English
 
Suite de Qikirtalialuk
Étiquette stratigraphique : [ppro]qka
Symbole cartographique : pPqka
 

Première publication :  
Dernière modification : 

 

 

 

 

Subdivision(s) informelle(s)
La numérotation ne reflète pas nécessairement la position stratigraphique.
 
pPqka2 Diorite hétérogène, localement litée; niveaux d’amphibolite
pPqka1 Gabbro hétérogène, localement lité, à phénocristaux de plagioclase; niveaux et enclaves de roche ultramafique
 
Auteur(s) :
Beaudette et al., 2020
Âge :
Paléoprotérozoïque 
Stratotype : Aucun
Région type :
Nord-est de la région du lac Parent (feuillet SNRC 35G11)
Province géologique :
Subdivision géologique :
Orogène de l’Ungava / Domaine Nord
Lithologie : Gabbro, diorite
Catégorie :
Lithodémique
Rang :
Suite
Statut : Formel
Usage : Actif

 

 

Unité(s) apparentée(s)

Aucunes

 

 

 

 

 

Historique

 

 

La Suite de Qikirtalialuk a été introduite par Beaudette et al. (2020) pour regrouper les gabbros hétérogènes de la partie NE de la région du lac Parent (feuillet 35G11). Ces roches, auparavant affectées au Groupe de Watts (Hervet, 1984; Lamothe, 2007), ont ensuite été attitrées à la Suite de Qikirtalialuk d’après certaines caractéristiques lithologiques les distinguant des roches du Groupes Watts. Ce dernier est entre autres caractérisé par l’abondance de dykes d’anorthosite et de niveaux stratiformes de roche ultramafique. Ces éléments ne sont observés que très localement dans la Suite de Qikirtalialuk.

 

 

Description

 

 

 

La Suite de Qikirtalialuk regroupe plusieurs phases de gabbro d’après les variations de composition et de structure, qui peuvent être observées à l’échelle d’un même affleurement en contact net, diffus ou interstratifié. La Suite de Qikirtalialuk regroupe les unités pPqka1 et pPqka2 qui se distinguent d’après leurs signatures géochimiques respectives. Les roches de l’unité pPqka1 présentent des teneurs anomales négatives en Nb-Ta-Zr-Hf, lesquelles sont absentes de l’unité pPqka2. De plus, l’unité pPqka2 est plus riche en terres rares lourdes que l’unité pPqka1. 

 

 

Suite de Qikirtalialuk 1 (pPqka1) : Gabbro hétérogène, localement lité, à phénocristaux de plagioclase; niveaux et enclaves de roche ultramafique

 

 

Cette unité est composée d’un ensemble hétérogène de différentes phases de gabbro leucocrate à mélanocrate. La phase principale est leucocrate à mésocrate, de granulométrie fine à moyenne, localement à phénocristaux de plagioclase ou légèrement mouchetée. Ce gabbro contient jusqu’à 50 % d’enclaves de roche ultramafique, de gabbro mélanocrate à grain fin et d’amphibolite. Le gabbro a typiquement une patine brunâtre et une cassure fraîche gris moyen. Les niveaux ultramafiques et les enclaves sont noirs. Toutes les phases sont non magnétiques.

Selon les recoupements observés en affleurement, le faciès le plus précoce est constitué de gabbro mélanocrate recristallisé à grain fin. Cette phase est généralement assez homogène, équigranulaire et peut contenir des phénocristaux de plagioclase xénomorphe d’aspect laiteux. Ce gabbro est coupé par la lithologie la plus abondante de la Suite de Qikirtalialuk, un gabbro leucocrate à mésocrate relativement homogène et massif de granulométrie fine à moyenne. Cette phase peut contenir des niveaux à phénocristaux centimétriques de plagioclase. De petits amas allongés de hornblende ou de plagioclase marquent localement la foliation. Ce gabbro peut se présenter en dykes difformes sans orientation préférentielle. Sur certains affleurements, la phase mélanocrate est présente soit sous forme de fragments issus d’une bréchification magmatique in situ lors de la mise en place du gabbro mésocrate à grain fin à moyen, soit en enclaves mesurant jusqu’à 50 cm de longueur. Les enclaves représentent jusqu’à 50 % de l’affleurement et sont majoritairement de composition ultramafique. Le gabbro encaissant est plus hétérogène et de granulométrie plus grossière autour des enclaves.

