English
 
 
Formation d’Ekomiak
Étiquette stratigraphique : [narc]ek
Symbole cartographique : nAek

Première publication :  
Dernière modification :

 

 

 

 

Subdivision(s) informelle(s)
La numérotation ne reflète pas nécessairement la position stratigraphique.
 
nAek2 Conglomérat polygénique
nAek1 Wacke lithique ou feldspathique et mudrock
nAek Wacke et conglomérat polygénique
 
Auteur : Goutier et al., 1998a et 1998b
Âge : Néoarchéen
Coupe type :

Au départ, trois coupes de référence permettaient de définir la Formation d’Ekomiak (Goutier et al., 1998b). La coupe nº 9, montrant les principales lithologies, est située entre la route de la Baie-James et le lac Ekomiak. La coupe nº 10 correspond à une section dans le wacke lithique et le mudrock, avec un passage conglomératique au sommet. La coupe nº 11 illustre une section dans le conglomérat polygénique. La base de cette coupe est une discordance entre les métavolcanites du Groupe de Yasinski et le conglomérat polygénique. Des visites sur le terrain en 2008 (J. Goutier) ont permis de réinterpréter et de réassigner en partie les roches des coupes nº 9 et nº 10 à d’autres unités.

Les affleurements le long de la route d’accès reliant les résidences Sakami LG3 d’Hydro-Québec à la route Transtaïga (feuillet SNRC 33F09) illustrent bien cette formation, ainsi que ceux sur les rives du réservoir LG3 (coupe B de Skulski, 1985; 1999-MH-4073 à 1999-MH-4074). Cette coupe montre une section de 267 m d’épaisseur réelle de la Formation d’Ekomiak; le sommet est marqué par une faille séparant le wacke des volcanites intermédiaires du Groupe de Yasinski.

Région type : Secteur nord du lac Menarik (feuillet SNRC 33F06)
Province géologique : Province du Supérieur
Subdivision géologique : Sous-province de La Grande
Lithologie : Conglomérat polygénique et wacke
Type : Lithostratigraphique
Rang : Formation
Statut : Formel
Usage : Actif

 

 

Unité(s) apparentée(s)

Aucune

 

 

 

 

Historique

Des unités de wacke lithique ou feldspathique, de mudrock, une formation de fer à magnétite et un conglomérat polygénique de la région des lacs Ekomiak (feuillet 33F05) et Menarik (feuillet 33F06) ont été regroupés dans la Formation d’Ekomiak par Goutier et al. (1998a et 1998b). Antérieurement, seuls St. Seymour et al. (1988) avaient reconnu des roches sédimentaires clastiques dans le secteur du feuillet 33F05, mais sans les assigner à une unité spécifique. Dans le feuillet 33F11, Mills (1967) fut le premier à reconnaître des roches sédimentaires à grain grossier dans cette région, qu’il assignait à l’unité de conglomérat granitique. Subséquemment, ces roches ont été assignées à la Formation d’Ekomiak par Goutier et al. (1999). À la suite de travaux de cartographie plus à l’est dans le cadre du projet Moyen-Nord, plusieurs lentilles de conglomérat polygénique et de wacke ont également été assignées à cette formation. Les exemples sont d’abord l’unité 3 (sédimentaire) de Skulski et al. (1984) et Skulski (1985) des feuillets 33F09 et 33G12 (Goutier et al., 2001a et 2001b), ainsi qu’une nouvelle lentille de conglomérat polygénique touchant les feuillets 33G11 et 33G06 (Goutier et al., 2002). En 2018 et 2019, la forme de cette lentille a été modifiée à partir de nouveaux affleurements visités en 2014 et en 2016 (p. ex. affleurement 2014-AR-4134) et des travaux de l’industrie (p. ex. Cayer et Oswald, 2009). De nouvelles lentilles de conglomérat polygénique présentes dans le feuillet 33G06 ont aussi été assignées à la Formation d’Ekomiak (Côté-Roberge et Goutier, 2019).
 
