English
 
Suite intrusive de Rhéaume
Étiquette stratigraphique : [mpro]rhe
Symbole cartographique : mPrhe

Première publication:  

 

 

 

Subdivision(s) informelle(s)

La numérotation ne reflète pas nécessairement la position stratigraphique.
 
mPrhe2 Syénite, gabbronorite à oxyde de Fe-Ti-P, quantité mineure de syénite à orthopyroxène, de monzonite, de syénogranite, de monzogranite et de mangérite
mPrhe1 Gabbronorite à oxyde de Fe-Ti-P, quantité mineure de syénite, de syénite quartzifère, de syénogranite, de granite, de mangérite et de monzonite
 
Auteur : Moukhsil et Côté, 2017
Âge : Mésoprotérozoïque
Coupe type : Affleurement de gabbronorite de type OAGN (16-AM-1)
Région type : 31P14
Province géologique : Province de Grenville
Subdivision géologique : Allochtone
Lithologie : Roches intrusives intermédiaires à mafiques
Type : Lithodémique
Rang : Suite
Statut : Formel
Usage : Actif

 

 

Historique

La Suite intrusive de Rhéaume a été définie par Moukhsil et Côté (2017) lors des travaux de cartographie du secteur de Wemotaci dans le Haut-Saint-Maurice.

 

Description

La Suite intrusive de Rhéaume, de composition principalement syénitique, affleure sous la forme d’intrusions arrondies ou de dykes décamétriques injectant les roches environnantes. Cette unité est très magnétique et facilement identifiable sur les cartes aéromagnétiques. Les spectres des éléments de terres rares (ETR) normalisées aux chondrites (McDonough et Sun, 1995) montrent un enrichissement en ETR légères par rapport aux lourdes. Certains échantillons présentent également une anomalie positive en europium. Ces roches sont riches en potassium (K2O > 1 %) et se situent dans le champ des granites intraplaques (Pearce et al., 1984).

 

Suite intrusive de Rhéaume 1 (mPrhe1) : Gabbronorite à oxyde de Fe-Ti-P, quantité mineure de syénite, de syénite quartzifère, de syénogranite, de granite, de mangérite et de monzonite

L’unité mPrhe1 est formée de gabbronorite très magnétique enrichie en oxyde de fer et de titane (hemo-ilménite), magnétite et apatite que l’on peut classer dans le groupe des OAGN (Oxyde-Apatite-Gabbronorite, acronyme proposé par Dymeck et Owens, 2001). Des quantités mineures de syénite, de syénite quartzifère et de syénogranite lui sont associées. Les gabbronorites sont constituées de hornblende verte, d’orthopyroxène, de clinopyroxène, de plagioclase, de biotite et, accessoirement, de zircon, d’apatite et de carbonates. Au microscope, les cristaux d’orthopyroxène montrent une couronne d’amphibole (ouralitisation), alors que le plagioclase possède localement une microstructure myrmékitique. Le clinopyroxène est altéré en biotite en grands cristaux ou sous la forme d’exsolutions parallèles au clivage. L’apatite en proportion variable est présente en petites inclusions dans le clinopyroxène, la biotite et les feldspaths. La magnétite contient localement des inclusions de pyrrhotite. La mangérite est composée de biotite, d’orthopyroxène, de clinopyroxène, de plagioclase, de feldspath potassique et de carbonates comme minéraux accessoires. Au microscope, l’orthopyroxène est coronitique avec une couronne constituée de clinopyroxène. Ceci semble indiquer que le clinopyroxène est métamorphique, alors que l’orthopyroxène serait d’origine magmatique. Les carbonates se présentent dans les fractures ou en gros cristaux xénomorphes. La biotite en cristaux tabulaires compte pour 7 % de la roche. Les minéraux opaques sont associés aux pyroxènes. 

Suite intrusive de Rhéaume 2 (mPrhe2) : Syénite, gabbronorite à oxyde de Fe-Ti-P, quantité mineure de syénite à orthopyroxène, de monzonite, de syénogranite, de monzogranite et de mangérite

Les syénites sont généralement grisâtre ou rose saumon avec des cristaux de feldspath potassique rosâtres distribués ici et là dans la roche. La néphéline a été observée en traces dans quelques échantillons de  syénite (coloration au bleu de méthylène). Le syénogranite à grain moyen est de teinte rose saumon. Toutes les roches de cette unité contiennent des quantités variables de biotite, de clinopyroxène et de magnétite. La roche présente généralement une fabrique magmatique et la déformation à l’état solide est faible. La gabbronorite à grain grossier est porphyrique par endroits. La syénite à orthopyroxène est grisâtre à rosâtre en surface fraîche, à grain moyen et magnétique. La biotite et la hornblende verte sont surtout observées à proximité et autour des cristaux d’orthopyroxène. Le plagioclase forme des lattes au contact du feldspath potassique (microcline) et montre localement des microstructures perthitiques. L’apatite et le zircon sont présents comme minéraux accessoires. La syénite à orthopyroxène contient également des enclaves de syénite grise à grain fin.

Épaisseur et distribution

Cette unité affleure principalement dans le feuillet 31P14 sous la forme d’intrusions arrondies, de taille du kilomètre à des dizaines de kilomètres , très magnétiques et facilement identifiables sur les cartes aéromagnétiques.

Datation

Aucune datation.

Relations stratigraphiques

La suite intrusive de Rhéaume est intrudé dans la Suite plutonique de Pope.

Paléontologie

Ne s’applique pas.

Références

Auteur(s) Titre Année de publication Hyperlien (EXAMINE ou Autre)
MOUKHSIL, A. – CÔTÉ, G. Géologie de région de Wemotaci, Haut-Saint-Maurice (Partie ouest du Grenville). Ministère de l’Énergie et des Ressouces naturelles, Québec. 2017 RG 2017-03

 

 

 

 

 

20 octobre 2016