La Suite de Qikirtalialuk se distingue des autres unités de gabbro de la région par la présence d’une phase rubanée, interprétée comme un litage magmatique. Les rubans sont définis par des variations stratiformes à contacts francs avec différentes proportions de minéraux ferromagnésiens. Une seconde phase rubanée à grain fin en contacts diffus présente des variations de composition plus prononcées. Ces rubans sont en général discontinus latéralement. Le litage est caractérisé par le passage d’un gabbro mélanocrate à grain fin à moyen à un gabbro mésocrate à grain moyen. On note quelques rares niveaux ultramafiques mineurs formés d’orthocumulats de pyroxènes possiblement remplacés par des amphiboles.

Finalement, l’unité pPqka1 comprend en moindre mesure une phase de gabbro mésocrate à granulométrie très grossière à pegmatitique. Celle-ci est massive, généralement hétérogène et de structure ophitique à subophitique dans le cas d’une roche homogène. À l’échelle de l’échantillon, le clinopyroxène est remplacé par la hornblende et soutenu par une matrice de cristaux subautomorphes de plagioclase et de cristaux isolés de grenat et de quartz bleuté.

En microscopie, le gabbro renferme une proportion variable de minéraux ferromagnésiens et de plagioclase selon la phase. La majorité des échantillons observés sont formés de cristaux prismatiques de hornblende légèrement orientés et isolés dans une matrice fine de plagioclase, de quartz et de petits amas d’épidote et de séricite. Ils se composent de 45 % à 80 % de hornblende grossière, trapue et subautomorphe, formant généralement des couronnes autour des cœurs variablement préservés de clinopyroxène. La hornblende est elle-même localement remplacée par dans amas enchevêtrés de cristaux d’actinote et des couronnes de grenat très fin et automorphe. La hornblende contient généralement de petites inclusions de quartz, d’épidote, de minéraux opaques ainsi que de chlorite et de sphène dans certains échantillons. Les plagioclases plus grossièrement grenus sont communément remplacés par un assemblage d’épidote, de séricite et de ce qui semble être du quartz équigranulaire très fin. Les plagioclases sont aussi reconnus d’après leur habitus tabulaire et par les amas gris clair de lattes enchevêtrées. Le grenat représente jusqu’à 3 % de porphyroblastes subautomorphes à structure coronitique, mis en évidence par les amas de chlorite autour des cristaux. Les minéraux accessoires additionnels sont la biotite, les carbonates, l’apatite et le zircon.

 

 

Suite de Qikirtalialuk 2 (pPqka2) : Diorite hétérogène, localement litée; niveaux d’amphibolite

Comme évoqué plus haut, cette unité est individualisée sur la base de sa géochimie. Elle se compose de deux différentes phases de diorite et de gabbro : une première à structure mouchetée de granulométrique fine à pegmatitique et une deuxième à structure de cumulat. Les structures mouchetée et à cumulat sont caractérisées par des amas de hornblende et du clinopyroxène automorphe, respectivement. Dans la phase pegmatitique, le clinopyroxène peut atteindre jusqu’à 10 cm de diamètre. Les variations de phase sont diffuses; localement, un litage magmatique est décrit. Des niveaux discontinus de matériel mésocrate à mélanocrate amphibolitisé sont en contact net avec la phase à grain fin. En cassure fraîche, la roche est gris foncé et la patine d’altération est typiquement brunâtre. La roche est composée de plagioclase, de clinopyroxène, de hornblende ± grenat. Le grenat est majoritairement présent dans les enclaves ou les phases mélanocrates. Aucune des phases n’est magnétique.

