English
 
Dykes de Torngat
Étiquette stratigraphique : [npro]tor
Symbole cartographique : nPtor

Première publication:  
Dernière modification:

 

 

Subdivision(s) informelle(s)
La numérotation ne reflète pas nécessairement la position stratigraphique.
 
Aucune
 
Auteur :Digonnet, 1997
Âge :Précambrien / Protérozoïque / Néoprotérozoïque
Coupe type : 
Région type :Région du Fjord d’Abloviak (feuillet SNRC 24P06)
Province géologique :Province de Nain
Subdivision géologique :Domaine de Burwell
Lithologie :Dyke de lamprophyres ultramafiques
Type d’unité :Lithodémique
Rang :Lithodème
Statut :Formel
Usage :Actif

 

Unité(s) apparentée(s)
 
Aucune
 

 

Historique

Lors de sa reconnaissance du nord du Québec et du Labrador, Taylor (1979) rapporte l’existence de lamprophyres. Des dykes sont redécouverts lors d’une campagne régionale de cartographie en 1991 (Digonnet, 1997). L’étude pétrographique des échantillons révèle la présence de diamant. S’ensuivent des travaux de prospection et de cartographie dans le secteur du fjord d’Abloviak (feuillet SNRC 24P06) et du Mont Jacques Rousseau (feuillet 24P07) (Marchand, 2005). Digonnet et al. (2000) mènent une première caractérisation pétrologique approfondie qui rattache ces lamprophyres aux familles des aillikites et des melnoïtes et datent ces intrusions à 550 Ma. Un autre dyke a été découvert au cours de l’été 2017 (Mathieu et al., 2018) dans la région de Grenfeld Sound (feuillet 25A).

Description

La majorité des dykes sont orientés N020º à N060º, mais certains se mettent en place en s’intercalant dans la foliation régionale. Ils sont magnétiques et arborent une patine d’altération gris-vert à brun-vert et une couleur vert foncé en cassure fraiche. Ils sont peu résistants à l’altération météoritique et sont systématiquement en relief négatif par rapport à l’encaissant. Les dykes sont massifs, localement stratifiés. La présence de xénolithes crustaux (gneiss et granitoïdes) subanguleux à arrondis et de xénolites mantelliques (glimmérite, dunite, webstérite) est rapporté par Marchand (2005). Les échantillons ont une texture hétérogranulaire avec des macrocristaux d’olivine arrondie, de grenat (andradite), de phlogopite, d’ilménite, plus rarement de diopside, d’enstatite, de rutile, d’apatite et exceptionnellement de diamant, dans une matrice  plus fine. La matrice est composée de microcristaux altérés d’olivine et de phlogopite, mais aussi d’apatite et de perovskite associée au spinelle, eux-mêmes entourés d’une matrice (mésostase) encore plus fine constituée de spinelle, de perovskite, d’apatite, d’ilménite, de chromite, de serpentine, de chlorite, d’olivine, et de carbonates interstitiels. Les phases accessoires sont des sulfures de fer et de nickel associés au spinelle.

Les épontes des dykes sont altérées et l’encaissant arbore une teinte bleutée. Digonnet et al. (2000) observent une bordure de trempe riche en carbonates.

Marchand (2005) a réalisé une étude chimique des minéraux indicateurs d’échantillons issus de deux dykes. L’analyse de la teneur en nickel de l’olivine implique une origine mantellique (0,38 % NiO en moyenne). La chromite est alumino-magnésienne. Plusieurs générations de phlogopite sont présentes. Les macro et microcristaux sont zonés, avec un coeur sombre de phlogopite et une bordure plus claire de tétraferriphlogopite ou d’eastonite. Les micas de la matrice sont également composés de tétraferriphlogopite. Les spinelles analysés sont majoritairement des titano-magnétites qui se disposent en couronne autour de la chromite macrocristalline.

Épaisseur et distribution

Digonnet et al. (2000) démontrent l’existence d’une vaste province alcaline s’étendant du Groenland occidental à la péninsule du Labrador. Dans la région de Pointe le Droit (feuillet 24P), cinq systèmes de dykes subverticaux ont été cartographiés sur les falaises du fjord Abloviak et les pentes de la vallée du ruisseau Alluviaq. L’épaisseur varie de 1 cm à 5 m. Un dyke d’épaisseur décimétrique a été découvert sur la côte de la baie d’Ungava dans la région du fjord Ikkudliayuk (affleurement 17-IL-3111, feuillet 25A02).

Datation

Digonnet et al. (2000) réalisent une corrélation de l’argon de 42 points d’analyse sur trois feuillets de phlogopite et obtiennent ainsi un âge approximatif de 550 Ma. Ces auteurs corrèlent la mise en place de cses dykes avec l’ouverture de l’océan Iapetus qui débute à la fin du Néoprotérozoïque (600 Ma) et au début du Cambrien.

Système isotopiqueMinéralÂge de cristallisation (Ma)Référence(s)
Ar-ArPhlogopite550Digonnet et al., 2000

 

Relation(s) stratigraphique(s)

Les dykes sont encaissés dans les lithologies de la région. Ils coupent par des contacts francs et rectilignes les métatexites des complexes de Tasiuyak et de Sukaliuk, les gneiss des complexes de Lomier et de Noodleook ainsi que les intrusions de la Suite de Killinek.

 

Paléontologie

Ne s’applique pas.

Références

 

Auteur(s)TitreAnnée de publicationHyperlien (EXAMINE ou Autre)
DIGONNET, S.Étude pétrogéochimique de kimberlites dans les Monts Torngat, Nouveau Québec. Mémoire de maîtrise, Université du Québec à Montréal, 82 pages.1997TH 1723
DIGONNET, S. – GOULET, N. – BOURNE, J.H. – STEVENSON, R. – ARCHIBALD, D.Petrology of the Abloviak Aillikite dyke, New Quebec: evidence for a Cambrian diamantiferous alkaline province in northeastern North America. Canadian Journal of Earth Sciences, volume 37, 2000, pages 517-533.2000Source
MARCHAND, P.Caractérisation de deux intrusions kimberlitiques au Témiscamingue, Notre-Dame-du-Nord et Belleterre (BT 44) et de deux dykes ultramafiques des Monts Torngat, études pétrographique, minéralogique, géochimique et potentiel diamantifère. Mémoire de maîtrise, 323 pages.2005TH 1854
MATHIEU, G. – LAFRANCE, I. – VANIER, M.A.Géologie de la région de Pointe le Droit, sud-est de la Province de Churchill, Nunavik, Québec, Canada . Ministère de l’Énergie et des Ressources naturelles, Québec.2018Bulletin géologiQUE
TAYLOR, F.C.Reconnaissance geology of a part of the Precambrian Shield, northeastern Quebec, northern Labrador and northwest Territories. Geological Survey of Canada ; Memoir 393, 99 pages and 19 maps.1979Source

 

 

19 avril 2018