Suite d’Akiasirviup
Étiquette stratigraphique : [narc][ppro]aki
Symbole cartographique : nApPaki

Première publication : 20 octobre 2016
Dernière modification : 6 août 2019

 

Subdivision(s) informelle(s)
La numérotation ne reflète pas nécessairement la position stratigraphique.
 
nApPaki4 Roches calcosilicatées et marbre
nApPaki4c Roches calcosilicatées rubanées
nApPaki4b Marbre, marbre impur et marbre dolomitique
nApPaki4a Roches calcosilicatées
nApPaki3 Formation de fer
nApPaki2 Paragneiss et paraschiste à biotite et muscovite
nApPaki2c Paraschiste à biotite, muscovite et grenat
nApPaki2b Paragneiss et paraschiste à biotite, muscovite et sillimanite
nApPaki2a Paragneiss et paraschiste à biotite, muscovite et grenat
nApPaki1 Paragneiss migmatitisé à biotite et muscovite
 
Auteur :Simard et al., 2013
Âge :Néoarchéen et Paléoprotérozoïque
Coupe type :Aucune
Région type :Région de Kuujjuaq et de la baie d’Ungava (24J et 24K)
Province géologique :Province de Churchill
Subdivision géologique :Domaine lithotectonique de Baleine
Lithologie :Roches métasédimentaires
Type :Lithodémique
Rang :Suite
Statut :Formel
Usage :Actif

 

Historique

La Suite d’Akiasirviup a été définie dans la région de Kuujjuaq et de la baie d’Ungava (Simard et al., 2013) afin de regrouper les roches métasédimentaires faiblement migmatitisées intercalées avec les amphibolites de la Suite de Curot et concentrées le long de la bordure ouest du Domaine lithotectonique de Baleine. La Suite d’Akiasirviup a été par la suite poursuivie vers le sud dans les régions du lac Saffray (Lafrance et al., 2014) et du lac Jeannin (Charette et al., 2016). Les roches métasédimentaires maintenant assignées à la Suite d’Akiasirviup avaient d’abord été cartographiées par Gélinas (1958, 1959), Sauvé (1957, 1959), Fahrig (1962) et Clark (1978). Ces différentes observations ont été colligées entre 2009 et 2016 par Thomas Clark lors de la préparation de la carte de compilation du SIGÉOM.

Dans le cadre d’une synthèse du Sud-est de la Province de Churchill (SEPC), Lafrance et al. (2018) ont défini de nouveaux domaines lithotectoniques au sein du SEPC et déplacé la limite entre les domaines de Rachel-Laporte et de Baleine vers l’est. En raison du déplacement de cette limite, la Suite d’Akiasirviup comprend maintenant les roches métasédimentaires auparavant assignées par Girard (1995) au Complexe de Manereuille (abandonné) dans la région du lac Déborah, ainsi que quelques affleurements de roches métasédimentaires auparavant assignés à la Suite de Freneuse.

 

Description

La Suite d’Akiasirviup (Simard et al., 2013) regroupe toutes les roches métasédimentaires peu ou non migmatitisées du Domaine lithotectonique de Baleine. Elle a été divisée en quatre unités en fonction de la lithologie dominante : 1) unité de paragneiss migmatitisés (nApPaki1); 2) unité de paragneiss et de paraschiste non migmatitisés (nApPaki2); 3) unité de formation de fer (nApPaki3); et 4) unité de roches calcosilicatées et de marbre (nApPaki4). Des niveaux centimétriques à décamétriques d’amphibolite et d’intrusions mafiques de la Suite de Curot (nApPcut) sont communément intercalés avec les métasédiments.

Les unités nApPaki3 et nApPaki4 ont été décrites à partir d’un nombre restreint d’affleurements. Les informations concernant ces unités proviennent en grande partie de la compilation des travaux antérieurs (Gélinas, 1958, 1959; Girard, 1995).

