Suite de Résolution
Étiquette stratigraphique : [ppro]rso
Symbole cartographique : pPrso

Première publication :  
Dernière modification :

 

 

Subdivision(s) informelle(s)
La numérotation ne reflète pas nécessairement la position stratigraphique.
 
pPrso2 Mangérite
pPrso2a Mangérite à grenat
pPrso1 Gabbronorite
        pPrso1a Gabbronorite à grenat
 
Auteur :Hammouche et al., 2011 ; Charette et al., 2019
Âge :Paléoprotérozoïque
Coupe type :Aucune
Région type :Région du lac Bonaventure (feuillet SNRC 23P02)
Province géologique :Province de Churchill
Subdivision géologique :Domaine lithotectonique de Mistinibi-Raude
Lithologie :Mangérite et gabbronorite
Type :Lithodémique
Rang :Suite
Statut :Formel
Usage :Actif

Historique

Cette unité a été introduite sous le terme « Pluton de Résolution » par Hammouche et al. (2011) dans la région du lac Bonaventure afin de décrire une intrusion circonscrite dans la partie nord-est de ce secteur (feuillet 23P02). Suite aux travaux de terrain et de compilation effectués en 2016, Charette et al. (2019) ont élevé cette unité au rang de suite puisqu’elle comprend désormais d’autres plutons situés plus au nord, dans la région du lac Advance (feuillet 23P07).

Description

La Suite de Résolution se distingue des unités avoisinantes par sa très forte signature magnétique. Elle comprend deux unités : une unité de gabbronorite (pPrso1) et une unité de mangérite (pPrso2). Ces deux unités sont souvent observées sur les mêmes affleurements et il peut être difficile d’évaluer les proportions des différents faciès avec certitude. Les contacts entre la gabbronorite et la mangérite sont localement lobés à l’échelle métrique. De plus, des xénocristaux de feldspath potassique flottent dans la gabbronorite, suggérant le mélange de divers magmas. L’allongement des masses de gabbronorite est parallèle à la structure régionale.

Les roches de la Suite de Résolution sont généralement massives, mais des corridors décimétriques de déformation intense (mylonitisation) sont observés sur plusieurs affleurements. Des dykes et des intrusions de diorite et de gabbro massifs à grain fin aux formes irrégulières, métriques à décamétriques, sont injectées dans les roches à orthopyroxène.

 

Suite de Résolution 1 (pPrso1) : Gabbronorite

L’unité pPrso1 est constituée majoritairement de gabbronorite et plus rarement de gabbro et de diorite à hypersthène. La gabbronorite et la diorite à hypersthène sont à grain fin, équigranulaires, faiblement foliées, non magnétiques et de couleur gris brunâtre. La roche est massive, mais peut aussi être foliée, voire d’aspect gneissique dans certains secteurs. Elle contient alors des rubans millimétriques à centimétriques de gabbro amphibolitisé mélanocrate et de leucogabbronorite à grenat. La gabbronorite et la diorite sont partiellement recristallisées et renferment environ 45 % de minéraux ferromagnésiens, essentiellement du clinopyroxène et de l’orthopyroxène, en proportions quasi égales. Le pyroxène est partiellement remplacé par une hornblende brunâtre. À l’exception des minéraux opaques finement disséminés, la roche contient peu de minéraux accessoires.

Le gabbro est finement grenu, très fortement magnétique et de couleur gris foncé. Il n’est pas déformé et le plagioclase se présente régulièrement en lattes. Il renferme 65 % de minéraux ferromagnésiens, essentiellement de la hornblende verte pœcilitique à inclusions de plagioclase et de minéraux opaques. De plus, de faibles quantités de biotite et d’apatite sont observées.

Suite de Résolution 1a (pPrso1a) : Gabbronorite à grenat

Dans la région du lac Bonaventure (Hammouche et al., 2011), la gabbronorite contient des pœciloblastes de grenat atteignant jusqu’à 1 cm de diamètre; celle-ci a été assignée à la sous-unité pPrso1a. Le grenat peut atteindre jusqu’à 20 % du mode de la roche et forme généralement une structure coronitique visible à l’œil nu autour du pyroxène, du plagioclase et de l’amphibole.

Suite de Résolution 2 (pPrso2) : Mangérite

L’unité pPrso2 est dominée par la mangérite, mais comprend aussi de la charnockite et de l’opdalite. À l’extérieur des zones de cisaillement, ces roches sont massives, à grain moyen à grossier et peu ou pas altérées. Elles présentent un aspect moucheté gris violacé et noir et sont fortement magnétiques. Le feldspath potassique est localement orienté selon une direction N-S, interprétée par Hammouche et al. (2011) comme représentant une foliation magmatique. En lame mince, le quartz forme de grandes plages recristallisées en sous-grains. Les minéraux ferromagnésiens représentent 5 à 15 % de la roche et forment des amas millimétriques à centimétriques distribués de façon hétérogène. Ils comprennent de l’orthopyroxène et du clinopyroxène variablement ouralitisés, généralement complètement transformés en hornblende verte. Certains amas renferment des feuillets de biotite qui semblent aussi en remplacement sur le pyroxène. Les minéraux accessoires sont la magnétite (2 à 4 %) et l’apatite.

Suite de Résolution 2a (pPrso2a) : Mangérite à grenat

Dans la région du lac Bonaventure (Hammouche et al., 2011), la mangérite est riche en grenat (3 à 10 %) et a été assignée à la sous-unité pPrso2a.

 

Épaisseur et distribution

La Suite de Résolution comprend neuf (9) intrusions lenticulaires (44 km2) localisées dans la partie sud-ouest du Domaine lithotectonique de Mistinibi-Raude, plus précisément dans les feuilles 23P02 et 23I15. Les plutons font entre 1,5 km et 11 km de longueur sur 300 m à 1,6 km de largeur. L’unité pPrso1 (20 km2) et la sous-unité pPrso2a (14 km2) couvrent les superficies les plus importantes, alors que l’unité pPros2 (2 km2) et la sous-unité pPrso1a (8 km2) sont plus limitées.

Datation

Aucune datation n’a été effectuée pour la Suite de Résolution. Toutefois, la forme allongée des intrusions circonscrites dans un réseau de failles limitrophe à la zone d’influence de la Zone de cisaillement de la Rivière George suggère une mise en place syntectonique, et donc un âge paléoprotérozoïque.

Relation(s) stratigraphique(s)

Peu de relations ont été observées en affleurement entre les intrusions de la Suite de Résolution et les roches encaissantes du Complexe de Zeni (ApPzen). Ces dernières semblent localement coupées par la Suite de Résolution.  

Paléontologie

Ne s’applique pas.

Références

30 janvier 2019