En 2019, Goutier a assigné au Groupe de Yasinski plusieurs polygones de l’unité nAek1 de la Formation d’Ekomiak sur la base de relations stratigraphiques observées dans les feuillets 33F05, 33F06 et 33G12. La présence de formation de fer, l’abondance de turbidites et l’interstratification de basalte sont caractéristiques d’un environnement marin profond, alors que les roches clastiques de la Formation d’Ekomiak sont associées à un environnement fluviatile ou alluvionnaire. De plus, les relations de recoupement entre ces anciennes zones de wacke–formation de fer–conglomérat et un ensemble de brèches intrusives polygéniques et de dykes à fragments, ainsi qu’avec le conglomérat polygénique typique de la Formation d’Ekomiak, montre que le conglomérat polygénique est en discordance d’érosion avec les deux premiers ensembles. Les distinctions principales de l’ensemble de brèches intrusives polygéniques et de dykes à fragments ou de dykes-diatrèmes sont : la nature intrusive de ces roches avec l’encaissant; la présence de fragments ultramafiques à couronne réactionnelle et d’une matrice intermédiaire à ultramafique, principalement d’origine magmatique (Mathieu et al., 2018). Le conglomérat polygénique de la Formation d’Ekomiak est caractérisé par l’abondance de clastes tonalitiques et une matrice quartzofeldspathique à lithique.

Description

La Formation d’Ekomiak se compose de trois ensembles : le premier est dominé par un wacke lithique; le second est dominé par un conglomérat polygénique; et le troisième, indifférencié, comprend à la fois un wacke et un conglomérat polygénique. Cet ensemble indifférencié est entre autres utilisé lorsque le niveau de détail est insuffisant ou que le niveau de déformation est très important.

Formation d’Ekomiak (nAek) : Wacke lithique ou feldspathique et mudrock

L’unité indifférenciée nAek est composée d’un ensemble de conglomérat polygénique et de wacke, sans toutefois préciser si l’un ou l’autre est plus abondant. Par exemple, dans le feuillet 33F11, le manque d’information ne permet pas de déterminer lequel des faciès est prédominant, puisque les affleurements de l’époque sont désormais recouverts par le réservoir Robert-Bourassa. Dans le secteur du lac Chakapash (feuillets 33F09 et 33G12), les deux faciès sont présents.

Formation d’Ekomiak 1 (nAek1) : Wacke lithique ou feldspathique et mudrock

Les wackes lithiques et feldspathiques et les mudrocks (nAek1) sont verts, roses ou bruns en fonction du contenu en fragments volcaniques ou en feldspath, en hématite et en chlorite. Le wacke se compose de grains moyens à grossiers de quartz, de plagioclase, de biotite et de chlorite. Dans les endroits où les structures sédimentaires sont mieux préservées, les lits sont minces à épais et granoclassés. Des laminations obliques et des laminations parallèles sont fréquentes. À la base des lits de wackes, des cailloux et des galets isolés de tonalite sont localement observés, tout comme de rares niveaux de mudrock. L’unité se distingue des paragneiss du Complexe de Laguiche (nAlgi) par l’absence de recristallisation et la présence de structures sédimentaires suggérant un environnement fluviatile ou alluvionnaire.

Formation d’Ekomiak 2 (nAek2) : Conglomérat polygénique

Le conglomérat polygénique est l’unité dominante de la Formation d’Ekomiak. Dans la région du lac Chakapash (feuillets 33F09 et 33G12), le faciès conglomératique à la base de la formation est hétérogène (« debris flow » de Skulski, 1985) et diffère du conglomérat typique (« orthoconglomerate » de Skulski, 1985). À la base de la section B de Skulski (1985), ce conglomérat noir et brun se compose presque uniquement de cailloux et de galets de formation de fer rubanée à magnétite et de chert (affleurement 1999-MH-4073). Les fragments sont mal triés, jointifs et anguleux. La matrice se compose de petits fragments de formation de fer, de magnétite, d’amphibole et de grenat. Le conglomérat atteint une épaisseur de 10 m. Il est surmonté d’un conglomérat polygénique composé principalement de cailloux et de galets de volcanite mafique et intermédiaire, de tonalite, de gabbro, de formation de fer et localement de quartz. Il est vert foncé à rosé, la patine rosée étant causée par l’oxydation des clastes de formation de fer érodés. Les fragments y sont mal triés, jointifs et subanguleux. Les bancs montrent parfois un granoclassement normal, et leur épaisseur est irrégulière. La matrice se compose de feldspath, de quartz et de petits fragments de volcanites mafiques.

Le second faciès conglomératique, plus abondant et caractéristique, se distingue du premier par une abondance de cailloux, de galets et de blocs arrondis de tonalite peu déformée à foliée. Les autres clastes proviennent de l’érosion de volcanite et d’intrusif mafique, intermédiaire et felsique, de quartz et de formation de fer. Les clastes sont fréquemment ovales à cause de la déformation. La matrice est typiquement un wacke lithique. Ce conglomérat est observé en banc massif (décimétrique à métrique) et montre rarement des structures internes évidentes. Des lentilles de wacke sont intercalées avec le conglomérat. La variété des clastes, les structures sédimentaires du conglomérat polygénique et l’agencement des lentilles de wacke indiquent un régime dynamique, probablement dans un environnement fluviatile ou alluvionnaire.

