-2046).

Le Pluton de Chiyaaskw est injecté par l’intrusion ultramafique de Crête de Coq. Le Pluton de l’Île Bohier,  synvolcanique et contemporain à la Formation de Roman, coupe le Pluton de Chiyaaskw. Des veines de quartz ainsi que plusieurs générations de dykes granitiques généralement magnétiques, tous caractérisés par une hématitisation et une épidotisation moyennes à fortes, coupent l’ensemble des unités intrusives de Pluton de Chiyaaskw.

 

Paléontologie

Ne s’applique pas.

Références

Auteur(s)TitreAnnée de publicationHyperlien (EXAMINE ou Autre)
BEAUCHAMP, A.-M. –MASSEI, F. – DAOUDENE, Y.Géologie de la région de l’île Bohier, au contact entre les sous-provinces d’Opatica, d’Opinaca et le Bassin d’Otish, au nord de Mistissini, Municipalité Eeyou Istchee Baie-James, Québec, Canada. Ministère de l’Énergie et des Ressources naturelles, Québec.2018BG 2018-02
COUTURE, J.-F.Géologie de la partie occidentale de la Bande volcanosédimentaire de la rivière Eastmain Supérieure – Rapport intérimaire. Ministère de l’Énergie et des Ressources, Québec; MB 87-51, 77 pages.1987MB 87-51
DAVIS, D.W. – SUTCLIFFE, C.N.Geochronology of Zircon and Monazite by LA-ICPMS in samples from northern Quebec. UNIVERSITY OF TORONTO, 54 pages.2018MB 2018-18
DEBON, F. – LE FORT, P.A chemical and mineralogical classification of common plutonic rocks and associations. Transactions of the Royal Society of Edinburgh, Earth Sciences; volume 73, pages 135-149.1983Source
FROST, B.R. – BARNES, C.G.–  COLLINS, W.J.  – ARCULUS, R.J. – ELLIS, D.J. – FROST, C.D.A geochemical classification for granitic rocks. Journal of Petrology; volume 42, pages 2033-2048.2001Source
PEARCE, J.A.– HARRIS, N.W. – TINDLE, A.G.Trace element discrimination diagrams for the tectonic interpretation of granitic rocks. Journal of Petrology; volume 25, pages 956-983.1984Source
ROY, C.Géologie du secteur de l’île Bohier de la Bande volcanosédimentaire de la rivière Eastmain Supérieure. Ministère de l’Énergie et des Ressources, Québec; MB 88-16, 74 pages, 5 plans.1988MB 88-16
TALLA TAKAM, F. – BEAUCHAMP, A.-M. – MASSEI, F.Géologie de la région des lacs Léran et Emmanuel. Ministère de l’Énergie et des ressources naturelles, Québec.En préparation

 

 

 

 

 

26 février 2018