English
 
Suite d’Inuluttalik
Étiquette stratigraphique : [ppro]ina
Symbole cartographique : pPina

Première publication : 15 novembre 2017
Dernière modification : 18 avril 2018

 

 

Subdivision(s) informelle(s)
La numérotation ne reflète pas nécessairement la position stratigraphique.
 
pPina2 Charnockite et opdalite
pPina2d Syénite quartzifère
pPina2c Granite et charnockite pegmatitiques
pPina2b Monzogranite porphyroclastique
pPina2a Granite et granodiorite
pPina1 Enderbite
pPina1aTonalite violacée
 
Auteur :Lafrance et al., 2015
Âge :Précambrien / Protérozoïque / Paléoprotérozoïque
Coupe type : 
Région type :Région du lac Henrietta (feuillet SNRC 24H)
Province géologique :Province de Churchill
Subdivision géologique :Orogène des Torngat
Lithologie :Charnockite
Type d’unité :Lithodémique
Rang :Suite
Statut :Formel
Usage :Actif

 

 

 

Historique

La Suite d’Inuluttalik a été introduite par Lafrance et al. (2015) dans la région du lac Henrietta afin de regrouper les roches intrusives à hypersthène observées dans la portion occidentale de l’Orogène des Torngat. L’unité se poursuit vers le sud, dans la région du lac Brisson (Lafrance et al., 2016) et vers le nord, dans les régions de la rivière Koroc et de Pointe Le Droit (Mathieu et al., 2018).

Description

La Suite d’Inuluttalik renferme communément 5 à 15 % d’enclaves centimétriques à décimétriques de gneiss tonalitique à hypersthène (ApPsuk2) et de gabbro ou de gabbronorite (ApPsuk6) du Complexe de Sukaliuk. Elle semble être constituée de plusieurs phases intrusives qui se coupent l’une et l’autre; ces nombreuses injections donnent parfois un aspect de rubanement diffus aux affleurements. Le magnétisme de ces roches est variable, allant de très faible à fort. Seulement deux unités ont pu être distinguées à l’échelle de nos travaux : une unité d’enderbite (pPina1) et une unité de charnockite (pPina2).

Suite d’Inuluttalik 1 (pPina1) : Enderbite

L’unité pPina1 est majoritairement constituée d’enderbite mais comprend aussi une faible proportion de diorite quartzifère à hypersthène. Elle est caractérisée par une granulométrie moyenne à grossière, une cassure fraîche gris verdâtre, localement cassonade, et une structure massive à faiblement foliée. Une linéation d’étirement subhorizontale est toutefois répandue et se manifeste par la formation de tiges de quartz à extinction roulante. On remarque la présence d’autres injections plus grenues dont la composition varie d’enderbitique à charnockitique à granitique. Ces injections se présentent le plus souvent sous la forme de rubans centimétriques plus ou moins diffus. En lames minces, on observe des microstructures ignées bien préservées avec un début de recristallisation en bordure des grains. L’enderbite contient 18 à 30 % de quartz, moins de 5 % de feldspath potassique, interstitiel ou en exsolution dans le plagioclase, et 3 à 13 % de minéraux mafiques. Ces derniers sont principalement représentés par l’hypersthène, la biotite en petits feuillets bruns à rouges, le clinopyroxène et, plus localement, la hornblende. Ces minéraux mafiques forment en général des amas allongés et discontinus à l’aspect de schlierens. L’orthopyroxène est communément désagrégé et serpentinisé (iddingsite). Les principaux minéraux accessoires observés sont l’apatite, les minéraux opaques (magnétite), l’épidote, le zircon et les carbonates.

Sous-unité pPina1a: Tonalite violacée

Localement, l’enderbite est rétrogradée au faciès des amphibolites. Les rares vestiges d’orthopyroxène sont alors complètement transformés en un assemblage de serpentine, d’amphiboles et de chlorite. Ces tonalites, assignées à la sous-unité pPina1a, sont de teinte violacée et contiennent du quartz très foncé et du plagioclase bourgogne. Les autres caractéristiques minéralogiques et structurales sont similaires à l’enderbite de l’unité pPina1.