En bordure de la Faille de Chain Lake, à l’est de la digue TA-26 (feuillet 33G12), le wacke et le conglomérat prennent par endroits une teinte beige à orangée à cause d’une altération en ankérite et en séricite. Ces roches montrent en plus des inversions de polarité reliées au plissement.

Épaisseur et distribution

Les différentes lentilles de roche sédimentaire clastique de la Formation d’Ekomiak sont distribuées sur une distance de 166 km selon un axe E-W. Dans les années 1990, Goutier et al. (1998a et 1998b) associaient les roches bréchiques et polygéniques, ainsi que le wacke, du secteur du lac Ekomiak à la formation du même nom. Une nouvelle visite des affleurements de ce secteur en 2008 (J. Goutier) a permis d’associer le wacke au Groupe de Yasinski et de reconnaître que la majorité des roches bréchiques et polygéniques correspondaient à des diatrèmes et à des phases intrusives, et non à un conglomérat.

Le fait d’associer les anciennes lentilles de wacke–formation de fer–conglomérat de l’unité nAek1 (feuillets 33F05 et 33F06) au Groupe de Yasinski réduit le volume de l’unité nAek1 de ce secteur. Le secteur au nord du lac Menarik demeure l’un des endroits avec le plus grand volume de conglomérat polygénique de la Formation d’Ekomiak. La plus faible intensité de la déformation et du métamorphisme dans ce secteur en fait l’un des endroits où cette formation est le mieux conservée.

Dans le secteur des feuillets 33F09, 33F10 et 33F11, les roches clastiques de la Formation d’Ekomiak forment de bandes kilométriques, dont l’épaisseur varie de 100 à 200 m, localement jusqu’à 1 km d’épaisseur apparente. Elles ont été reconnues au sud de la Tonalite de La-Grande-Sud (feuillet 33F10), au centre et au NE du feuillet 33F09 et dans le feuillet 33G12. Au centre du feuillet 33F09, la Formation d’Ekomiak forme des bandes étroites en partie bordées par des failles. En revanche, la formation est limitée à quelques affleurements dans le réservoir Robert-Bourassa (feuillet 33F11) et à une mince bande dans le coin SW du feuillet 33F11. Dans les feuillets 33G06 à 33G11, les bandes sont plus étroites à cause de la transposition tectonique et du nombre limité d’affleurements visités.

Datation

Un conglomérat polygénique peu déformé a été échantillonné dans le feuillet 33F06 en 1999 (affleurement 1996-JG-1390) dans le but de déterminer l’âge maximal de sédimentation de cette unité. L’échantillon est composé principalement de cailloux et de galets de tonalite peu déformée et de basalte, avec des clastes de rhyolite, d’intrusif felsique à grain fin et de chert gris et noir (formation de fer). La matrice est verte et riche en granules et en petits cailloux mafiques. Des niveaux de wacke lithique sont interstratifiés avec le conglomérat. À l’époque, un zircon avait donné un âge 207Pb/206Pb de 2747 ±2 Ma, soit l’âge maximal de déposition de cette unité par la méthode TIMS (Goutier et al., 2002). Par la suite, un plus grand nombre de zircons du même échantillon ont été réanalysés avec la technique au laser (LA-ICPMS) (Davis et al., 2014), donnant un mode principal autour de 2735 Ma, avec des modes secondaires à 2810 Ma et 2855 Ma, ainsi qu’un zircon concordant aussi jeune que 2714 ±9 Ma (SGNO-00-25; Davis et al., 2014). Cette distribution d’âges spécifiques suggère que le matériel détritique provient typiquement de l’érosion des roches de la région du lac Yasinski, où l’on trouve ce conglomérat. Le mode principal à 2735 Ma correspond à l’âge des volcanites du Groupe de Yasinski et de la Tonalite de La-Grande-Sud. Les modes secondaires pourraient provenir de l’érosion des roches du Complexe de Langelier et du Groupe de Guyer. Le zircon concordant le plus jeune (2714 Ma) est contemporain aux Intrusions de Duncan (2716 à 2709 Ma).

