English
 
Suite intrusive de Courdon
Étiquette stratigraphique : [ppro]cou
Symbole cartographique : pPcou

Première publication:  
Dernière modification:

 

 

 

 

Subdivision(s) informelle(s)
La numérotation ne reflète pas nécessairement la position stratigraphique.
 
pPcou6 Syénite quartzifère à hypersthène
pPcou5 Charnockite

 

pPcou5a Granite
pPcou4 Enderbite
pPcou3 Anorthosite à hypersthène et leuconorite
pPcou2 Gabbronorite

 

pPcou2a Gabbronorite bréchique
pPcou1 Pyroxénite amphibolitisée
 
Auteur :Girard, 1990
Âge :Précambrien / Protérozoïque / Paléoprotérozoïque
Coupe type : 
Région type :Région du lac Courdon (feuillet SNRC 14E12)
Province géologique :Province de Churchill
Subdivision géologique :Orogène des Torngat
Lithologie :Roches intrusives à hypersthène
Type d’unité :Lithodémique
Rang :Suite
Statut :Formel
Usage :Actif

 

 

 

 

Historique

La Suite intrusive de Courdon a été définie par Girard (1990) dans la région du lac Courdon (feuillet SNRC 14E12) afin de regrouper les roches intrusives à protolite reconnaissable faisant partie du Complexe de Lomier. La suite a aussi été décrite dans la région du lac Henrietta (Lafrance et al., 2015) et a été poursuivie vers le nord dans la région de la rivière Koroc et de Hébron (Verpaelst et al., 2000) et dans la région de Pointe le Droit (Mathieu et al., 2018).

Description

La Suite intrusive de Courdon, pré-tectonique, forme des massifs tabulaires kilométriques possédant des cœurs relativement homogènes mais devenant plus hétérogènes en s’éloignant du centre, montrant alors une alternance de niveaux métriques à décamétriques de composition et granulométrie différentes. Les zones les plus déformées ont été assignées par Girard (1990) aux unités de gneiss du Complexe de Lomier (pPlom). À l’exception de l’unité pPcou1, les roches du Courdon montrent une bonne foliation et/ou linéation caractérisées par la présence de tiges ou de rubans de quartz, l’alignement général de l’ensemble des phases minérales, une extinction ondulante, une granulation en bordure des grains, la déformation des macles au sein des plus gros plagioclases et la présence de corridors de réduction de taille des grains.

La Suite intrusive de Courdon comprend six unités : 1) une unité de pyroxénite amphibolitisée (pPcou1); 2) une unité de gabbronorite (pPcou2); 3) une unité d’anorthosite à hypersthène et de leuconorite (pPcou3); 4) une unité d’enderbite (pPcou4); 5) une unité de charnockite (pPcou5); et 6) une unité de syénite quartzifère à hypersthène (pPcou6). La description des unités a en grande partie été complétée à partir des informations tirées de Girard (1990).

Suite intrusive de Courdon 1 (pPcou1) : Pyroxénite amphibolitisée

Les roches ultramafiques sont peu nombreuses et forment un petit massif hectométrique situé au sein d’un synforme kilométrique ainsi que deux intrusions tardives de quelques kilomètres de longueur dans le feuillet 14E12 (Girard, 1990). Les roches sont des métapyroxénites de couleur noire, holomélanocrates et de granulométrie moyenne à grossière. Elles sont en grande partie constituées de hornblende magnésienne vert pâle (50 à 70 %), qui se trouve en remplacement sur l’augite (15 à 25 %) et la bronzite (5 à 10 %) avec, en phases interstitielles, de l’épidote, de l’ilménite, de la magnétite et des sulfures. La hornblende forme des porphyroblastes idiomorphes de 4 à 6 mm et préserve localement des vestiges de pyroxènes. Cette amphibole est peu affectée par la déformation et croît selon la linéation régionale. Les pyroxènes possèdent un habitus granulaire, sont zonés et contiennent des lamelles d’exsolution d’hématite. Ils sont affectés par la déformation, laquelle produit une granulation et un bourgeonnement des bordures de grains. Des inclusions des autres minéraux primaires y sont notées. Des reliques d’olivine sont présentes de façon interstitielle.

Suite intrusive de Courdon 2 (pPcou2) : Gabbronorite

Les roches mafiques de l’unité pPcou2 forment quelques massifs de moins d’un kilomètre de largeur, allongés dans le grain tectonique, sur quelques kilomètres de longueur. On les trouve aussi en niveaux métriques à décamétriques intercalés à l’intérieur des autres unités du Complexe de Lomier. La composition principale est une gabbronorite bien que du gabbro et de la norite aient été reconnus par endroits. La gabbronorite est moyennement à finement grenue, homogène et de couleur gris foncé avec une teinte verdâtre ou brunâtre. Elle forme des affleurements en relief et est souvent injectée par des dykes centimétriques à décimétriques de granite ou de charnockite. La recristallisation peut être partielle, avec des reliques de textures intrusives, ou complète (granoblastique).