 

Suite d’Inuluttalik 2 (pPina2) : Charnockite et opdalite

En plus de former des masses intrusives kilométriques, les roches de l’unité pPina2 se présentent aussi sous forme d’injections, millimétriques à décimétriques, de couleur rose ou brun cassonade à l’intérieur de l’enderbite de l’unité pPina1 ainsi que dans les roches du Complexe de Sukaliuk. En affleurement, la roche est facile à confondre avec les phases de teinte cassonade de l’enderbite de l’unité pPina1. Elle renferme toutefois 20 à 45 % de feldspath potassique, généralement non maclé en lames minces. La charnockite montre souvent une répartition inégale des minéraux qui tendent à former des amas monominéraliques centimétriques. Elle renferme 20 à 25 % de quartz à extinction ondulante prononcée. Les minéraux mafiques (8 à 20 %) consistent en biotite brune à rouge, orthopyroxène et hornblende avec, par endroits, clinopyroxène. L’orthopyroxène est remplacé à divers degrés par la hornblende ou l’iddingsite. La roche est partiellement recristallisée en bordure des grains. Les minéraux opaques, l’apatite, le zircon, le sphène, l’épidote et l’allanite sont les principaux minéraux accessoires.

Sous-unité pPina2a: Granite et granodiorite

À l’instar de l’unité d’enderbite pPina1, la charnockite et l’opdalite sont localement rétrogradées au faciès des amphibolites. Ces roches intrusives sont homogènes, à grain moyen et de couleur rose pâle à moyen. Elles sont foliées et montrent des linéations, localement d’aspect protomylonitique en bordure des zones de cisaillement. La déformation s’exprime essentiellement par l’alignement des minéraux mafiques (5 à 12 %) qui consistent en feuillets de biotite brune et de muscovite. Le quartz (20 à 27 %) est fumé et forme de grandes plages à extinction roulante, parfois lenticulaires. Le plagioclase et le microcline (15 à 50 %) montrent une recristallisation partielle entre les grains. La sous-unité pPina2a contient les mêmes minéraux accessoires que l’unité pPina2.

Sous-unité pPina2b: Monzogranite porphyroclastique

La sous-unité pPina2b est caractérisée par la présence de 15 à 25 % de porphyroclastes de microcline de 0,5 à 3 cm de longueur, donnant à la roche un aspect moucheté blanc, rose et noir. Sa composition est généralement monzogranitique mais elle comprend aussi de la granodiorite, de la farsundite et de la monzodiorite. La roche est à grain moyen et partiellement recristallisée. La déformation est souvent forte (protomylonitique), marquée par l’alignement du quartz en rubans xénomorphes à extinction en damier, la présence de queues de recristallisation de part et d’autre des cristaux grossiers de feldspath et l’agencement des minéraux mafiques en lamines anastomosées moulant les lentilles quartzofeldspathiques. Le feldspath potassique est aussi présent dans la matrice. Les porphyroclastes sont perthitiques, à bordure myrmékitique et renferment des inclusions alignées de plagioclase, de quartz et de biotite. Les minéraux mafiques (10 à 25 %) sont constitués de biotite, de hornblende et localement d’hypersthène. Les minéraux accessoires observés en lames minces comprennent les minéraux opaques, la muscovite, l’apatite, l’épidote, l’allanite et le grenat. Le plagioclase et la biotite sont localement altérés, respectivement en séricite et en chlorite.

Sous-unité pPina2c: Granite et charnockite pegmatitiques

Des roches intrusives pegmatitiques coupant l’ensemble des unités de la Suite d’Inuluttalik forment localement la majorité des affleurements. La roche est leucocrate, massive ou marquée par la linéation et de couleur rose foncé. Elle renferme entre 2 et 5 % de minéraux mafiques (biotite ± hornblende ± hypersthène), environ 25 % de quartz ainsi qu’un peu de muscovite et de magnétite.   

 

Sous-unité pPina2d: Syénite quartzifère

La syénite quartzifère est à grain moyen, de cassure fraîche gris rosé avec une patine gris pâle à beige. Elle renferme 5 à 15 % de quartz, plus de 70 % de feldspath potassique et 2 à 20 % de minéraux mafiques. Ces derniers consistent en clinopyroxène (augite), hornblende et magnétite, avec des proportions moindres de biotite et d’apatite. Le feldspath potassique est perthitique et à bordures lobées interpénétrantes.

 

Épaisseur et distribution

La Suite d’Inuluttalik forme des plutons allongés parallèlement au grain structural régional qui s’injectent dans les gneiss du Complexe de Sukaliuk et qui sont localisés dans la partie ouest de l’Orogène des Torngat. Les différentes unités forment des intrusions de largeur hectométrique à décakilométrique sur une longueur variant de 1 km à près de 100 km. Les sous-unités pPina2c et pPina2d sont beaucoup plus restreintes et ne représentent que deux intrusions, dont les dimensions respectives sont de 400 m par 4 km et de 1,5 km par 9 km, situées dans le secteur nord de la région de la rivière Koroc (feuillets 24I15 et 24I10).

