Suite intrusive de Sacoche
Étiquette stratigraphique : [ppro]sac
Symbole cartographique : pPsac

Première publication:  
Dernière modification:

 

 

Subdivision(s) informelle(s)
La numérotation ne reflète pas nécessairement la position stratigraphique.
Aucune
 
Auteur :Mathieu et Bilodeau, en préparation
Âge :Précambrien / Protérozoïque / Paléoprotérozoïque
Coupe type :Affleurement de monzonite quartzifère déformée à structure porphyroïde (16-MP-1105)
Région type :Secteur nord du réservoir Manicouagan, feuillets SNRC 22N11 et 22N14
Province géologique :Province de Grenville
Subdivision géologique :Allochtone
Lithologie :Syénogranite à hyperstène, mangérite et syénite quartzifère à hyperstène
Type d’unité :Lithodémique
Rang :Suite
Statut :Formel
Usage :Actif

 

Unité(s) apparentée(s)
  • Aucune

 

 

Historique

La Suite intrusive de Sacoche (pPsac) a été introduite par Mathieu et Bilodeau (en préparation) à la suite des travaux de cartographie géologique entrepris par le Ministère à l’été 2016 dans le secteur nord-ouest du réservoir Manicouagan. Des intrusions mégacristiques avaient déjà été identifiées au nord-est et au nord-ouest de l’Anorthosite de Seignelay par Indares et al. (1998). L’unité avait été définie comme un granite mégacristique recristallisé et folié à phénocristaux de feldspath potassique, rubans de quartz et agrégats de plagioclase associés à des amas de grenat et de clinopyroxène à grain fin.

Description

Les intrusions de la Suite de Sacoche se présentent sous la forme de dykes felsiques décamétriques parallèles au grain structural qui se distinguent facilement des gabbronorites encaissantes de la Suite de Mouchalagane. Cette unité est composée principalement de syénogranite rose associé à des quantités mineures de monzonite quartzifère, de syénite et de monzonite. Les caractéristiques minéralogiques et structurales de ces roches sont identiques, malgré de légères variations de composition. Les résultats d’analyses géochimiques des échantillons de 2016 révèlent une composition intermédiaire à felsique avec une signature métalumineuse et une affinité calco-alcaline (Frost et al., 2001). Ils se classent dans la série ultrapotassique. La géochimie, les observations en lames minces et les colorations corroborent les descriptions de terrain.

Les roches de la Suite intrusive de Sacoche se caractérisent par leur grande homogénéité, une patine rosée et surtout la présence systématique de plages centimétriques (15 à 60 %) composées de microcline. Des cristaux xénomorphes moyens de microcline sont préservés aux coeurs de ces plages, le contour est recristallisé et formé d’une mosaïque plus ou moins large de microcline fin équigranulaire. Ces plages sont interprétées comme étant d’anciens phénocristaux recristallisés. Leur dimension varie entre 1 à 2 cm. Les coeurs préservés présentent généralement une structure perthitique avec des exsolutions en flammes d’albite impliquant un métamorphisme au grade des granulites (Heier, 1955). Les phénocristaux recristallisés sont bordés de tiges de quartz soulignant l’étirement minéral ainsi que d’un liseré discontinu de biotite. Dans la matrice, les cristaux de feldspath potassique et plus rarement de plagioclase montrent des bordures suturées entre lesquelles s’insèrent de petits cristaux de quartz de forme arrondie. Les minéraux mafiques représentent environ 15 % de la roche et comprennent principalement du grenat et de la hornblende verte bordée de biotite. Le grenat automorphe à subautomorphe renferme des inclusions de quartz, de hornblende et de pyroxène. La hornblende, généralement en cristaux prismatiques trapus, remplace possiblement les pyroxènes. L’amphibole apparaît par endroits sous la forme de pœciloblastes contenant des inclusions très fines de quartz. La roche contient des quantités mineures de clinopyroxène (augite) et d’orthopyroxène (hyperstène) subautomorphes et en relique, ainsi que du zircon et de l’épidote. Les pyroxènes sont fins, très corrodés et montrent généralement une couronne de hornblende verte. L’orthopyroxène n’a pas été reconnu dans tous les échantillons.

