Complexe de Qurlutuq
Étiquette stratigraphique : [arch][ppro]qur
Symbole cartographique : ApPqur

Première publication : 20 octobre 2016
Dernière modification : 6 août 2019
Subdivision(s) informelle(s)
La numérotation ne reflète pas nécessairement la position stratigraphique.
 
ApPqur1 Roches migmatitiques rubanées
 
Auteur :Simard et al., 2013
Âge :Archéen; Paléoprotérozoïque
Coupe type :Aucune
Région type :Région de Kuujjuaq et de la baie d’Ungava (feuillets SNRC 24J et 24K)
Province géologique :Province de Churchill
Subdivision géologique :Domaine lithotectonique de Baleine
Lithologie :Roches migmatitiques
Type :Lithodémique
Rang :Complexe
Statut :Formel
Usage :Actif

Historique

Le Complexe de Qurlutuq est une unité de roches migmatitiques définie par Simard et al. (2013) dans la région de Kuujjuaq et de la baie d’Ungava. Il a été prolongé vers le sud dans les régions du lac Saffray (Lafrance et al., 2014) et du lac Jeannin (Charette et al., 2016) et au SE dans les régions du lac Henrietta et du lac Brisson (Lafrance et al., 2015, 2016). Suite à la subdivision du sud-est de la Province de Churchill en domaines lithotectoniques réalisée dans le cadre d’une synthèse (Lafrance et al., 2018), la définition du Complexe de Qurlutuq a été revue afin d’inclure uniquement les migmatites localisées au sein du domaine lithotectonique de Baleine (Lafrance et al., en préparation). Dans les domaines lithotectoniques de George et de Falcoz, les roches migmatitiques similaires ont respectivement été assignées aux complexes de Guesnier et de Fougeraye. Le Complexe de Qurlutuq comprenait auparavant trois unités informelles définies par Simard et al. (2013). Puisque les affleurements des deux dernières unités se trouvaient exclusivement dans les domaines de George ou de Falcoz, celles-ci ont donc été réassignées aux unités mentionnées précédemment selon leur localisation. 

Description

Le Complexe de Qurlutuq est constitué de roches migmatitiques rubanées associées à des zones de faible à moyenne susceptibilité magnétique.

Complexe de Qurlutuq 1 (ApPqur1) : Roches migmatitiques rubanées

Les roches migmatitiques du Complexe de Qurlutuq ont subi une fusion partielle importante impliquant la formation de 30 à 60 % de leucosome. Ce dernier est majoritairement de composition tonalitique, localement granitique, et blanchâtre à gris clair ou rarement rosé. La majeure partie des niveaux de migmatite est représentée par de la métatexite stromatique. Celle-ci montre un leucosome sous forme de rubans centimétriques leucocrates orientés selon la foliation, ondulants et couramment plissés. Localement, on observe des niveaux de leucosome interconnectés et des structures en filet. De nombreux affleurements renferment une proportion plus élevée de leucosome; il est alors difficile, voir impossible, d’identifier le protolite, particulièrement lorsqu’on est en présence de diatexite. Les structures en radeaux et la présence de schlierens sont alors communes.

La diatexite contient de nombreux radeaux de largeur décimétrique à métrique constitués principalement d’orthogneiss, similaires à ceux du Complexe d’Ungava, de diorite (Suite de Ralleau) et de paragneiss (Suite de False) en proportion moindre. Le néosome renferme 5 et 20 % de schlierens de biotite. Au microscope, la granulométrie est variable et de gros grains d’origine ignée alternent avec des amas ou des rubans plus finement recristallisés. Le quartz en grandes plages xénomorphes et à extinction roulante forme 20 à 40 % de la roche, alors que le feldspath potassique représente jusqu’à 30 % du total. Les schlierens comprennent aussi une quantité non négligeable de minéraux accessoires qui sont, en ordre d’importance, l’épidote, le sphène, le zircon, la muscovite, la hornblende, les minéraux opaques, l’apatite, la chlorite et l’allanite.

Épaisseur et distribution

Le Complexe de Qurlutuq couvre une superficie de 1992 km2 dans le Domaine lithotectonique de Baleine, principalement dans le secteur central du domaine.

