English
 
Groupe de Spartan
Étiquette stratigraphique : [ppro]sp
Symbole cartographique : pPsp

Première publication :  
Dernière modification :

 

 

 

 

Subdivision(s) informelle(s)
La numérotation ne reflète pas nécessairement la position stratigraphique.
 
pPsp2 Volcanoclastite
pPsp1 Siltstone, phyllade, grès localement conglomératique
pPsp1b Mudstone graphiteux à pyrite
pPsp1a Dolomie, dolomie gréseuse
 
Auteur :Lamothe et al., 1984
Âge :Paléoprotérozoïque
Coupe type :Aucune
Région type :Région du lac Spartan (feuillet 35G10)
Province géologique :Province de Churchill
Subdivision géologique :Orogène de l’Ungava / Fosse de l’Ungava / Domaine Nord
Lithologie :Roches sédimentaires détritiques et roches volcanoclastiques
Type :Lithostratigraphique
Rang :Groupe
Statut :Formel
Usage :Actif

 

 

Unité(s) apparentée(s)

Aucune

 

 

 

 

Historique

Le Groupe de Spartan a été introduit par Lamothe et al. (1984) pour décrire un assemblage de phyllades et de quartzites chevauchant le Groupe de Chukotat le long de la Faille Bergeron. Il incorpore également les roches sédimentaires attribuées au Groupe de Perrault par Hocq et al. (1994).

Description

Dans le segment est du Groupe de Spartan, qui s’étend du lac Spartan jusqu’à la région à l’est du lac Watts, l’unité se compose principalement de phyllade. Vers le sommet structural, soit au nord, l’unité montre des interlits de siltstone ou, plus rarement, des lits dolomitiques (Lamothe et al., 1984; St-Onge et Lucas, 1993; Mathieu et Beaudette, 2019). Dans les segments central et ouest du Groupe de Spartan, les roches sédimentaires détritiques sont formées d’un assemblage de métawacke lithique ou feldspathique en lits décimétriques à métriques avec des niveaux de lave basaltique, de tufs à cristaux ou à lapillis. La composition des roches sédimentaires suggère une source détritique plus proximale que pour le segment est. Plusieurs filons-couches et dykes mafiques et ultramafiques sont injectés dans les roches sédimentaires.

Groupe de Spartan 1 (pPsp1) : Siltstone, phyllade, grès localement conglomératique

Cette subdivision est composée d’une séquence sédimentaire clastique formée de phyllade foncée et laminée, de wacke, de conglomérat, de grès et de mudstone. Le wacke renferme généralement une forte proportion de minéraux mafiques, qui pourraient provenir des volcanites mafiques du Groupe de Parent. On y note également du quartzite à grain fin, dont les structures primaires sont oblitérées par la forte schistosité qui est parallèle à la stratification (Hocq et al., 1994; St-Onge et Lucas, 1993).
 
Le segment oriental a été cartographié de façon plus détaillée par Mathieu et Beaudette (2019). Il est chevauché au nord par le Groupe de Watts; au sud, il chevauche le Groupe de Chukotat du Domaine Sud. Dans ce secteur, le Groupe de Spartan est composé de roches métasédimentaires à grain très fin à fin présentant un litage primaire millimétrique à centimétrique, lequel est transposé dans les plans de schistosité principale. L’aspect général est très homogène, montrant une patine d’altération gris moyen à foncé, lustrée selon le plan de schistosité principal, de couleur gris clair à moyen en surface fraîche.
 
La composition des roches métasédimentaires varie de l’arénite quartzitique au siltstone, avec des proportions mineures de wacke. La granulométrie utilisée comme critère de classification sédimentaire doit être prise avec précaution, puisque l’intensité de la déformation affectant le Spartan dans ce secteur entraîne une réduction de taille des grains. Les lits sont saccharoïde et se composent de quartz (5 à 90 %), de plagioclase (proportion incertaine étant donné l’absence de macle) et de fines paillettes de muscovite (10 à 95 %). Les lits quartzeux dominent largement en proportion sur les lits micacés flexurés. Localement, des amas de quartz et de plagioclase à grain moyen forment des sigmoïdes. Les phases secondaires sont la biotite, le sphène (traces), les minéraux opaques (traces à 2 %), l’épidote (traces) et l’apatite (traces). Les phases tardives sont la chlorite en remplacement partiel des micas, les carbonates souvent interstitiels (traces à 5 %) et les cristaux néoformés d’ankérite-hématite pœcilitiques.
 
Mathieu et Beaudette (2019) rapportent la présence d’une altération en ankérite dans le mudrock, le wacke et l’arénite du Groupe de Spartan, dans le partie est de la bande métasédimentaire (feuillets 35G09, 35G16 et 35H13). L’altération semble s’atténuer vers l’extrême-est. Des cristaux pœcilitiques de 1 à 5 mm de carbonate se développent indépendamment de la composition des lits d’origine sédimentaire. Ils sont syncinématiques à postcinématiques. L’ankérite est parfois oxydée en hématite.

