Complexe de Terriault
Étiquette stratigraphique : [arch][ppro]ter
Symbole cartographique : ApPter

Première publication: 16 novembre 2017
Dernière modification : 29 janvier 2019

 

 

 

 

Subdivision(s) informelle(s)
La numérotation ne reflète pas nécessairement la position stratigraphique.
 
ApPter2 Enderbite
ApPter1 Granodiorite et tonalite hétérogènes et riches en enclaves
 
Auteur :Lafrance et al., 2016
Âge :Archéen ; Paléoprotérozoïque
Coupe type :Aucune
Région type :Région du lac Brisson (feuillet SNRC 24A)
Province géologique :Province de Churchill
Subdivision géologique :Domaine lithotectonique de Mistinibi-Raude
Lithologie :Intrusions felsiques et gneiss
Type :Lithodémique
Rang :Complexe
Statut :Formel
Usage :Actif

 

 

Unité(s) apparentée(s)

Aucune

 

 

 

 

Historique

Le Complexe de Terriault a été introduit dans la région du lac Brisson (Lafrance et al., 2016) et comprend un ensemble très complexe constitué de plusieurs lithologies de composition et d’âge différents.

 

 

Description

Le Complexe de Terriault est dominé par des roches intrusives felsiques renfermant 5 à 25 % d’enclaves centimétriques à métriques de roches déformées. Ce complexe est associé à une forte anomalie aéromagnétique positive caractérisée par des perturbations et des plissements, ce qui laisse supposer à un entraînement des unités le long de systèmes de failles à mouvement divergent bordant l’unité. Malgré la forte anomalie magnétique associée au Complexe de Terriault, seules les quelques rares enclaves de gneiss de composition felsique sont magnétiques. Les phases intrusives intermédiaires à felsiques, ainsi que les enclaves mafiques à intermédiaires, sont généralement peu magnétiques.

Le Terriault comprend aussi des injections de granite rose à grain moyen à pegmatitique pauvre en minéraux mafiques. Ces injections forment entre 5 et 30 % des affleurements et se présentent sous la forme d’amas, de dykes ou de rubans subconcordants millimétriques à décimétriques. Les proportions élevées d’enclaves et d’injections donnent aux affleurements du Complexe de Terriault un aspect très hétérogène, bien que chaque phase soit en elle-même relativement homogène.

Ce complexe a été divisé en deux unités : une unité de granodiorite et de tonalite hétérogènes et riches en enclaves (ApPter1) et une unité d’enderbite (ApPter2).

Complexe de Terriault 1 (ApPter1) : Granodiorite et tonalite hétérogènes et riches en enclaves

La composition moyenne des roches intrusives de l’unité ApPter1 se situe à la limite entre la granodiorite et la tonalite. On note localement la présence de monzodiorite quartzifère et de monzogranite. Ces roches gris moyen avec une teinte rosée ou violacée sont massives à légèrement foliées, moyennement grenues et équigranulaires. Elles renferment <20 à 30 % de quartz gris foncé légèrement violacé, 10 à 20 % de minéraux ferromagnésiens et 2 et 15 % de cristaux de feldspath potassique localement grossiers (jusqu’à 1 cm) répartis de manière irrégulière. Les minéraux ferromagnésiens se présentent sous la forme de phénocristaux millimétriques de hornblende verte, ainsi que d’amas millimétriques à centimétriques de hornblende et de biotite brune. Ces amas sont parfois magnétiques et renferment aussi des minéraux accessoires, dont l’épidote, l’apatite, les minéraux opaques et l’allanite avec, par endroits, du sphène, du zircon et de la muscovite. Au microscope, ces roches montrent des structures magmatiques ou de recristallisation partielle, particulièrement dans le cas du quartz qui forme des sous-grains à extinction roulante autour des cristaux de feldspath.

