Granodiorite de l’Ouest
Étiquette stratigraphique : [narc]gro
Symbole cartographique : nAgro

Première publication :  
Dernière modification :

 

 

Subdivision(s) informelle(s)
La numérotation ne reflète pas nécessairement la position stratigraphique.
 
Aucune
 
Auteur :
Midra et al., 1992a
Âge :
Néoarchéen
Stratotype :
Aucun
Région type :
Région à l’est du lac Lapparent (feuillet SQRC 32G12-200-0202)
Province géologique :
Subdivision géologique :
Sous-province de l’Abitibi
Lithologie :Granodiorite
Type :
Lithodémique
Rang :
Lithodème
Statut :Formel
Usage :Actif

 

Unité(s) apparentée(s)

 

 

 

 

Historique

La masse de granitoïdes de la Suite intrusive de Lapparent apparaît d’abord sur la carte de Retty et Norman (1938), puis celles de Shaw (1940a, 1940b), qui la décrit comme une tonalite dans sa partie sud-ouest. Beach (1941a, 1941b) la décrit comme une granodiorite à hornblende au nord. Gilbert (1955) reconnaîtra la distinction entre la granodiorite et ce qui deviendra le Pluton d’Hougton à l’est. En 1970, Duquette décrit le Pluton de Lapparent, massif auquel on associe la Granodiorite de l’Ouest, comme une masse de tonalite-diorite. Par la suite, la partie ouest a été identifiée comme une granodiorite indifférenciée du Pluton de Lapparent (Sharma et Lauzière, 1986; Lamothe, 1987) ou du Massif de Lapparent (Charbonneau et al., 1991). La Granodiorite de l’Ouest telle que décrite dans cette fiche a été définie par Midra et al. (1992a). Chown et son équipe (Racicot et al., 1984; Chown et al., 1990, 1992, 2002; Bédard, 1992) ont étudié plus en détail le Massif de Lapparent et les subdivisions informelles qu’ils ont proposées sont celles qui sont le plus en accord avec les travaux antérieurs. Sur leurs cartes, la Granodiorite de l’Ouest est subdivisée en deux unités distinctes, soit le pluton de Renault et une masse de granodiorite qui n’est pas nommée, mais qui correspond à la Granodiorite de l’Ouest telle que décrite par Midra et al. (1992a). Ils prolongeront aussi le Pluton de Rachel plus à l’ouest, en accord avec les affleurements décrits comme de la tonalite par Lamothe (1982, 1987). Pour une raison inconnue, Simard et al. (2003a, 2003b, 2004a, 2004b et 2004c) ont distingué les unités informelles du Massif de Lapparent, aujourd’hui Suite intrusive de Lapparent, sur la base des travaux de l’équipe de Chown, mais plutôt que d’en faire une unité distincte, ils ont décidé d’inclure le pluton de Renault à la Granodiorite de l’Ouest quand ils en ont défini les limites actuelles lors de leurs travaux de compilation.

Description

Selon Midra et al. (1992a, pages 38 à 40) :

« La présence de phénocristaux de microcline confère un caractère porphyrique à la granodiorite. La roche est gris brunâtre en surface altérée et rose pâle en surface fraîche. À certains endroits, la granodiorite présente des bandes centimétriques riches en phénocristaux de microcline. L’orientation de ces bandes est parallèle à la foliation. Cette dernière est très forte par endroits et elle est soulignée par l’alignement des feldspaths et de la biotite ainsi que par l’étirement du quartz. […] La granodiorite de l’Ouest présente généralement une texture oeillée, définie par l’aspect corrodé et en fuseau des grains de feldspaths. Les principaux minéraux rencontrés sont le plagioclase, le microcline, le quartz et la biotite. L’épidote, l’allanite, la chlorite, la muscovite, l’apatite et les minéraux opaques constituent les minéraux accessoires. »

À l’extrémité nord-ouest, Sharma et Lauzière (1986) et Charbonneau et al. (1991) décrivent une granodiorite équigranulaire à porphyrique avec des pegmatites présentes par endroit.