Groupe de Spartan 1a (pPsp1a) : Dolomie, dolomie gréseuse

Cette subdivision informelle a été introduite par Mathieu et Beaudette (2019) afin de distinguer des niveaux de dolomie déjà rapportés par des auteurs antérieurs (Lamothe et al., 1984; St-Onge et Lucas, 1993), plus précisément à proximité du chevauchement du Groupe de Watts sur le Groupe de Spartan, dans le segment oriental. Cette unité affleure en niveaux métriques interlités avec l’arénite et le wacke de l’unité principale pPsp1, ces derniers étant localement cartographiables lorsque leur puissance apparente dépasse plusieurs décamètres. L’unité offre une patine brun ocre et une cassure fraîche cassonade. Les affleurements sont caractérisés par une alternance de lits millimétriques composés de carbonate (60 à 85 %), ainsi que des proportions variables de quartz (5 à 25 %) et de talc (3 à 25 %). L’affleurement 18-CB-1060 montre à plusieurs endroits une troncature des lits, ce qui suggère une polarité normale vers le nord. Des veinules tardives de quartz et de la pyrite secondaire en cubes millimétriques sont couramment rapportées. Les cristaux de carbonate sont finement à moyennement grenus et à bordure interdigitée. Ils sont pœcilitiques et incluent de très fins grains de quartz et des paillettes de talc. Le quartz, en cristaux très fins, forme des amas et des lits millimétriques discontinus d’aspect saccharoïde. Les fines paillettes de talc sont disséminées ou s’agencent en lits flexurés. Enfin, on note que toutes les phases primaires définissent la foliation.

Groupe de Spartan 1b (pPsp1b) : Mudstone graphiteux à pyrite

Localement, on observe des niveaux de formation de fer au faciès des oxydes et des carbonates, ainsi que des niveaux de chert graphiteux latéralement au mudrock (affleurement 18-CL-2168). Le mudrock renferme ponctuellement des niveaux métriques de sulfures massifs.

Groupe de Spartan 2 (pPsp2) : Volcanoclastite

 

Il existe peu d’information au sujet de cette unité. On note la présence locale de quelques lits de tuf felsique à cristaux ou à lapillis (Hocq et al., 1994).

 

Épaisseur et distribution

Le Spartan est réparti en trois bandes qui affleurent dans la moitié méridionale du Domaine Nord. La bande orientale mesure 55 km de longueur par 4 km de largeur (feuillets 35G10, 35G09 et 35H13). Le secteur central comprend trois zones d’environ 20 km de longueur et de 5 km de largeur (feuillet 35G11). Localisé dans le feuillet 35F09, le segment occidental mesure 30 km de longueur par 10 km de largeur. Selon Tremblay (1991), l’épaisseur des unités sédimentaires dans le segment occidental atteindrait ~2000 m. Les données du Système d’information géominière du Québec (SIGÉOM) indiquent que les zones d’affleurement situées dans la bande orientale montrent de fortes anomalies en potassium et en thorium qui contrastent avec les très faibles valeurs des unités mafiques du Groupe de Chukotat, au sud, et du Groupe de Watts, au nord.  

Datation

Aucune.

Relations stratigraphiques

La transition entre les volcanites du Groupe de Parent et les roches sédi­mentaires détritiques du Groupe de Spartan n’a pas été observée. La nature des roches sédimentaires reflète un milieu proximal à distal (St-Onge et Lucas, 1993; Lamothe, 1994). La composition du Groupe de Spartan et son emplacement en bordure du Groupe de Parent suggèrent qu’il représente un tablier érosionnel en marge de l’arc volcanique (Lucas et St-Onge, 1992; Hocq et al., 1994). Au sud, la base structurale du Groupe de Spartan surmonte le Groupe de Chukotat en chevauchement le long de la Faille Bergeron. Au nord, le sommet structural de l’unité est chevauché par les roches du Groupe de Watts.

Paléontologie

Ne s’applique pas.

Références

Publications accessibles dans Sigéom Examine

HOCQ, M., VERPAELST, P., CLARK, T., LAMOTHE, D., BRISEBOIS, D., BRUN, J., MARTINEAU, G. 1994. Géologie du Québec. MRN. MM 94-01, 172 pages.

LAMOTHE, D. 2007. Lexique stratigraphique de l’orogène de l’Ungava. MRNF. DV 2007-03, 66 pages et 1 plan.

LAMOTHE, D., PICARD, C., MOORHEAD, J. 1984. Région du lac Beauparlant, bande de cap Smith-Maricourt. MRN. DP-84-39, 2 plans.

MATHIEU, G., BEAUDETTE, M. 2019. Géologie de la région du lac Watts, Domaine Nord, Fosse de l’Ungava, Nunavik, Québec, Canada. MERN. BG 2019-04.

TREMBLAY, G. 1991. Géologie de la région du lac Lessard (Fosse de l’Ungava). MRN. ET 88-09, 32 pages et 2 plans.

 

Autres publications

Lucas, S.B., St-Onge, M.R. 1992. Terrane accretion in the internal zone of the Ungava orogen, northern Quebec. Part 2: Structural and metamorphic history. Canadian Journal of Earth Sciences, volume 4, pages 765-782.

St-Onge, M.R., Lucas, S.B. 1993. Geology of the eastern Cape Smith belt: parts of the Kangiqsujuaq, cratère du Nouveau-Québec, and lacs Nuvilik map areas, Quebec. Canada Department of Mines. http://doi.org/10.4095/183988.

 

 

 

 

14 juin 2019