Les enclaves sont constituées de diorite, de diorite quartzifère, de leucogabbro, de tonalite et de monzodiorite. Elles sont bien foliées, finement à moyennement grenues, granoblastiques et communément à structures gneissique et rubanée. Les proportions de quartz (2 à 18 %) et de minéraux ferromagnésiens (10 à 30 %) varient selon le type de roche et le feldspath potassique est peu répandu. Les minéraux ferromagnésiens se présentent sous la forme de hornblende verte associée à de faibles quantités de biotite chloritisée. Le plagioclase montre une faible séricitisation. L’épidote, les minéraux opaques, l’apatite et l’allanite sont observés comme phases accessoires. Dans la partie centrale du complexe, les enclaves de roches mafiques sont plus nombreuses (environ 40 %). On y trouve aussi un affleurement constitué entièrement de leucogabbro folié et un autre d’anorthosite finement grenue totalement recristallisée.

Complexe de Terriault 2 (ApPter2) : Enderbite

Dans la partie sud-est du Complexe de Terriault, les roches intrusives renferment de l’orthopyroxène et ont été assignées à l’unité ApPter2. Ces affleurements ont un aspect plus homogène et sont constitués d’enderbite (tonalite à orthopyroxène) gris verdâtre, foliée et moyennement à finement grenue. La roche renferme 15 à 20 % de quartz, moins de 5 % de feldspath potassique et 10 à 15 % de cristaux de hornblende verte, de feuillets de biotite rouge à brune et d’orthopyroxène. Les minéraux ferromagnésiens forment des amas millimétriques auxquels sont associés les minéraux accessoires, essentiellement de l’apatite et du zircon. L’enderbite renferme une phase intrusive de teinte cassonade de même composition, mais plus grenue, qui forme des amas ou des rubans centimétriques dans la roche.

Bien que ce complexe n’ait fait l’objet d’aucune étude géothermobarométrique, la présence d’enderbite dans le Complexe de Terriault indique des conditions de métamorphisme élevé correspondant au faciès supérieur des amphibolites à celui des granulites. Également, la présence de hornblende idiomorphe, de quartz fumé, de plagioclase violacé, ainsi que d’orthopyroxène altéré en serpentine et en amphibole (secteur sud-est du complexe) suggèrent une mise en place dans des conditions de P-T élevées et un métamorphisme au faciès des amphibolites lors de l’événement paléoprotérozoïque régional.

 

 

 

Épaisseur et distribution

Le Complexe de Terriault se trouve dans la partie nord-est du Domaine lithotectonique de Mistinibi-Raude (Charette et al., 2019), au sein d’une masse de diatexite appartenant au Complexe de Mistinibi, le tout étant coincé entre la Zone de cisaillement de la Rivière George, à l’ouest, et la Zone de cisaillement de Moonbase, à l’est. L’unité ApPter1 (141 km2) forme une masse principale d’environ 16 km sur 12 km. Du côté sud-est de l’unité, l’unité ApPter12 fait environ 5 km sur 7 km (27 km2). Quatre autres petites intrusions de moins d’un kilomètre de largeur sur 3 à 5 km de longueur sont aussi présentes en périphérie de l’intrusion principale.

 

Datation

Aucune.

 

Relations stratigraphiques

La présence de niveaux et de masses de diatexite et de paragneiss du Complexe de Mistinibi (pPmis) a souvent été notée sur les affleurements du Complexe de Terriault. Toutefois, les relations génétiques et chronologiques entre ces deux unités sont encore incertaines.

Paléontologie

Ne s’applique pas.

Références

Auteur(s)TitreAnnée de publicationHyperlien (EXAMINE ou Autre)
LAFRANCE, I. – BANDYAYERA, D. – CHARETTE, B. – BILODEAU, C. – DAVID., J.Géologie de la région du lac Brisson (SNRC 24A). Ministère de l’Énergie et des Ressources naturelles, Québec; RG 2015-05, 64 pages, 1 plan.2016RG 2015-05
CHARETTE, B. – LAFRANCE, I. – VANIER, M.-A. –  GODET, A.Domaine de Mistinibi-Raude, sud-est de la Province de Churchill, Nunavik, Québec, Canada : synthèse de la géologie. Ministère de l’Énergie et des Ressources naturelles, Québec. BG 2019-07.2019BG 2019-07

 

16 novembre 2017