Suite d’Akiasirviup 1 (nApPaki1) : Paragneiss migmatitisé à biotite et muscovite

L’unité nApPaki1 est constituée de paragneiss faiblement migmatitisé plus ou moins rubané, gris pâle à beige, à granulométrie fine à moyenne. Le paragneiss est caractérisé par la présence de 3 à 10 % de leucosome blanchâtre un peu plus grenu qui forme des rubans discontinus millimétriques à centimétriques. Il est folié et possède une structure granoblastique bien développée. En affleurement, l’unité de paragneiss a localement été identifiée comme un gneiss quartzofeldspathique ou une tonalite rubanée en raison de sa teinte pâle, de son aspect homogène et de la faible proportion de minéraux mafiques (5 à 15 %). Ces roches pourraient correspondre à des séquences arkosiques pauvres en minéraux argileux, métamorphisées et partiellement migmatitisées. Des rubans millimétriques à centimétriques plus riches en micas sont toutefois régulièrement observés dans les paragneiss, ainsi que des veinules millimétriques boudinées de quartz moyennement grenu.

Le pourcentage de quartz se situe généralement autour de 30 %. Les colorations révèlent dans certains échantillons la présence de rubans contenant du feldspath potassique (<25 %). La biotite brune et la muscovite sont présentes en proportion similaire (entre 5 et 15 %). La biotite est localement chloritisée et renferme couramment des inclusions de zircon. Au moins deux générations de muscovite ont été observées en lames minces : de fines paillettes généralement alignées dans la foliation, ainsi que de grands amas feutrés squelettiques alignés ou non dans la foliation. Les paillettes de muscovite localisées au centre des amas lenticulaires parallèles à la foliation sont disposées à angle avec celle-ci. Les minéraux accessoires sont peu abondants et consistent en apatite, épidote, minéraux opaques, carbonate, sphène et allanite.

Suite d’Akiasirviup 2 (nApPaki2) : Paragneiss et paraschiste à biotite et muscovite

L’unité nApPaki2 est constituée de paragneiss et de paraschistes rubanés, non migmatitisés, granoblastiques et à granulométrie fine. Les protolites de ces roches semblent principalement du wacke et de l’arkose. Le rubanement est centimétrique à décimétrique et semble représenter les vestiges du litage primaire. Il est formé d’une alternance de rubans pâles (gris ou beiges), contenant moins de 10 % de biotite, et de rubans schisteux plus foncés et riches en biotite (15 à 25 %). La muscovite est presque toujours présente (1 à 10 %). Les minéraux accessoires sont peu abondants et comprennent l’apatite, le sphène, les minéraux opaques, les carbonates, la chlorite, la tourmaline, le zircon et l’allanite.

Suite d’Akiasirviup 2a (nApPaki2a) : Paragneiss et paraschiste à biotite, muscovite et grenat

Les roches de la sous-unité ApPaki2a renferment de 5 à 15 % de grenat rose pâle sous la forme de petits grains isolés, d’amas centimétriques ou de porphyroblastes idioblastiques de 2 à 5 mm.

 

Suite d’Akiasirviup 2b (nApPaki2b) : Paragneiss et paraschiste à biotite, muscovite et sillimanite

Les roches de la sous-unité nApPaki2b sont caractérisées par la présence d’environ 20 % de nodules blanchâtres millimétriques à centimétriques constitués de fines aiguilles de sillimanite. Cette sous-unité est aussi plus riche en muscovite, laquelle peut représenter jusqu’à 25 % du mode de la roche.

 

Suite d’Akiasirviup 2c (nApPaki2c) : Paraschiste à biotite, muscovite et grenat

La sous-unité nApPaki2c comprend les niveaux métriques à décamétriques de schiste quartzofeldspathique auparavant assigné au Complexe de Manereuille, dans la région du lac Déborah (Girard, 1995). Ces schistes sont interstratifiés avec les autres paragneiss et paraschiste de l’unité nApPaki2 ainsi qu’avec les roches calcosilicatées de l’unité nApPaki4. L’unité comprend aussi quelques affleurements de la partie nord du Domaine de Baleine. Le schiste contient jusqu’à 20 % de grenat porphyroblastique de taille centimétrique. Ce grenat est riche en inclusions mimant la trace d’une foliation rectiligne ou hélicitique. La biotite forme jusqu’à 30 % du schiste. Le quartz est abondant, granoblastique ou en rubans. Le feldspath, la scapolite, les minéraux opaques, l’apatite, le zircon et le rutile sont présents en traces. 

Les affleurements assignés à cette unité dans la partie nord du Domaine de Baleine contiennent aussi de bonnes quantités de sillimanite, de kyanite et de staurotide.