Datation

Un échantillon de charnockite et un échantillon d’enderbite ont tous deux retourné un âge paléoprotérozoïque, interprété comme l’âge de cristallisation, ainsi que des âges d’héritage archéens, interprétés comme étant reliés à la présence d’enclaves de gneiss du Complexe de Sukaliuk à l’intérieur des roches intrusives de l’Inuluttalik. D’ailleurs, il a été généralement difficile de distinguer les deux unités sur le terrain étant donné la piètre qualité des affleurements (couverture de lichen) et la grande ressemblance entre les lithologies. Le contact entre les deux unités semble diffus en cassure fraîche. Cependant, les colorations permettent de bien faire ressortir les différences structurales.

Deux échantillons prélevés dans la région du lac Henrietta à l’été 2013 ont de plus été envoyés à la Commission géologique du Canada (Corrigan et al., en préparation) pour des datations géochronologiques. Les âges présentés dans le tableau ci-dessous sont préliminaires, mais plusieurs populations d’âges archéens ont aussi été mises en évidence.

 

Système isotopiqueMinéralUnité stratigraphiqueÂge de cristallisation (Ma)(+)(-)Âge d’héritage (Ma)(+)(-)Référence(s)
U-PbZirconpPina2182288261711Davis et al., 2018 (2013-DB-1100A)
U-PbZirconpPina11856552,6 à 2,7 Ga  David et al., communication personnelle (2014-IL-3108A)
U-PbZirconpPina1178948482700; 2,88 Ga1616Corrigan et al., en préparation (2013-BC-6179A)
U-PbZirconpPina1a1,78 Ga  2650; 2,75 Ga  Corrigan et al., en préparation (2013-CB-5168A)

Relation(s) stratigraphique(s)

La Suite d’Inuluttalik comprend des roches intrusives felsiques à hypersthène qui pourraient représenter des produits évolués de la fusion partielle des gneiss du Complexe de Sukaliuk, ou bien des plutons syncinématiques à tardicinématiques.

Charette (2016) mentionne que l’absence de microstructure indiquant une fusion partielle dans le Complexe de Sukaliuk pourrait être reliée à leur destruction au cours de la déformation transpressive à haute température. La présence de rubans leucocrates grossiers au sein des gneiss, l’étroite association spatiale entre les deux unités ainsi que la présence de nombreux schlierens de biotite à l’intérieur des roches intrusives de l’Inuluttalik suggèrent que l’Orogenèse des Torngat pourrait représenter un épisode de migmatitisation associé à l’extraction et à l’accumulation de liquides anatectiques.

Paléontologie

Ne s’applique pas.

Références

Auteur(s)TitreAnnée de publicationHyperlien (EXAMINE ou Autre)
CHARETTE, B.Long-lived Anatexis in the Exhumed Middle Crust from the Torngat Orogen and Eastern Core Zone: Constraints from Geochronology, Petrochronology, and Phase Equilibria Modeling. University of Waterloo; mémoire de maîtrise, 427 pages.2016Source
CORRIGAN, D. – McFARLANE, C., WODICKA, N. – LAFRANCE, I. – BANDYAYERA, D. – BILODEAU, C. – VAN ROOYEN, D. – ZHANG, S.The Core Zone: an accreted Archean to Early-Proterozoic micro-continent in the composite Trans-Hudson orogen. Geoscience Canada.En préparation
DAVIS, D. – LAFRANCE, I. – GOUTIER, J. – TALLA TAKAM, F. – BANDYAYERA, D. – GIGON, J.Datations U-Pb dans les provinces de Churchill et du Supérieur effectuées au JSGL en 2013-2014. Ministère de l’Énergie et des Ressources naturelles, Québec.2018RP 2017-01
LAFRANCE, I. – BANDYAYERA, D. et BILODEAU, C.Géologie de la région du lac Henrietta (SNRC 24H). Ministère des Ressources naturelles, Québec; RG 2015-01, 62 pages.2015RG 2015-01
LAFRANCE, I. – BANDYAYERA, D. – CHARETTE, B. – BILODEAU, C. – DAVID, J.Géologie de la région du lac Brisson (SNRC 24A). Ministère de l’Énergie et des Ressources naturelles, Québec; RG 2015-05; 61 pages.2016RG 2015-05
MATHIEU, G. – LAFRANCE, I. – VANIER, M.A.Géologie de la région de Pointe le Droit, sud-est de la Province de Churchill, Nunavik, Québec, Canada. Ministère de l’Énergie et des Ressources naturelles, Québec.2018Bulletin géologiQUE
VERPAELST, P. – BRISEBOIS, D. – PERREAULT, S. – SHARMA, K.N.M. – DAVID, J.Géologie de la région de la rivière Koroc et d’une partie de la région de Hébron (24I et 14L). Ministère des Ressources naturelles, Québec; RG 99-08, 62 pages, 10 plans.2000RG 99-08

 

 

15 novembre 2017