Selon Midra et al. (1992a, pages 40 à 42) :

« Le plagioclase, millimétrique, forme des cristaux aux bordures corrodées, lui donnant un aspect en fuseau. Il montre parfois des lamelles d’exsolution de feldspath potassique (antiperthite) et s’altère en séricite. Le microcline se présente sous forme de phénocristaux aux bordures corrodées comme les plagioclases, ou en cristaux millimétriques interstitiels. Les macles du microcline sont dérangées par la déformation subie par la roche. Au contact entre le microcline et le plagioclase, on note la présence de textures myrmékitiques. Le quartz, interstitiel, forme des agrégats étirés et montre une forte extinction roulante. Les bordures des cristaux sont généralement suturées. La biotite est présente sous forme de plages ou en bâtonnets millimétriques soulignant la foliation de la roche. Par endroits, elle est déstabilisée au profit de la chlorite et de la muscovite. L’épidote se présente en cristaux automorphes ou en agrégats et forme souvent une auréole autour des cristaux automorphes d’allanite; elle est généralement associée à la biotite et aux minéraux opaques. »

Dans sa partie nord-ouest, la granodiorite pourrait contenir de la hornblende (Beach, 1940; Sharma et Lauzière, 1986).

Le pluton de Renault est une unité informelle appartenant à la Granodiorite de l’Ouest d’abord circonscrite par Racicot et al. (1984) puis nommée par l’équipe de Chown (Chown et al. 1990, 1992, 2002; Bédard, 1992). La description de la roche de Sharma et Lauzière (1986) diffère de celle de de Midra et al. (1992a) par la forme des plagioclases automorphes à subautomorphes et par la présence de hornblende en plus de la biotite. Toutefois, Simard et al. (2003a, 2003b) n’ont pas retenu cette subdivision.

Épaisseur et distribution

La Granodiorite de l’Ouest s’étend sur une longueur de 40 km en direction NW, de la Faille de Gwillim située à 4 km au nord-ouest du lac Rachel (feuillet SQRC 32G11-200-0201), jusqu’au lac Renault (feuillet 32G13-200-0101). Sur ce segment, sa largeur varie de 2 à 9 km. Elle fait ensuite un crochet vers l’est sur 20 km jusqu’au Pluton d’Houghton à environ 10 km au sud du lac la Trêve (feuillet 32G13-200-0102), où sa largeur est inférieure à 4 km. La partie la plus épaisse, qui se trouve à l’extrême ouest de l’unité et qui s’étend à l’est du lac Renault, correspond au pluton de Renault. Les limites actuelles de la Granodiorite de l’Ouest ont été compilées par Simard et al. (2003a, 2003b, 2004a, 2004b et 2004c). Toutefois, ces limites ne sont pas toujours réconciliables avec les affleurements de compilation du SIGÉOM, les rapports géologiques et les articles scientifiques précédents. C’est Midra et al. (1992a) qui ont défini la Granodiorite de l’Ouest au sud-est du lac Lapparent, qui est considéré comme la région type.

Datation

Un âge U-Pb de cristallisation de 2699,8 +2/-1,8 Ma a été obtenu dans le pluton de Renault (Mortensen, 1993) inclut dans la Granodiorite de l’Ouest par Simard et al. (2003a, 2003b).

UnitéSystème isotopiqueMinéralÂge de cristallisation (Ma)(+)(-)Référence(s)
nAgroU-PbZircon et titanite2699,821,8Mortensen, 1993

Relation(s) stratigraphique(s)

La Granodiorite de l’Ouest est une intrusion qui coupe l’ensemble des volcanites du Groupe de Roy et des unités adjacentes de la Suite intrusive de Lapparent. Elle est coupée par des dykes d’aplite et de pegmatite.