 

 

Épaisseur et distribution

 

 

La plus grande intrusion de la Suite de Qikirtalialuk est située dans la partie NE de la région du lac Parent (feuille 35G11). Sur carte, ses dimensions sont de 13 km dans l’axe NW-SE et de 9 km dans l’axe NE-SW. La profondeur d’enracinement de cette intrusion est inconnue. Dans la partie centrale de cette région, les injections de la Suite de Qikirtalialuk se présentent sous forme de corps tabulaires intercalés avec des niveaux de roche métasédimentaire du Complexe de Qaaneq et de roche métamorphique de la Suite de Foucault. L’attitude de ces intrusions est concordante avec la foliation régionale; celles-ci sont interprétées comme des intrusions très déformées. L’unité pPqka2 est contrainte à une seule entité cartographiable dans la plus grande intrusion de l’unité, dans la partie NE du feuillet 35G11.

 

 

Datation

 

 

La datation U-Pb de zircons extraits d’un échantillon de gabbro à grain très grossier de l’unité pPqka1 (19-GM-5201-A) a livré un âge préliminaire de 1899 ±3 Ma (Davis, communication personnelle, 2020).

 

 

Relation(s) stratigraphique(s)

 

 

 

La Suite de Qikirtalialuk est interprétée comme une suite intrusive polyphasée. Les affleurements contiennent généralement plusieurs phases, dont certaines sont en relation de recoupement. Le phase mélanocrate à grain fin est coupée par la phase mésocrate à grain moyen et se retrouve localement en enclaves dans cette dernière. Ces deux phases et toutes celles décrites dans cette unité sont injectées par la phase de gabbro à cristaux très grossiers. La relation entre les unités pPqka1 et pPqka2 est indéterminée.

La Suite de Qikirtalialuk coupe l’unité pPpa10 du Groupe de Parent dans le secteur NE de la région du Lac Parent (feuillet 35G11). Le contact n’est pas observé sur le terrain, mais interprété comme étant de nature intrusive. Aucune déformation notable n’a été notée sur les affleurements dans la zone de contact. L’intrusion principale de l’unité est située dans la partie NE de la région. À l’affleurement 19-CB-1028, elle est coupée par le Granite de Qikirtaliapik. Sa chronologie relative aux roches métasédimentaires du Complexe de Qaaneq est incertaine. Plusieurs contacts entre ces deux unités sont faillés. L’unité est coupée par les suites de Niviugak, de Vanasse, de Foucault, d’Iqiat et possiblement de Sirluaq.

Paléontologie

Ne s’applique pas.

Références

Publications accessibles dans SIGÉOM Examine

BEAUDETTE, M., BILODEAU, C., MATHIEU, G. 2019. Géologie de la région du lac Parent, Orogène de l’Ungava, Nunavik, Québec, Canada. MERN. BG 2020-04, 1 plan.

HERVET, M. 1984. Région de la Vallée de Narsajuaq, Fosse de l’Ungava. MRN. DP-85-05, 2 plans.

LAMOTHE, D. 2007. Lexique stratigraphique de l’Orogène de l’Ungava. MRNF. DV 2007-03, 66 pages et 1 plan. 

 

Citation suggérée

Ministère de l’Énergie et des Ressources naturelles (MERN). Suite de Qikirtalialuk. Lexique stratigraphique du Québec. http://gq.mines.gouv.qc.ca/lexique-stratigraphique/province-de-churchill/intrusion-de-qikirtalialuk [cité le jour mois année].

Collaborateurs

Première publication

Carl Bilodeau, géo., M. Sc. carl.bilodeau@mern.gouv.qc.ca; Mélanie Beaudette, géo. stag., B. Sc. melanie.beaudette@mern.gouv.qc.ca (rédaction)

Mehdi A. Guemache, géo., Ph. D. (coordination); James Moorhead, géo., M. Sc. (lecture critique); Simon Auclair, géo., M. Sc. (révision linguistique); Céline Dupuis, géo., Ph. D. (version anglaise); André Tremblay (montage HTML).

 
23 octobre 2020