Formation de Milamar
Étiquette stratigraphique : [ppro]mm
Symbole cartographique : pPmm
 

Première publication :  
Dernière modification : 

 

 

 

 

Subdivision(s) informelle(s)
La numérotation ne reflète pas nécessairement la position stratigraphique.
 
pPmm3 Dolomie métamorphisée, marbre
pPmm2 Schiste à quartz-albite-séricite, schiste à quartz-séricite et quartzite blanc interstratifiés
pPmm1 Arkose, conglomérat polygénique et arénite quartzitique interstratifiés; interstratifications de dolomie localement
 
Auteur : Dimroth, 1968
Âge : Paléoprotérozoïque
Stratotype : La localité type se trouve au lac Milamar (coordonnées approximatives UTM NAD83, zone 19 : 592000 mE, 6235300 mN).
Région type : Région du lac Milamar (feuillet SNRC 24B05)
Province géologique : Province de Churchill
Subdivision géologique : Orogène du Nouveau-Québec (Fosse du Labrador) / Zone lithotectonique de Romanet (anciennement Wheeler)
Lithologie : Arkose, conglomérat, arénite quartzitique, grès, dolomie, marbre, schiste
Catégorie : Lithostratigraphique​
Rang : Formation
Statut : Formel
Usage : Actif

 

Unité(s) apparentée(s)

  • Groupe de Seward
    • Formation de Portage
    • Formation de Dunphy
    • Formation de Milamar
    • Formation de Chakonipau

 

 

Historique

Une séquence d’arkose, de conglomérat et de quartzite métamorphisés a été reconnue pour la première fois par Dimroth (1964) le long de la rivière Wheeler (feuillet 24B05). Dimroth (1968) a introduit provisoirement le nom de Formation de Milamar pour désigner cette séquence, puis l’a formalisée par la suite (Dimroth, 1972, 1978). L’unité tient son nom du lac Milamar (feuillet 24B05) où elle a été définie. Dimroth (1972, 1978) a ensuite fourni une description plus détaillée de cette unité métamorphisée d’arkose, d’arénite quartzitique, de conglomérat et de lits intercalés de dolomie, représentant la partie supérieure du « Sous-groupe de Seward » dans la partie est de la Fosse du Labrador. Clark et Wares (2004) l’ont reclassée ultérieurement comme le Groupe de Seward, abandonnant ainsi le nom de « Sous-groupe de Seward ».

Description

La Formation de Milamar représente le faciès marginal oriental de la partie supérieure du Groupe de Seward dans la Fosse du Labrador (Dimroth, 1964, 1970, 1972, 1978; Clark et Wares, 2004). Elle est l’équivalent oriental de la Formation de Dunphy. La Formation de Milamar est constituée d’arkose, de conglomérat polygénique à cailloux, d’arénite quartzitique, de grès dolomitique, de dolomie, de marbre et de schiste (Dimroth, 1964, 1970, 1978). La présence de couches dolomitiques permet de distinguer cette formation de la Formation de Chakonipau sous-jacente (Dimroth, 1972, 1978). Les roches de la Formation de Milamar ont été métamorphisées au faciès des schistes verts et déformées pendant l’Orogenèse hudsonienne (Dimroth et Dressler, 1978). Le métamorphisme se manifeste par la recristallisation des roches sédimentaires plus grossières et la séricitisation de l’arkose et de la matrice du conglomérat. Les roches sédimentaires plus fines consistent en schiste à quartz et séricite (Dimroth, 1972, 1978; Kish et Tremblay-Clark, 1979). Les structures sédimentaires primaires des roches ont été détruites. Les roches présentent généralement une schistosité plissée (Dimroth, 1972, 1978).