Selon Midra et al. (1992a, page 38) :

« La Granodiorite de l’Ouest affleure en grande partie dans le canton de Lapparent. Elle est bordée au nord par le gneiss tonalitique du Suite intrusive de Lapparent et à l’est par la Faille de Gwillim. Au sud, la granodiorite passe à la tonalite du Pluton de Rachel (I1D). »

Le contact est marqué par une série d’injections de dykes de granodiorite dans la tonalite due Rachel. Au contact des dykes, se développent de minces plans de biotite. Toutefois, comme mentionné plus haut, l’extension vers le nord-ouest de la Granodiorite de l’Ouest, tel que compilé par Simard et al. (2003a, 2003b, 2004a, 2004b et 2004c) sur la carte, mériterait une révision. En effet, selon les travaux de Lamothe (1987), les affleurements rencontrés à la bordure sud de l’unité correspondent à des tonalites et des diorites à quartz et pourraient être associés au Pluton de Rachel. Dans la portion de Granodiorite de l’Ouest située du côté nord de la Suite intrusive de Lapparent, la granodiorite est en contact avec les formations de Bruneau et de Blondeau au nord. Le contact est marqué par la présence de gneiss rubanés et par un métamorphisme de contact formant une auréole d’une épaisseur supérieure à 100 m (Charbonneau et al., 1988). Cette granodiorite située à l’extrémité nord-ouest a été subdivisée puis identifiée comme pluton de Renault (Racicot, 1984; Chown et al., 1990, 1992, 2002).

Références

Auteur(s)TitreAnnée de publicationHyperlien (EXAMINE ou Autre)
BEACH, H.H.Mechamego Lake, Abitibi Territory, Québec, Commission géologique du Canada, carte série « A » 608A, 1 feuille.1941aSource
BEACH, H.H.Michwacho Lake, Abitibi Territory, Québec,  Commission géologique du Canada, carte série « A » 623A, 1 feuille.1941bSource
BÉDARD, L.P.Géochimie et pétrographie du Pluton Archéen de Houghton en Abitibi nord, Thèse de doctorat, Université du Québec à Chicoutimi; 307 pages.1992Source
CHARBONNEAU, J.-M. – PICARD, C. – DUPUIS-HÉBERT, L.Géologie des unités stratigraphiques affleurant dans les cantons de Daubrée, Dolomieu, Saussure et La Ribourde, Abitibi-Est, In : Rapport d’étape des travaux en cours à la division du Précambrien. Ministère de l’Énergie et des Ressources naturelles, Québec; 250 pages.1983ET 82-01
CHARBONNEAU, J.-M. – PICARD, C. – DUPUIS-HÉBERT, L.Synthèse géologique de la région de Chapais-Branssat (Abitibi), Ministère de l’Énergie et des Ressources naturelles, Québec; 202 pages, 13 plans.1991MM 88-01
CHOWN, E.H. – DAIGNEAULT, R. – MUELLER, W.Geological setting of the eastern extremity of the Abitibi Belt, In : Litho – Tectonic Framework and Associated Mineralization of the Eastern Extremity of the Abitibi Greenstone Belt, Quebec [Field Trip 3] (Guha, J., Chown, E.H. and Daigneault, R., editors). Geological Association of Canada, Public File 2158, 131 pages.1990Source
CHOWN, E.H. – DAIGNEAULT, R. – MUELLER, W. – MORTENSEN, J. KTectonic evolution of the Northern Volcanic Zone, Abitibi Belt, Québec, Canadian Journal of Earth Sciences, volume 29, pages 2211-2225.1992Source
CHOWN, E.H. – HARRAP, R. – MOUKHSIL, A.The role of granitic intrusion in the evolution of the Abitibi belt, Canada, Precambrian Research; volume 115, pages 291-310.2002Source
DUQUETTE, G.Stratigraphie de l’Archéen et relations métallogéniques dans la région de Chibougamau, Minsitère de l’Énergie et des Ressources naturelles, Québec; 25 pages, 1 plan.1970ES 008
GILBERT, J.E,Région de Branssat – Daine, comté d’Abitibi-Est.   Ministère de l’Énergie et des Ressources naturelles, Québec; 61 pages, 1 plan.1955RG 064
LAMOTHE, D.Région du lac relique, district de Chibougamau. Ministère de l’Énergie et des Ressources naturelles, Québec; 2 plans.1982DP 82-09
LAMOTHE, D.Géologie de la région du lac Relique – Territoire-du-Nouveau-Québec, Ministère de l’Énergie et des Ressources naturelles, Québec; 46 pages, 2 plans.1987MB 87-20
MIDRA, R. – CHOWN, D.H. – TAIT, L.Géologie de la région du lac Dickson (Bande Caopatina-Desmaraisville). Ministère de l’Énergie et des Ressources naturelles, Québec; 65 pages.1992aMB 91-30
MIDRA, R. – CHOWN, D.H. – TAIT, L.Géologie de la région du lac Dickson (Bande Caopatina-Desmaraisville). Ministère de l’Énergie et des Ressources naturelles, Québec; 1 plan.1992bET 90-01
MORTENSEN, J.K.U–Pb geochronology of the eastern Abitibi Subprovince. Part 1: Chibougamau-Matagami-Joutel region. Canadian Journal of Earth Sciences, volume 30, pages 11-22.1993Source
PICARD, C,Géologie de la région du lac Inconnu, Abitibi-est, Québec. Ministère de l’Énergie et des Ressources naturelles, Québec; 55 pages, 2 plans.1985ET 83-16
RACICOT, D. – CHOWN, E.H. – HANEL, T.Plutons of the Chibougamau-Desmaraisville belt: A preliminary survey, In : Chibougamau – Stratigraphy and Mineralization (Guha, J. and Chown, E.H., editors). Canadian institute of Mining and Metallurgy; Special Volume 34, pages 178-197.1984