Suite d’Akiasirviup 3 (nApPaki3) : Formation de fer

L’unité nApPaki3 est constituée de formation de fer majoritairement aux faciès des silicates et des oxydes. Le faciès silicaté a un aspect hétérogène et bigarré avec une teinte grise, verte, brune ou noire. Les roches sont massives, rubanées à l’échelle décimétrique ou laminées à l’échelle millimétrique. Elles sont mésocrates à mélanocrates et composées de 30 à 90 % d’amphibole, de 0 à 35 % de quartz, de 5 à 30 % de grenat et de 0 à 10 % de minéraux opaques. L’amphibole (grunérite et hornblende) est subidioblastique, aciculaire ou granoblastique. Le quartz est limpide, granoblastique et interstitiel à l’amphibole et au grenat. Le grenat forme des porphyroblastes de forme idioblastique, normalement riches en inclusions de quartz, d’amphibole et de biotite. Des couronnes incomplètes ou des ombres de pressions hélicitiques composées de grenat, de hornblende ou de scapolite sont couramment observées autour du grenat. Les phases opaques consistent en magnétite xénoblastique et en sulfures de fer. La biotite brune, l’épidote, la scapolite, l’apatite, le zircon et le rutile constituent le cortège de minéraux accessoires.

Localement, des formations de fer au faciès des sulfures sont intercalées avec les amphibolites de la Suite de Curot. Cette roche se compose de 50 % de pyrrhotite et de 50 % de fragments silicatés formant une structure durchbewegung, Les fragments se composent de quartz et de plagioclase granoblastiques et polycristallins. De la muscovite et de la chlorite leurs sont associées.

Suite d’Akiasirviup 4 (nApPaki4) : Roches calcosilicatées et marbre

L’unité nApPaki4 comprend des roches calcosilicatées et des marbres.

Suite d’Akiasirviup 4a (nApPaki4a) : Roches calcosilicatées

Les roches calcosilicatées présentent un rubanement produit par l’alternance de rubans riches en diopside et de rubans de composition quartzofeldspathique. Des niveaux décimétriques de marbre, de teinte blanchâtre, verdâtre ou orangée, sont observés à l’intérieur des roches calcosilicatées.

 

Suite d’Akiasirviup 4b (nApPaki4b) : Marbre, marbre impur et marbre dolomitique

Le marbre est une roche blanche à crème ou vert pomme, à cassure fraîche grisâtre et présentant une surface d’altération rugueuse. Il forme des crêtes décamétriques résistantes à l’érosion. Sa structure varie de massive à rubanée à l’échelle décimétrique à décamétrique. Le rubanement montre couramment un intense plissement à l’échelle décimétrique à décamétrique, malgré que les niveaux de marbre présentent un tracé régulier et continu. Ce rubanement est produit par des proportions variables de trémolite et de carbonate. Le roches dominées par les carbonates sont généralement saccharoïdes et à grain moyen. Les lithologies plus riches en trémolite possèdent une structures porphyroblastique, nématoblastique ou fasciculée. L’entrelacement des fibres de trémolite explique la solidité de ces roches.

Le marbre est principalement dolomitique, localement calcitique. Les carbonates (60 à 99 %) sont granoblastiques, dentelés ou forment des porphyroclastes bordés de granules néoblastiques. Le second minéral en importance est la trémolite, blanche ou crème, qui se présente en aiguilles et en  prismes aciculaires idioblastiques, de taille millimétrique et sans orientation préférentielle. Lorsque très abondante (<50 %), elle peut être porphyroblastique, formant des prismes entrelacés atteignant 10 cm. Elle se présente aussi en faisceau ou en gerbe d’aiguilles submillimétriques. La biotite et la phlogopite forment des flocons ou des paillettes flottant dans la pâte de carbonate. Les minéraux opaques, la titanite, l’apatite et le zircon sont des minéraux accessoires visibles localement. Le plagioclase peut représenter par endroits 5 % de la roche; il est alors en association avec la scapolite.