D’après Dimroth (1972, 1978), le matériel détritique constituant la Formation Milamar est le résultat de l’érosion des roches archéennes du Complexe de Wheeler qui formaient alors un dôme en relief positif sur la marge est d’un bassin marin peu profond. Les roches sédimentaires de la Formation de Milamar se sont déposées en milieu littoral, en bordure d’un terrain surélevé représenté par le dôme de Wheeler (Dimroth, 1972, 1978). D’après Dimroth (1972, 1978), les dolomies au sommet du Milamar ont été déposées dans un milieu marin et témoignent de transgressions marines mineures. Les roches sédimentaires (Formation de Milamar) ainsi que le socle archéen (Complexe de Wheeler) sur lequel elles reposent auraient par la suite été transportées sur les roches volcano-sédimentaires de la Supersuite de Laporte (Clark et Wares, 2004).

Formation de Milamar 1 (pPmm1) : Arkose, conglomérat polygénique et arénite quartzitique interstratifiés; interstratifications de dolomie localement

À la localité type, l’unité pPmm1 est constituée d’arkose, de conglomérat polygénique et d’arénite quartzitique déposés en discordance d’érosion sur les gneiss archéens du Complexe de Wheeler (Dimroth, 1972, 1978; Kish et Tremblay-Clark, 1979). L’unité contient localement des interstratifications de dolomie. L’arkose est constituée de 50 % de grains cataclastiques subarrondis de quartz et de feldspath, lesquels reposent dans une matrice à grain fin formée de séricite, de quartz et d’albite. Le conglomérat se compose de cailloux de gneiss de 2 à 10 cm de diamètre, atteignant rarement 30 cm, dans une matrice mylonitique formée d’albite, de séricite et de quartz. L’arénite quartzitique se présente sous forme de lentilles ou de bancs épais interstratifiés avec l’arkose et le conglomérat. La roche est blanche et constituée essentiellement de quartz. Elle est localement feldspathique. Des équivalents métamorphisés de l’unité pPmm1, à grain grossier, sont rapportés au sud de la localité type (Dimroth, 1972, 1978).

Formation de Milamar 2 (pPmm2) : Schiste à quartz-albite-séricite, schiste à quartz-séricite et quartzite blanc interstratifiés

L’unité pPmm2 est constituée de roches à quartz et séricite dérivées partiellement de l’arkose et du conglomérat. Ces roches ont été plus fortement métamorphisées et déformées lors de l’Orogenèse hudsonienne (Dimroth et Dressler, 1978) et leurs structures primaires ont été oblitérées. L’unité se compose de schiste à quartz-albite-séricite gris et blanc, localement rose ou vert en surface altérée, et de schiste à quartz-séricite et de quartzite blanc, lesquels sont interstratifiés (Dimroth, 1964, 1972, 1978). Ces roches sont à grain fin et généralement schisteuses et plissées. Au sud de la localité type, les niveaux de schiste à quartz-séricite occupent la partie supérieure de la formation et contiennent localement des lits de dolomie ou de grès dolomitique.

En lame mince, l’arkose est composée de quartz, de feldspath (albite et proportion mineure de microcline) et de muscovite. Le quartz et le feldspath présentent une importante déformation et une extinction ondulante. Le quartz, recristallisé et partiellement granulé, se présente en grains grossiers ou en petits grains polygonaux. Le feldspath est fortement séricitisé, en particulier lorsque la roche est très déformée. Des porphyroblastes de plagioclase (oligoclase) sont logés dans une matrice formée de granules de quartz. Une schistosité bien développée est marquée par une proportion mineure de séricite. L’épidote, la calcite et la chlorite sont rarement observées. Le grès dolomitique est composé de calcite, d’épidote, de plagioclase, de trémolite et de quartz. (Dimroth, 1972, 1978).

Formation de Milamar 3 (pPmm3) : Dolomie métamorphisée, marbre

Deux lentilles de dolomie métamorphisée ou de marbre blanc ont été cartographiées par Dimroth (1964, 1972, 1978) près de la rivière Wheeler, à l’ouest du Complexe de Wheeler. Selon cet auteur, ces marbres appartiennent à la partie supérieure de la Formation de Milamar. La roche est généralement formée de minéraux calcosilicatés (trémolite, talc) et de calcite saccharoïde.