RETTY, J.A.

NORMAN, G.W.H.

Chibougamau Sheet, West Half, Abitibi Territory,Quebec, Commission géologique du Canada, carte série “A” 398A, 1 plan.1938Carte 398A
SHAW, G.Lewis Lake, Abitibi Territory, Québec, Commission géologique du Canada, carte série « A » 555A, 1 plan.1940aSource
SHAW, G.Opawica Lake, Abitibi Territory, Québec, Commission géologique du Canada, carte série « A » 556A, 1 plan.1940bSource
SIMARD, M. – MORIN, R. – OUELLET, M.-C.Compilation géoscientifique – Géologie 1 : 20 000 – 32G13-200-102 – Ruisseau aux Allouettes, In : Carte(s) géologique(s) du Sigéom – feuillet 32G, Ministère de l’Énergie et des Ressources naturelles, Québec; plan 47.2003CG SIGEOM 32G
SIMARD, M. – MORIN, R. – OUELLET, M.-C.Compilation géoscientifique – Géologie 1 : 20 000 – 32G13-200-101 – Lac Inconnu, In : Carte(s) géologique(s) du Sigéom – feuillet 32g, Ministère de l’Énergie et des Ressources naturelles, Québec; plan 46.2003CG SIGEOM 32G
SIMARD, M. – MORIN, R. – OUELLET, M.-C.Compilation géoscientifique – Géologie 1 : 20 000 – 32G12-200-202 – Lac Lewis, In : Carte(s) géologique(s) du Sigéom – feuillet 32G, Ministère de l’Énergie et des Ressources naturelles, Québec; plan 45.2004CG SIGEOM 32G
SIMARD, M. – MORIN, R. – OUELLET, M.-C.Compilation géoscientifique – Géologie 1 : 20 000 – 32G12-200-201 – Lac Renault, In : Carte(s) géologique(s) du Sigéom – feuillet 32G, Ministère de l’Énergie et des Ressources naturelles, Québec; plan 44.2004CG SIGEOM 32G
SIMARD, M. – MORIN, R. – OUELLET, M.-C.Compilation géoscientifique – Géologie 1 : 20 000 – 32G11-200-201 – Lac Houghton, In : Carte(s) géologique(s) du Sigéom – feuillet 32G, Ministère de l’Énergie et des Ressources naturelles, Québec; plan 40.2004CG SIGEOM 32G

 

 

26 avril 2019