Suite d’Akiasirviup 4c (nApPaki4c) : Roche calcosilicatée rubanée

La roche calcosilicatée de la sous-unité nApPaki4c est confinée à la région du lac Déborah (Girard, 1995). Elle est généralement foncée dans les tons de vert ou de noir, parfois poivre et sel. La roche calcosilicatée est bien rubanée à l’échelle centimétrique à décimétrique. Le rubanement d’origine métamorphique ou primaire est souligné par la variation des proportions de minéraux. Ce rubanement peut être régulier ou intensément plissé comme dans le marbre de la sous-unité nApPaki4b. La sous-unité nApPaki4c est caractérisée par la présence d’actinote fasciculée. Les gerbes peuvent atteindre une longueur de plusieurs centimètres et un diamètre de plusieurs millimètres. Elles croissent dans le plan de la foliation, définissant une structure garbenschiefer remarquable. Elles sont rarement entrelacées. Des couronnes de hornblende se développent localement en périphérie de l’actinote. La matrice (10 à 60 % de la roche) est constituée de quartz, de feldspath, de scapolite et de carbonate. Le quartz peut être dispersé dans la matrice ou ségrégé en rubans millimétriques. Le feldspath correspond principalement à du plagioclase granoblastique. La scapolite pseudomorphose le plagioclase et forme ici et là de larges pœciloblastes présentant une microstructure en mosaïque. La calcite est granoblastique ou interstitielle aux autres phases leucocrates. La biotite brune, localement remplacée par la chlorite, est un minéral accessoire qui peut représenter jusqu’à 10 % de la roche. Les autres minéraux accessoires observées sont le sphène, le grenat, les minéraux opaques, l’apatite et le zircon. Le grenat forme des porphyroblastes riches en inclusions.

Épaisseur et distribution

La Suite d’Akiasirviup est principalement localisé le long de la bordure occidentale du Domaine lithotectonique de Baleine. Elle n’est pas observée sur l’ensemble de ce domaine et se concentre majoritairement à ses extrémités nord et sud. Toutefois, des roches similaires ont aussi été observées dans la partie centrale du domaine, dans la région du lac Jeannin (Charette et al., 2016). Les unités nApPaki1 (1004 km2) et nApPaki2 (598 km2) sont les plus répandues, tandis que les unités nApPaki3 (8 km2) et nApPaki4 (27 km2) couvrent des superficies beaucoup plus restreintes.

Datation

Aucune.

Relations stratigraphiques

Les roches métasédimentaires de la Suite d’Akiasirviup sont intercalées avec les amphibolites de la Suite de Curot et les métasédiments de la Suite de Grand-Rosoy. Elles sont localement coupées par les roches intrusives de la Suite de Dancelou.

Paléontologie

Ne s’applique pas.

Références

Auteur(s)TitreAnnée de publicationHyperlien (EXAMINE ou Autre)
CHARETTE, B. – LAFRANCE, I. – MATHIEU, G.Géologie de la région du lac Jeannin (SNRC 24B). Ministère de l’Énergie et des Ressources naturelles, Québec.2016

Rapport géologique électronique

CLARK, T.Région du lac Hérodier (Nouveau-Québec) – rapport intérimaire. Ministère des Richesses naturelles, Québec; DPV 568, 48pages, 2 plans.1978DPV 568
FAHRIG, W.F.Lac Hérodier, Québec. Commission géologique du Canada; carte 1146A (carte annotée).1965Source
GÉLINAS, L.Région du lac Gabriel (partie ouest), Nouveau-Québec. Ministère des Mines, Québec; RP 373, 11 pages, 1 plan.1958RP 373
GÉLINAS, L.
Région du lac Gabriel (partie est), et la région de Fort Chimo (partie ouest), Nouveau-Québec. Ministère des Mines, Québec; RP 407, 11 pages, 1 plan.
1959RP 407
GIRARD, R.Géologie de la région du lac Déborah, Territoire-du-Nouveau-Québec. Ministère des Ressources naturelles, Québec; MB 95-20, 186 pages et 3 plans.1995MB 95-20
LAFRANCE, I. – SIMARD, M. – BANDYAYERA, D.Géologie de la région du lac Saffray (SNRC 24G-24F). Ministère des Ressources naturelles, Québec; RG 2014-02, 49 pages.2014RG 2014-02
SAUVÉ, P.Région du lac de Freneuse (moitié est), Nouveau-Québec. Ministère des Mines, Québec; RP 358, 8 pages, 1 plan.

1957

RP 358
SAUVÉ, P.Région de la baie aux Feuilles, Nouveau-Québec. Ministère des Mines, Québec; RP 399, 13 pages, 1 plan.1959RP 399
SIMARD, M. – LAFRANCE, I. – HAMMOUCHE, H. – LEGOUIX, C.Géologie de la région de Kuujjuaq et de la Baie d’Ungava (SNRC 24J et 24K). Ministère des Ressources naturelles, Québec; RG 2013-04, 60 pages.2013RG 2013-04

 

 

 

20 octobre 2016