Épaisseur et distribution

La Formation de Milamar appartient à la Zone lithotectonique de Romanet, auparavant définie comme la Zone de Wheeler par Clark et Wares (2004). Elle occupe une zone orientée généralement NW-SE le long de la rivière Wheeler, entre les latitudes 56°N et 56°30’N (Dimroth, 1964, 1970, 1972, 1978). Des roches appartenant à cette formation ont également été cartographiées par Dimroth (1978) dans les secteurs au sud et du côté est du Complexe de Wheeler. Kish et Tremblay-Clark (1979) ont observé des schistes attribués à la Formation de Milamar au sud du lac Duhamel (feuillet 24B06). Les roches de cette formation sont absentes au nord de la latitude 56°30’N (Dressler, 1979). L’épaisseur de la Formation de Milamar est mal connue : une épaisseur de ~300 m a été suggérée par Dimroth (1970, 1978, p. 67).

Datation

La Formation de Milamar est d’âge paléoprotérozoïque, mais aucune datation radiométrique de roche sédimentaire appartenant à cette unité n’a été effectuée. Le dépôt de la Formation de Milamar s’est effectué entre 2166 ±4 Ma et 2142 +4/-2 Ma, soit durant la période de dépôt des roches sédimentaires du premier cycle (T. Krogh et B. Dressler, données non publiées citées par Clark, 1984, page 4; Clark et Wares, 2004; Corrigan et al., 2019).

Relations stratigraphiques

À la localité type, la Formation de Milamar recouvre le gneiss archéen du Complexe de Wheeler en discordance d’érosion, non faillée (Dimroth, 1970, 1972, 1978). Le contact entre ces unités est visible à l’est de la rivière Wheeler, à la latitude 56°17’N, de même que plus au SE, entre les latitudes 56°14’N et 56°15’N. Dimroth (1972, 1978) a d’ailleurs observé du conglomérat à cailloux et à blocs de gneiss à plusieurs endroits dans la Formation de Milamar, au contact du Complexe de Wheeler ou à proximité (entre les latitudes 56°11’N et 56°15’N). Dans la région du lac Yroquet, le contact entre le gneiss de Wheeler et les roches sédimentaires de la Formation de Milamar est discordant (Kish et Tremblay-Clark, 1979).

Selon Dimroth (1972, 1978), il n’est pas possible de déterminer les sommets dans les roches de la Formation de Milamar puisque les structures sédimentaires ont été détruites lors l’Orogenèse hudsonienne (Dimroth et Dressler, 1978). La partie sommitale de la Formation de Milamar consisterait en marbre d’après Dimroth (1972, 1978). Dans le secteur du lac Yroquet, la partie supérieure de la formation contient des couches de dolomie présentant des caractéristiques semblables aux dolomies typiques de la Formation de Dunphy. La Formation de Milamar est donc l’équivalent, vers l’est, de la Formation de Dunphy (Dimroth, 1970, 1972, 1978; Dimroth et al., 1970). Ces formations occupent des positions stratigraphiques semblables, soit sus-jacentes à la Formation de Chakonipau (Dimroth, 1970, 1972, 1978; Clark et Wares, 2004). Dimroth (1970) souligne que la variation de faciès entre les formations de Dunphy et de Milamar est visible sur une courte distance, suggérant un soulèvement rapide de la région source située plus à l’est.

La Formation de Milamar passe graduellement à la Formation de Lace Lake (Groupe de Pistolet) sus-jacente (Dimroth, 1978; Kish et Tremblay-Clark, 1979). Le contact est exposé sur la rive ouest du lac Yroquet, où il est marqué par une zone de transition de 3 m d’épaisseur (Dimroth, 1972, 1978).

Dans le secteur à l’est du Complexe de Wheeler, dans la Zone de cisaillement de Rachel-Laporte, la Formation de Milamar pourrait être en partie équivalente à la Suite de Secondon (Charette et al., 2016) constituée de méta-arkose, de méta-arénite conglomératique, de métaconglomérat et de schiste.