Des rubans et lentilles centimétriques de leucosome diffus (patch migmatite) à hornblende et hypersthène sont observés sur plusieurs affleurements. La gabbronorite renferme entre 35 et 55 % de minéraux mafiques, majoritairement de la hornblende verte avec des proportions plus variables en pyroxènes (qui peuvent aussi être majoritaires) et un peu de biotite (<5 %). L’orthopyroxène est fortement corrodé, serpentinisé ou remplacé par la hornblende alors que le clinopyroxène est prismatique et granoblastique. Les minéraux accessoires sont principalement les minéraux opaques (<4 %), l’épidote, le grenat, la chlorite, l’apatite, le quartz (en petits grains arrondis), le zircon et le microcline. Localement, de la scapolite remplace en partie le plagioclase.

Sur quelques affleurements, les roches mafiques sont bréchiques et ont été assignées à la sous-unité pPcou2a.

Suite intrusive de Courdon 3 (pPcou3) : Anorthosite à hypersthène et leuconorite

L’unité pPcou3 n’a été observée que dans la région de la rivière Koroc et de Hébron (Verpaelst et al., 2000). La roche est à grain fin à moyen, de couleur blanc-beige mouchetée de noir, foliée et/ou linéée, parfois mylonitisée. Elle se compose de plagioclase granoblastique, de 7 à 20 % d’amas de minéraux mafiques et de de 1 à 8 % de quartz. Les minéraux mafiques sont dominés par l’orthopyroxène et le clinopyroxène. Ils sont localement plus fortement ouralitisé avec bordures de hornblende verte et coeur remplacé par un mélange d’actinote et de serpentine. Les principaux minéraux accessoires sont la biotite, le zircon, l’apatite, la magnétite et les sulfures. Plus localement, du grenat, des carbonates, du sphène, de l’épidote et de la chlorite ont été observés. De fins cristaux de feldspath potassique, en exsolution ou interstitiels, sont aussi courants. Les roches de l’unité ApPcou3 sont généralement granoblastiques, le plagioclase étant en grande partie polygonisé mais des porphyroclastes primaires sont encore reconnaissables. Les pyroxènes sont distribués en lamines de cristaux polygonaux accompagnés de quelques porphyroclastes. Le grenat est poeciloblastique ou en petits grains. Dans de rares lames minces, une partie du plagioclase est transformée en scapolite, indiquant une altération hydrothermale tardive de ces roches. L’orthopyroxène est non altéré à faiblement transformé en iddingsite, essentiellement en bordure des grains et dans les fractures.

Des bandes métriques à décamétriques de grenatite ont été décrites par Verpaelst et al. (2000) au sein des anorthosites. Celles-ci se composent de grenat fortement poecilitique avec des inclusions de quartz déformé, de magnétite, de zircon et de diopside. Les minéraux accessoires incluent l’apatite, la magnétite et le zircon.

Suite intrusive de Courdon 4 (pPcou4) : Enderbite

Les roches intrusives à hypersthène de l’unité pPcou4 sont dominées par l’enderbite avec, en proportions moindres, de la diorite quartzifère et de l’opdalite. Elles forment des massifs ou des horizons métriques à kilométriques dans le Complexe de Lomier. Elles sont de couleur brun verdâtre en cassure fraîche avec une patine d’altération blanc beige. Leur granulométrie est moyenne (1-3 mm) et elles contiennent entre 5 et 15 % de minéraux mafiques. Ces derniers sont constitués de biotite brune, d’hypersthène et, par endroits, de hornblende et de clinopyroxène. Des veinules et zones centimétriques aux limites diffuses de pegmatoïdes verdâtres de même composition lui confèrent une apparence légèrement migmatitique. L’origine de cette texture relève vraisemblablement d’une recristallisation dynamique. L’enderbite contient des proportions équivalentes de quartz et de plagioclase vert foncé et montre des reliques de structure granoblastique ayant subi une granulation par la déformation. Sauf dans l’opdalite, le feldspath potassique (<2 %) se limite à des antiperthites, de rares myrmékites ou de fins cristaux interstitiels. L’hypersthène, ainsi que de rares grains d’augite, montrent une structure granoblastique avec les minéraux quartzofeldspathiques. Il est communément corrodé et granulé dans la linéation d’étirement. Dans ce cas, le pyroxène fait place à une hornblende verte subgranoblastique ou est remplacé par l’iddingsite. La biotite brune idioblastique et la magnétite (<3 %) sont communes. L’apatite (<1 %), le zircon, l’épidote, la muscovite et la chlorite sont les phases secondaires observées en lames mines.