Datation

Les âges archéens compris entre 2855 et 2756 Ma (Augland et al., 2015) obtenus pour un échantillon de migmatite sont similaires à ceux obtenus dans les gneiss du Complexe d’Ungava (2843 à 2651 Ma). Ceci vient appuyer l’hypothèse que les migmatites dérivent de la fusion partielle des gneiss archéens. Le traitement des données a mis en évidence trois modes à 2834 ±6 Ma, 2809 ±7 Ma et 2772 ±9 Ma. Augland et al. (2015) mentionne que la meilleure hypothèse est que le protolite de la migmatite s’est mis en place autour de 2834 Ma pour ensuite être affecté par un évènement thermique à ~2809 Ma. Bien qu’il ne soit pas exclu qu’un épisode de fusion partielle paléoprotérozoïque (de 1,9 à 1,8 Ga) ait affecté les roches migmatitiques du Complexe de Qurlutuq, les résultats analytiques indiquent que cette unité a subi une migmatitisation ancienne à l’archéen. L’âge paléoprotérozoïque est difficile à préciser étant donné qu’il est représenté par de minces surcroissances difficiles à analyser (Jean David, communication personnelle, 2019).

Système isotopiqueMinéralÂge de cristallisation (Ma)(+)(-)Âge d’héritage (Ma)Âge métamorphique (Ma)(+)(-)Référence(s)
U-PbZircon283466 

2809

1900 à 1800

7

 

7

 

Augland et al., 2015

Relations stratigraphiques

Les roches migmatitiques du Complexe de Qurlutuq sont spatialement associées aux gneiss du Complexe d’Ungava, lesquels sont en contact graduel et mal défini. Le rubanement des roches migmatitiques du Complexe de Qurlutuq est par contre irrégulier, ondulant, discontinu et généralement chaotique, ce qui le distingue du rubanement plus rectiligne et régulier des gneiss du Complexe d’Ungava. Les roches du Qurlutuq se trouvent en enclaves et sont injectées par la majorité des unités intrusives paléoprotérozoïques du Domaine de Baleine, particulièrement par les roches de la Supersuite de De Pas et par les intrusions blanchâtres de la Suite d’Aveneau. Les roches de la Suite d’Aveneau s’apparentent au leucosome des migmatites du Complexe de Qurlutuq.

Paléontologie

Ne s’applique pas.

Références

Auteur(s)TitreAnnée de publicationHyperlien (EXAMINE ou Autre)
AUGLAND, L.E. – DAVID, J. – PILOTE, P. – LECLERC, F. – GOUTIER, J. – HAMMOUCHE, H. – LAFRANCE, I. – TALLA TAKAM, F. – DESCHENES, P.-L. – GUEMACHE, M.Datations U-Pb dans les provinces de Churchill et du Supérieur effectuées au Géotop en 2012-2013. Ministère de l’Énergie et des Ressources naturelles, Québec. RP 2015-01, 43 pages.2015RP 2015-01
CHARETTE, B. – LAFRANCE, I. – MATHIEU, G.Géologie de la région du lac Jeannin (SNRC 24B). Ministère de l’Énergie et des Ressources naturelles, Québec.2016Rapport géologique électronique
LAFRANCE, I. – VANIER, M.-A. – CHARETTE, B. Domaine lithotectonique de Baleine, sud-est de la Province de Churchill, Nunavik, Québec, Canada : synthèse de la géologie. Ministère de l’Énergie et des Ressources naturelles, Québec.En préparationBulletin géologiQUE
LAFRANCE, I. – CHARETTE B. – VANIER, M.-A.Sud-est de la Province de Churchill, Nunavik, Québec, Canada : synthèse de la géologie. Ministère de l’Énergie et des Ressources naturelles, Québec.2018BG préliminaire
LAFRANCE, I. – BANDYAYERA, D. – CHARETTE, B. – BILODEAU, C. – DAVID. J.Géologie de la région du lac Brisson (SNRC 24A). Ministère de l’Énergie et des Ressources naturelles, Québec; RG 2015-05, 61 pages.2016RG 2015-05
LAFRANCE, I. – BANDYAYERA, D. – BILODEAU, C.Géologie de la région du lac Henrietta (SNRC 24H). Ministère des Ressources naturelles, Québec; RG 2015-01, 62 pages.2015RG 2015-01
LAFRANCE, I. – SIMARD, M. – BANDYAYERA, D.Géologie de la région du lac Saffray (SNRC 24G-24F). Ministère des Ressources naturelles, Québec; RG 2014-02, 49 pages.2014RG 2014-02
MACHADO, N. – GOULET, N. – GARIEPY, C.U-Pb geochronology of reactivated Archean basement and of Hudsonian Trough. Canadian Journal of Earth Sciences, volume 26, pages 1–15.1989Source
SIMARD, M. – LAFRANCE, I. – HAMMOUCHE, H. – LEGOUIX, C.Géologie de la région de Kuujjuaq et de la Baie d’Ungava (SNRC 24J et 24K). Ministère des Ressources naturelles, Québec; RG 2013-04, 60 pages.2013RG 2013-04
20 octobre 2016