Complexe de Qurlutuq
Étiquette stratigraphique : [arch][ppro]qur
Symbole cartographique : ApPqur
Publiée le

Subdivision(s) informelle(s)

(* la numérotation ne reflète pas nécessairement la position stratigraphique)
ApPqur3 Roches migmatitiques abondamment injectées de granite
ApPqur2 Roches migmatitiques renfermant une proportion importante de tonalite homogène et foliée
ApPqur1 Roches migmatitiques rubanées
Auteur : Simard et al., 2013
Âge : Précambrien / Archéen; Précambrien / Protérozoïque / Paléoprotéroïque
Coupe type :  
Région type : Région de Kuujjuaq et de la baie d’Ungava (SNRC 24J et 24K).
Province géologique : Province de Churchill
Subdivision géologique : Zone noyau
Lithologie : Roches migmatitiques
Type d’unité : Lithodémique
Rang : Complexe
Statut : Unité formelle
Usage : Unité active

Historique

Le Complexe de Qurlutuq est une unité de roches migmatitiques définie par Simard et al. (2013) dans la région de Kuujjuaq et de la baie d’Ungava. Il a été poursuivi vers le sud dans les régions du lac Saffray (Lafrance et al., 2014) et du lac Jeannin (Charette et al., 2016) et au sud-est dans les régions du lac Henrietta et du lac Brisson (Lafrance et al., 2015, 2016).

Description

Le Complexe de Qurlutuq est associé à des zones de faible à moyenne susceptibilité magnétique. Il a été divisé en trois unités informelles par Simard et al. (2013) dans la région de Kuujjuaq et de la baie d’Ungava : 1) une unité de roches migmatitiques rubanées (ApPqur1); 2) une unité constituée de migmatites et d’une proportion importante de tonalite homogène et foliée (ApPqur2); et 3) une unité de migmatite abondamment injectée de granite. Les unités ApPqur2 et ApPqur3 n’ont pas été poursuivies vers le sud et le sud-est par Lafrance et al. (2015, 2016), à l’exception de la bordure nord de la région du lac Saffray (Lafrance et al., 2014), dans le prolongement des unités de Simard et al. (2013).

Complexe de Qurlutuq 1 (ApPqur1) : Roches migmatitiques rubanées

Les migmatites de l’unité ApPqur1 sont hétérogènes et constituées d’au moins 50 % de leucosome. Elles renferment de nombreuses enclaves et des niveaux démembrés de largeur décimétrique à décamétrique composés principalement de gneiss avec un peu de paragneiss et de diorite. À l’exception de certains secteurs situés à proximité des intrusions de la Suite granitique de De Pas, les roches migmatitiques sont en majeure partie de composition tonalitique. Une composition granitique ou une alternance de composition granitique et tonalitique ont été observées de façon plus régulière dans la région du lac Henrietta (Lafrance et al., 2015). Ces auteurs attribuent ce changement de composition à l’importante quantité de gneiss granitique dans cette région. Le néosome de l’unité ApPqur1, peu importe sa composition, est blanchâtre à gris clair et renferme entre 10 et 30 % de schlieren de biotite. La proportion de minéraux felsiques varie également de manière importante. Le quartz en grandes plages xénomorphes et à extinction roulante forme entre 20 et 40 % de la roche, alors que le feldspath potassique représente entre 0 et 30 % du total. Au microscope, la roche a une granulométrie variable avec de gros grains d’origine ignée alternant avec des amas ou rubans plus finement recristallisés. Les schlieren comprennent aussi une quantité non négligeable de minéraux accessoires comprenant, en ordre d’importance, l’épidote, le sphène, le zircon, la muscovite, la hornblende, les minéraux opaques, l’apatite, la chlorite et l’allanite.

Complexe de Qurlutuq 2 (ApPqur2) : Roches migmatitiques renfermant une proportion importante de tonalite homogène et foliée

L’unité ApPqur2 se caractérise par une alternance de migmatites similaires à celles de l’unité ApPqur1 et de niveaux décamétriques à hectométriques de tonalite homogène. Simard et al. (2013) proposent que ces tonalites représentent des niveaux de protolite qui auraient été préservés à la suite des épisodes de déformation et de fusion partielle ayant affecté la Zone noyau au Paléoprotérozoïque. La présence de petits rubans centimétriques de mobilisat dans la tonalite indique qu’elle a tout de même subi un début de fusion partielle. La tonalite est une roche homogène, gris clair à gris blanchâtre, généralement bien foliée, qui renferme de 5 à 20 % de biotite verdâtre. Lorsqu’elle contient plus de 15 % de biotite, la proportion de quartz est un peu moins importante et la composition de la roche se rapproche de celle d’une diorite quartzifère. De beaux grains d’épidote et d’allanite sont presque toujours présents dans la roche.