Système isotopique Minéral Âge (Ma) (+) (-) Référence(s)
207Pb/206Pb Zircon <2747 2 2 Goutier et al., 2002
207Pb/206Pb Zircon <2853,8 0,8 0,8 Goutier et al., 2002
207Pb/206Pb Zircon <2735     Davis et al., 2014
207Pb/206Pb Zircon <2714 9 9 Davis et al., 2014

Relations stratigraphiques

Dans le feuillet 33F06, il a été possible d’observer une discordance angulaire entre le conglomérat et les basaltes du Groupe de Yasinski et l’unité de wacke–formation de fer–conglomérat de la Formation d’Ekominak. On observe aussi clairement que les bandes situées dans le coin NE du feuillet 33F09 (lac Chakapash) et dans le feuillet 33G12 reposent en discordance sur les volcanites du Groupe de Yasinski. À l’est, les contacts sont cisaillés et le conglomérat polygénique est chevauché par des métabasaltes du Groupe de Guyer (directement à l’est de l’affleurement 2014-AR-4134).

Paléontologie

Ne s’applique pas.

Références

Publications accessibles dans SIGÉOM Examine

CAYER, A., OSWALD, R. 2009. TECHNICAL REPORT AND RECOMMENDATIONS, WINTER 2008 DRILLING PROGRAM AND FALL 2008 GEOLOGICAL EXPLORATION PROGRAM, POSTE LEMOYNE EXTENSION PROPERTY. MINES VIRGINIA INC. Rapport statutaire soumis au gouvernement du Québec. GM 64612, 1166 pages et 47 plans.

DAVIS, D W., SIMARD, M., HAMMOUCHE, H., BANDYAYERA, D., GOUTIER, J., PILOTE, P., LECLERC, F., DION, C. 2014. DATATIONS U-PB EFFECTUEES DANS LES PROVINCES DU SUPERIEUR ET DE CHURCHILL EN 2011-2012. MERN, GEOCHRONOLOGICAL LABORATORY. RP 2014-05, 62 pages.

GOUTIER, J., DION, C., DAVID, J., DION, D J. 1999. GEOLOGIE DE LA REGION DE LA PASSE SHIMUSUMINU ET DU LAC VION (33F/11 ET 33F/12). MRN. RG 98-17, 43 pages et 2 plans.

GOUTIER, J., DION, C., OUELLET, M C. 2001. GEOLOGIE DE LA REGION DE LA COLLINE BEZIER (33G/12) ET DU LAC DE LA MONTAGNE DU PIN (33G/13). MRN. RG 2001-13, 55 pages et 2 plans.

GOUTIER, J., DION, C., OUELLET, M C., DAVIS, D W., DAVID, J., PARENT, M. 2002. GEOLOGIE DE LA REGION DU LAC GUYER (33G/05, 33G/06 ET 33G/11). MRN. RG 2001-15, 55 pages et 3 plans.

GOUTIER, J., DION, C., OUELLET, M C., MERCIER-LANGEVIN, P., DAVIS, D W. 2001. GEOLOGIE DE LA COLLINE MASSON (33F/09), DE LA PASSE AWAPAKAMICH (33F/10), DE LA BAIE CARBILLET (33F/15) ET DE LA PASSE PIKWAHIPANAN (33F/16). MRN. RG 2000-10, 69 pages et 4 plans.

GOUTIER, J., DOUCET, P., DION, C., BEAUSOLEIL, C., DAVID, J., PARENT, M., DION, D J. 1998. GEOLOGIE DE LA REGION DU LAC KOWSKATEHKAKMOW (33F/06). MRN. RG 98-16, 50 pages et 1 plan.

GOUTIER, J., DOUCET, P., DION, C., BEAUSOLEIL, C., DION, D-J. 1998. GEOLOGIE DE LA REGION DU LAC ESPRIT (SNRC 33F/05). MRN. RG 98-09, 41 pages et 1 plan.

MILLS, J P. 1967. GEOLOGY OF THE LONG LAKE MAP AREA, NEW QUEBEC. MRN. DP 141, 12 pages et 1 plan.

 

Autres publications

MATHIEU, L. – BOUCHARD, E. – GUAY, F. – LIENARD, A. – PILOTE, P. – GOUTIER, J. 2018. Criteria for the recognition of Archean calc-alkaline lamprophyres: examples from the Abitibi Subprovince. Revue canadienne des sciences de la Terre, 55(2): 188-205. Source

SKULSKI, T. 1985. The tectonic and magmatic evolution of central segment of the archean La Grande Greenstone Belt, central Quebec. Master thesis, McGill University, Montréal.

 

 

 

14 juin 2019