English
 
Suite d’Étoile
Étiquette stratigraphique : [mpro]eto
Symbole cartographique : mPeto

Première publication:  
Dernière modification:

 

 

 

 

Subdivision(s) informelle(s)
La numérotation ne reflète pas nécessairement la position stratigraphique.
 
mPeto2 Granite avec ou sans orthopyroxène, syénite, mangérite
mPeto1 Anorthosite, gabbronorite, troctolite, pyroxénite
 
Auteur :Perreault, 1992
Âge :Mésoprotérozoïque
Coupe type :Affleurement de syénite 17-GC-1055
Région type :Haut-Saint-Maurice (feuillet SNRC 31P)
Province géologique :Province de Grenville
Subdivision géologique :Allochtone
Lithologie :Roches intrusives mafiques à ultramafiques
Type :Lithodémique
Rang :Suite
Statut :Formel
Usage :Actif

 

 

Unité(s) apparentée(s)

Aucune

 

 

 

Historique

La Suite d’Étoile a été introduite par Perreault (1992) lors de la cartographie du feuillet SNRC 31P16 (Grand lac lac Bostonnais). Cet auteur l’avait définie comme une intrusion mafique de composition gabbroïque (mPeto1 et mPeto2), dont le centre est constitué d’anorthosite (mPeto3). Lors des travaux de cartographie de la région du lac Borgia, Moukhsil et Côté (2018) ont observé dans cette suite des faciès felsiques, intermédiaires, mafiques et ultramafiques, qu’ils ont regroupés dans deux unités : mPeto1 et mPeto2.

 

 

Description

 

 

Suite d’Étoile 1 (mPeto1) : Anorthosite, gabbronorite, quantités mineures de troctolite et de pyroxénite

L’unité mPeto1 est constituée d’anorthosite, de troctolite et de pyroxénite. Elle se caractérise par une faible susceptibilité magnétique. L’anorthosite est de teinte noire à grise, à grain fin à grossier et sa structure magmatique indique une faible recristallisation du plagioclase. Une petite intrusion isolée de cette unité, située au nord du lac du Corbeau (portion sud du feuillet SNRC 31P16, affleurement 17-AM-038), est majoritairement composée de gabbronorite à forte susceptibilité magnétique. Cette dernière contient des amas de xénolithes de leuconorite et de norite. La gabbronorite est à grain fin et constituée de clinopyroxène, de plagioclase, de magnétite et de traces d’ilménite et de sulfures (pyrite, pyrrhotite). Localement, un aspect bréchique (amas de xénolithes de leuconorite et norite) est également observé dans la gabbronorite. Des amas de magnétite et d’ilménite sont reconnus par endroits.

La troctolite est de teinte gris violacé, de granulométrie moyenne ou grossière, leucocrate, massive ou foliée et à structure coronitique. Elle contient entre 15 et 35 % de minéraux ferromagnésiens. Sous le microscope, les couronnes sont généralement très spectaculaires. Du centre vers la périphérie, elle sont composées d’olivine (localement altérée en iddingsite), d’orthopyroxène lamellaire et d’un assemblage symplectitique composé d’amphibole et de spinelle verdâtre en contact avec le plagioclase tabulaire. Il s’agit d’une couronne réactionnelle entre l’olivine ou l’orthopyroxène et le plagioclase, vraissemblablement reliée aux changements de conditions de pression et de température pendant la mise en place de la troctolite. Dans certains cas, le centre de la couronne ne contient plus d’olivine, celle-ci étant remplacée par un minéral d’altération non identifié. La pyroxénite est à grain grossier et se compose de pyroxène (clinopyroxène et orthopyroxène) à plus de 85 %, de plagioclase à moins de 10 % et d’environ 5 % de hornblende et de biotite brun rougeâtre. Cette dernière est aussi en inclusions dans la hornblende. On note que la roche est faiblement à fortement magnétique. Localement, la pyroxénite est coupée par des dykes d’anorthosite de 30 à 40 cm d’épaisseur.

Suite d’Étoile 2 (mPeto2) : Granite avec ou sans orthopyroxène, syénite, mangérite

L’unité mPeto2, très magnétique, est constituée de granite, de syénogranite ou de syénite, avec ou sans orthopyroxène (ouralitisé par endroits), de syénite avec ou sans hypersthène et de mangérite. Le granite est à grain moyen ou grossier, à structure massive (localement œillée) et possède une forte susceptibilité magnétique. Il contient du quartz à extinction ondulante, du feldspath potassique (microcline) perthitique (jusqu’à 2 cm de longueur), du plagioclase en bâtonnets altérés (séricitisés), de la hornblende, de la biotite, de l’allanite, de la myrmékite et des traces d’apatite et de zircon. La  syénite est généralement grisâtre ou rose et montre une structure mégacristique à phénocristaux de feldspath potassique rosâtres et perthitiques. Le granite contient également du clinopyroxène et des plages de quartz de taille variable.

 

D’un point de vue géochimique, la Suite d’Étoile est de composition ultramafique à felsique avec des teneurs en SiO2 variant de 46,67 à 71,27 %. Sur le diagramme de classification TAS (Total Alkali Silica de Middlemost, 1994), ces roches forment une suite dans le champ compositionnel des gabbros jusqu’à celui des granites. L’unité mPeto1 est d’affinité tholéiitique à transitionnelle, tandis que l’unité mPeto2 est calco-alcaline.

 

 

 

Épaisseur et distribution

La Suite d’Étoile affleure en grande majorité dans le feuillet SNRC 31P16. Elle est constituée d’un batholite d’une superficie de 168 km2 dont le centre est occupé par l’unité mafique à ultramafique (mPeto1). En périphérie du corps intrusif, on retrouve principalement des roches felsiques à intermédiaires (mPeto2) très magnétiques.

Relation(s) stratigraphique(s)

La Suite d’Étoile est injectée dans le Complexe de La Bostonnais sous la forme de batholites ou de dykes métriques.

Paléontologie

Ne s’applique pas.

Références

Auteur(s)TitreAnnée de publicationHyperlien (EXAMINE ou Autre)
MIDDLEMOST, E. A. K.Naming materials in the magma/igneous rock system. Earth Science Reviews, volume 37, pages 215–224.1994Source
MOUKHSIL, A. – CÔTÉ, G.Géologie de la région du lac Borgia, Province de Grenville, nord de La Tuque, régions de la Mauricie et du Saguenay – Lac-Saint-Jean, Québec, Canada. Ministère de l’Énergie et des Ressources naturelles, Québec.2018Bulletin géologiQUE
PERREAULT, S.Géologie du Grand lac Bostonnais. Ministère des Ressources naturelles et de la Faune, 1 carte à l’échelle 1/50 000.1992CG SIGEOM31P
ROSS , P.-S. – BÉDARD, J. H.Magmatic affinity of modern and ancient subalkaline volcanic rocks determined from trace-element discriminant diagrams. Journal Canadien des Sciences de la Terre, volume 46, pages 823-839.2009Source

 

 

 

 

9 février 2018