L’opdalite se distingue de l’enderbite par une structure porphyroclastique en feldspaths perthitiques et une proportion un peu plus faible de minéraux mafiques (<10 %).

Suite intrusive de Courdon 5 (pPcou5) : Charnockite

La charnockite est de teinte cassonade, moyennement à finement grenue et d’aspect homogène. Elle renferme environ 25 % de quartz, 45 % de microcline et moins de 5 % de minéraux mafiques, qui consistent en orthopyroxène, magnétite et biotite. Le feldspath potassique se présente en petits phénocristaux lenticulaires rose pâle de 4 à 8 mm de long mais est aussi présent dans la matrice. Il est souvent perthitique. L’orthopyroxène est variablement remplacé par l’iddingsite. Dans certains secteurs, la charnockite est rétrogradée en un granite rose à reliques d’orthopyroxène complètement remplacé par l’iddingsite. Ces affleurements ont été assignés à la sous-unité pPcou5a. Ce granite est localement hématitisé et se distingue de la charnockite par une proportion encore plus faible de minéraux mafiques (1 %).

Suite intrusive de Courdon 6 (pPcou6) : Syénite quartzifère à hypersthène

La syénite quartzifère est homogène, de teinte verdâtre et passe d’une granulométrie moyenne à fine de façon plus ou moins graduelle. Elle renferme 5 à 10 % de petites lentilles de quartz xénomorphe à extinction roulante ainsi que 10 à 15 % de minéraux mafiques. Ces derniers, représentés pas la hornblende verte, l’orthopyroxène et la biotite brune, ont tendance à former des amas centimétriques. Les minéraux accessoires sont assez nombreux et consistent en magnétite (1 à 2 %), apatite, zircon, allanite et épidote. Du plagioclase est observé en bordure de grain seulement. Le feldspath potassique est riche en perthites fines et ondulantes. L’orthopyroxène se fait remplacer par l’iddingsite ou la hornblende.

Épaisseur et distribution

La Suite intrusive de Courdon forme des intrusions allongées de largeur hectométrique à décakilométrique à l’intérieur du Complexe de Lomier. Ce dernier forme une bande N-S de 10 à 15 km de largeur suivie sur plus de 200 km de longueur et qui longe la frontière entre le Québec et le Labrador. Il est limité par la Zone de cisaillement du lac Pilliamet (ZCLP), à l’ouest et la Zone de cisaillement d’Abloviak (ZCA), à l’est. L’unité d’enderbite pPcou3 couvre la superficie la plus importante.

Datation

La Suite intrusive de Courdon fait partie du Complexe de Lomier, dont un gneiss enderbitique a été daté à environ 1877 Ma (Bertrand et al., 1993).

Relation(s) stratigraphique(s)

Le contact transitionnel et diffus entre la Suite intrusive de Courdon et les gneiss du Complexe de Lomier ont mené Girard (1990) à considérer que les gneiss représentent des zones plus déformées des unités de la Suite intrusive de Courdon et du Groupe de Koroc River. Le Complexe de Lomier est en contact tectonique avec le Complexe de Sukaliuk, à l’ouest (ZCLP), et le Complexe de Tasiuyak, à l’est (ZCA).

Paléontologie

Ne s’applique pas. 

Références

Auteur(s)TitreAnnée de publicationHyperlien (EXAMINE ou Autre)
BERTRAND, J.M. – RODDICK, J.C. – VAN KRANENDONK, M.J. – ERMANOVICS, I.U-Pb geochronology of deformation and metamorphism across a central transect of the Early Proterozoic Torngat Orogen, North River map area, Labrador. Canadian Journal of Earth Sciences; volume 30, pages 1470–1489.1993Source
GIRARD, R.Géologie de la région du lac Courdon, territoire du Nouveau-Québec. Ministère des Ressources naturelles, Québec; MB 90-24, 60 pages.1990MB 90-24
LAFRANCE, I. – BANDYAYERA, D. – BILODEAU, C.Géologie de la région du lac Henrietta (SNRC 24H). Ministère des Ressources naturelles, Québec; RG 2015-01, 62 pages.2015RG 2015-01
MATHIEU, G. – LAFRANCE, I. – VANIER, M.A.Géologie de la région de Pointe le Droit, sud-est de la Province de Churchill, Nunavik, Québec, Canada. Ministère de l’Énergie et des Ressources naturelles, Québec.2018Bulletin géologiQUE
VERPAELST, P. – BRISEBOIS, D. – PERREAULT, S. – SHARMA, K.N.M. – DAVID, J.Géologie de la région de la rivière Koroc et d’une partie de la région de Hébron (24I et 14L). Ministère des Ressources naturelles, Québec; RG 99-08, 62 pages, 10 plans.2000RG 99-08

 

 

 

 

17 avril 2018