Paléontologie

Ne s’applique pas.

Références

Publications accessibles dans SIGÉOM Examine

CHARETTE, B., LAFRANCE, I., MATHIEU, G. 2016. Géologie de la région du lac Jeannin (SNRC 24B). Ministère de l’Énergie et des Ressources naturelles, Québec. BG 2015-01

CLARK, T. 1984. GEOLOGIE DE LA REGION DU LAC CAMBRIEN – TERRITOIRE DU NOUVEAU-QUEBEC. MRN. ET 83-02, 77 pages et 1 plan.

CLARK, T., WARES, R. 2004. SYNTHESE LITHOTECTONIQUE ET METALLOGENIQUE DE L’OROGENE DU NOUVEAU-QUEBEC (FOSSE DU LABRADOR). MRNFP. MM 2004-01, 182 pages et 1 plan. 

CORRIGAN, D., SAPPIN, A-A., HOULÉ, M.G., RAYNER, N., VAN ROOYEN, D. 2019. Corrugated Hills : les restes d’une grande province ignée d’environ 2,17 Ga dans la Fosse du Labrador. In:  MERN. 2020. Résumés des conférences et des photoprésentations, Québec Mines+Énergie 2019. DV 2019-01, 78 pages.

DIMROTH, E. 1964. GEOLOGIE DE LA REGION DU LAC ROMANET, NOUVEAU-QUEBEC. MRN. RP 523, 20 pages et 1 plan.

DIMROTH, E. 1964. PRELIMINARY REPORT, GEOLOGY OF ROMANET LAKE AREA, NEW QUEBEC. MRN. RP 523(A), 18 pages et 1 plan.

DIMROTH, E. 1972. STRATIGRAPHY OF PART OF THE CENTRAL LABRADOR TROUGH. MRN. DP 154, 304 pages et 6 plans. 

DIMROTH, E. 1978. REGION DE LA FOSSE DU LABRADOR ENTRE LES LATITUDES 54° 30′ ET 56° 30′. MRN. RG 193, 417 pages et 16 plans.

DRESSLER, B., CIESIELSKI, A. 1979. REGION DE LA FOSSE DU LABRADOR. MRN. RG 195, 136 pages et 14 plans.

KISH, L., TREMBLAY-CLARK, P. 1979. GEOCHIMIE ET RADIOACTIVITE DANS LA FOSSE DU LABRADOR. MRN. DPV 666, 33 pages.

Autres publications

DIMROTH, E. 1970. Evolution of the Labrador Geosyncline. Geological Society of America Bulletin; volume 81, pages 2717–2742. doi.org/10.1130/0016-7606(1970)81[2717:EOTLG]2.0.CO;2

DIMROTH, E., BARAGAR, W.R.A., BERGERON, R., JACKSON, G.D. 1970. The filling of the Circum-Ungava geosyncline. In: Symposium on Basins and Geosynclines of the Canadian Shield (A.J. Baer, editor). Commission géologique du Canada; Études 70-40, pages 45-142. doi.org/10.4095/124922

DIMROTH, E., DRESSLER, B. 1978. Metamorphism of the Labrador Trough. In: Metamorphism in the Canadian Shield. Commission géologique du Canada; Études 78-10, pages 215-236. doi.org/10.4095/104534

 

Citation suggérée

Ministère de l’Énergie et des Ressources naturelles (MERN). Formation de Milamar. Lexique stratigraphique du Québec. http://gq.mines.gouv.qc.ca/lexique-stratigraphique/province-de-churchill/formation-de-milamar [cité le jour mois année].

Collaborateurs

Première publication

Charles St-Hilaire, géo. stag., M.Sc. charles.st-hilaire@mern.gouv.qc.ca (rédaction)

Mehdi A. Guemache, géo., Ph.D. (coordination); Thomas Clark, géo., Ph.D.  (lecture critique); Simon Auclair, géo., M.Sc. (révision linguistique); André Tremblay (montage HTML).

 

 

26 février 2020