Complexe de Qurlutuq 3 (ApPqur3) : Roches migmatitiques abondamment injectées de granite

L’unité ApPqur3 est constituée de roches migmatitiques semblables à celles de l’unité ApPqur1, mais fortement injectées par des phases granitiques ou granodioritiques rosâtres, ce qui accentue l’hétérogénéité des affleurements. Cette unité est localisée près du contact avec la Suite granitique de De Pas. Il est probable que les nombreuses injections potassiques qui coupent les roches migmatitiques de l’unité ApPqur3 proviennent de cette suite.

 

Épaisseur et distribution

Le Complexe de Qurlutuq couvre une superficie importante de la Zone noyau, particulièrement dans la région de Kuujjuaq et de la baie d’Ungava (Simard et al., 2013). Les unités ApPqur2 et ApPqur3 n’ont été observées que dans le secteur de Kujjuaaq et de la baie d’Ungava, ainsi que dans son prolongement immédiat dans la partie nord de la région du lac Saffray (Lafrance et al., 2014).

Datation

Une datation U-Pb réalisée sur un échantillon de tonalite homogène de l’unité ApPqur2 a donné un âge archéen de 2663 ±7 Ma, interprété par Simard et al. (2013) comme l’âge de cristallisation de la tonalite. Un âge paléoprotérozoïque mal défini autour de 1818 ±13 Ma est interprété comme l’âge de cristallisation des leucosomes et des granites d’anatexie qui résultent de la fusion partielle à l’origine des migmatites du Qurlutuq. Machado et al., (1989) ont aussi daté une migmatite située en bordure de la baie d’Ungava qu’ils associaient au Batholite de De Pas mais qui, selon Simard et al. (2013), appartiendrait plutôt au Complexe de Qurlutuq. Cette migmatite a donné des âges archéens de 2922, 2779 et 2688 Ma et un âge métamorphique sur monazite de 1808 ±2 Ma. La présence de nombreuses enclaves de gneiss, de même que les âges U-Pb obtenus, laissent croire que ces roches migmatitiques proviendraient de la fusion partielle des gneiss du Complexe d’Ungava. Le leucosome issu de la fusion partielle de ces gneiss aurait cristallisé entre 1820 et 1805 Ma (Simard et al., 2013).

Système isotopique Minéral Subdivision informelle Âge de cristallisation (Ma) (+) (-) Âge d’héritage (Ma) Âge métamorphique (Ma) (+) (-) Référence(s)
U-Pb Zircon ApPqur2 2663 7 7 1818 13 13 Davis et al., 2014

Relations stratigraphiques

Les roches migmatitiques du Complexe de Qurlutuq sont spatialement associées aux gneiss du Complexe d’Ungava avec lesquels elles sont en contact graduel et mal défini. Le rubanement des roches migmatitiques du Complexe de Qurlutuq est par contre irrégulier, ondulant, discontinu et souvent chaotique, ce qui le distingue du rubanement plus rectiligne et régulier des gneiss du Complexe d’Ungava. Les roches du Qurlutuq se retrouvent en enclaves et sont injectées par la majorité des unités intrusives paléoprotérozoïques de la Zone noyau, particulièrement par les roches du Batholite de De Pas et par les intrusions blanchâtres de la Suite d’Aveneau. Les roches de la Suite d’Aveneau s’apparentent au leucosome des migmatites du Complexe de Qurlutuq. Simard et al. (2013) mentionnent que la Suite d’Aveneau pourrait correspondre à une phase évoluée et tardive reliée au phénomène de fusion à l’origine du Complexe de Qurlutuq.

Paléontologie

Ne s’applique pas.

Références

Auteur(s) Titre Année de publication Hyperlien (EXAMINE ou Autre)
CHARETTE, B. – LAFRANCE, I. – MATHIEU, G. Géologie de la région du lac Jeannin (SNRC 24B). Ministère de l’Énergie et des Ressources naturelles, Québec. 2016

Rapport géologique électronique

LAFRANCE, I. – BANDYAYERA, D. – CHARETTE, B. – BILODEAU, C. – DAVID. J. Géologie de la région du lac Brisson (SNRC 24A). Ministère de l’Énergie et des Ressources naturelles, Québec; RG 2015-05, 61 pages. 2016 RG 2015-05
LAFRANCE, I. – BANDYAYERA, D. – BILODEAU, C. Géologie de la région du lac Henrietta (SNRC 24H). Ministère des Ressources naturelles, Québec; RG 2015-01, 62 pages. 2015 RG 2015-01
LAFRANCE, I. – SIMARD, M. – BANDYAYERA, D. Géologie de la région du lac Saffray (SNRC 24G-24F). Ministère des Ressources naturelles, Québec; RG 2014-02, 49 pages. 2014 RG 2014-02
MACHADO, N. – GOULET, N. – GARIEPY, C U-Pb geochronology of reactivated Archean basement and of Hudsonian Trough. Canadian Journal of Earth Sciences, volume 26, pages 1-15. 1989 Source
SIMARD, M. – LAFRANCE, I. – HAMMOUCHE, H. – LEGOUIX, C. Géologie de la région de Kuujjuaq et de la Baie d’Ungava (SNRC 24J et 24K). Ministère des Ressources naturelles, Québec; RG 2013-04, 60 pages. 2013 RG 2013-04
20 octobre 2016