La déformation est caractérisée par une composante linéaire beaucoup plus importante que la composante planaire. L’étirement minéral, essentiellement défini par les tiges de quartz et l’étirement des phénocristaux de feldspath potassique, est très important avec un rapport d’étirement évalué à 8:1 sur l’affleurement 16-MP-1105. Toutes les phases se caractérisent par une extinction roulante, celle du quartz est généralement en échiquier.

Des enclaves de métagabbronorite probablement issues de la Suite de Mouchalagane sont localement observées.

 

Épaisseur et distribution

Les intrusions de la Suite de Sacoche se présentent sous la forme de dykes ou d’essaims de dykes disposés parallèlement à la foliation régionale. Elles sont reconnues dans tous les secteurs de l’Allochtone, surtout dans la partie comprise entre la limite ouest de la Suite de Seignelay (pPsgl) et la Zone de charriage de l’Allochtone (ABT), soit les feuillets 22N11 et 22N14. L’essaim le plus important semble être associé au corridor de déformation ceinturant le Seignelay. La puissance des dykes est difficile à évaluer en raison de la petite dimension des affleurements et de leur faible susceptibilité magnétique. Leur longueur estimée est kilométrique pour une épaisseur inférieure à 100 m. L’épaisseur apparente observée en affleurements varie entre 1 et 30 m. Le Sacoche coupe la plupart des unités paléoprotérozoïques de l’Allochtone dans le secteur nord-ouest du réservoir Manicouagan, telles que les suites de Mouchalagane (pPmoc) et de Prestone (pPpre), ainsi qu’une partie des suites de Seignelay (pPsgl2) et de l’Hippocampe (pPhip). Les dykes sont systématiquement associés aux zones de déformation les plus intenses et souligneraient donc les failles de la zone imbriquée de Manicouagan (Mathieu et Bilodeau, en préparation).

Datation

Un âge U-Pb de cristallisation de 1638+15-8 Ma a été obtenu par Indares et al (1998).

Système isotopiqueMinéralÂge de cristallisation (Ma)(+)(-)Référence(s)
U-PbZircon1638158Indares et al., 1998

Relations stratigraphiques

Des enclaves de métagabbro sont localement observées (affleurement 16-MP-1105). Les intrusions de la Suite intrusive de Sacoche coupent les gabbronorites fusionnées et non fusionnées de la Suite de Mouchalagane; un contact fortement transposé a été observé sur l’affleurement 16-JC-5114

Paléontologie

Ne s’applique pas.

Références

Auteur(s)TitreAnnée de publicationHyperlien (EXAMINE ou Autre)
FROST, B. R. –  BARNES, C. G.  – COLLINS, W. J.  – ARCULUS, R. J.  – ELLIS, D. J.  – FROST, C. D.A Geochemical Classification for Granitic Rocks. Journal of Petrology, Volume 42, Issue 11, pages 2033–2048.2001Source
HEIER, K.The formation of feldspar perthites in highly metamorphic gneisses. Norsk Geologisk Tidsskrift; Volume 35, pages 87-91.1955Source
INDARES,A. – DUNNING, G. – COX, R. – GALE, D. – CONNELLY, J.High-pressure, high-temperature rocks from the base of thick continental crust: Geology and age constraints from the Manicouagan Imbricate Zone, eastern Grenville Province. Tectonics; Volume 17, pages 426-440.1998Source
MATHIEU, G. – BILODEAU, C. Géologie du secteur nord-ouest du réservoir Manicouagan, Côte-Nord. Ministère de l’Énergie et des Ressources naturelles, Québec.En préparation
30 juillet 2018