English
 
Complexe de Nanuk
Étiquette stratigraphique : [arch][ppro]nuk
Symbole cartographique : ApPnuk
 

Première publication :  
Dernière modification : 

 

 

 

Subdivision(s) informelle(s)
La numérotation ne reflète pas nécessairement la position stratigraphique.
 
ApPnuk2 Migmatite stromatique ou à schlierens
ApPnuk1 Tonalite et diorite quartzifère rubanées
ApPnuk1a Tonalite et diorite quartzifère homogènes
 
Auteur(s) :
Vanier et Lafrance, 2020
Âge :
Archéen à Paléoprotérozoïque 
Stratotype :
Aucun
Région type :
Région de la rivière Guichaud (feuillet SNRC 35K01)
Province géologique :
Subdivision géologique :
Orogène de l’Ungava / Domaine lithotectonique de Kovik
Lithologie : Gneiss et migmatite
Catégorie :
Lithodémique
Rang :
Complexe
Statut : Formel
Usage : Actif

 

 

Unité(s) apparentée(s)
 
Aucune
 

 

 

Historique

Le Complexe de Nanuk a été introduit dans la région du lac Sirmiq (Vanier et Lafrance, 2020) afin de regrouper les roches felsiques à intermédiaires, d’aspect gneissique ou migmatitique, du Domaine lithotectonique de Kovik.

 

Description

Complexe de Nanuk 1 (ApPnuk1) : Tonalite et diorite quartzifère rubanées

La tonalite et la diorite quartzifère ont un aspect rubané et montrent un début de ségrégation des minéraux ferromagnésiens et felsiques. Cette gneissosité est accentuée par la présence de 5 à 10 % de rubans blanchâtres millimétriques à centimétriques, possiblement du leucosome. L’unité ApPnuk1 est équigranulaire, à grain moyen et fin, bien foliée et gris moyen à clair. Des niveaux décimétriques plus homogènes sans rubanement (similaires à la roche de l’unité ApPnuk1a) sont couramment observés en affleurement. De la diorite à hornblende et biotite est aussi observée en niveaux décimétriques à centimétriques. La granulométrie du leucosome est plus élevée que le reste de la roche. Il est en contact diffus avec la tonalite ou la diorite quartzifère. Il peut aussi se présenter en amas. Localement, il renferme des cristaux grossiers de hornblende.

La tonalite et la diorite quartzifère renferment 15 à 27 % de quartz, <5 % de feldspath potassique et 7 à 12 % de minéraux ferromagnésiens. La biotite est toujours en proportion plus importante que la hornblende, cette dernière pouvant même être localement absente. Le microcline forme de fins cristaux interstitiels et ceux-ci sont plus nombreux dans les rubans de leucosome. En lame mince, la fabrique générale est partiellement granoblastique à interlobée. Le quartz forme de grands cristaux allongés à extinction ondulante. La biotite est lépidoblastique et faiblement altérée en chlorite. L’épidote, le sphène, les minéraux opaques, l’apatite et le zircon représentent les phases accessoires.

Complexe de Nanuk 1a (ApPnuk1a) : Tonalite et diorite quartzifère homogènes

En plus de former des niveaux décimétriques dans l’unité ApPnuk1, la sous-unité ApPnuk1a peut représenter la lithologie dominante de certains affleurements. Cette tonalite ou diorite quartzifère représente des secteurs où la roche est plus homogène et sans rubanement. La roche est équigranulaire, à grain fin, foliée et gris moyen-clair. Elle renferme ~20 % de quartz et 15 % de minéraux ferromagnésiens, lesquels sont dominés par la biotite,  mais comprenant aussi 2 à 3 % de hornblende. Les observations au microscope sont semblables à celles de l’unité ApPnuk1. La muscovite rétrograde et les carbonates sont aussi présents accessoirement.

 

Complexe de Nanuk 2 (ApPnuk2) : Migmatite stromatique ou à schlierens

La migmatite de l’unité ApPnuk2 est stromatique ou à schlierens et quartzodioritique, tonalitique ou dioritique. Elle comprend des zones essentiellement à biotite en contact diffus avec des zones à hornblende. Cette migmatite est interprétée pas Vanier et Lafrance (2020) comme étant dérivée de la fusion partielle de la tonalite et de la diorite quartzifère de l’unité ApPnuk1. La foliation est très ondulante et le pourcentage de fusion varie grandement. Les minéraux ferromagnésiens forment soit des amas faiblement alignés dans la foliation, ou encore des schlierens. La fabrique est inéquigranulaire et le quartz est amiboïde et forme des sous-grains. On observe les mêmes minéraux accessoires que dans l’unité ApPnuk1.

 

Épaisseur et distribution

Le Complexe de Nanuk a pour l’instant était reconnu seulement dans la partie sud du feuillet 35K01 (Vanier et Lafrance, 2020), dans le Domaine lithotectonique de Kovik. Il dessine des bandes de quelques centaines de mètre à quelques kilomètres de largeur orientées NE-SW à NW-SE. Son extension vers l’est et le sud sera davantage précisée lors des futurs travaux de terrain.

Datation

Aucune.

Relation(s) stratigraphique(s)

Les unités du Complexe de Nanuk sont localement injectées par un granite grossier à pegmatitique, possiblement associé à la Suite de Nunatak. Ces injections se sont mises en place sous forme de dykes ou en rubans centimétriques à décimétriques subparallèles à la foliation. Le Complexe de Nanuk semble aussi être coupé par la granodiorite de la Suite d’Arviq, bien que les contacts ne soient pas toujours clairs entre ces deux unités.

Paléontologie

Ne s’applique pas. 

Références

Publications accessibles dans SIGÉOM Examine

VANIER, M.-A., LAFRANCE, I. 2020. Géologie de la région du lac Sirmiq, Orogène de l’Ungava, Nunavik, Québec, Canada. MERN. BG 2020-02, 1 plan.

 

 

Citation suggérée

Ministère de l’Énergie et des Ressources naturelles (MERN). Complexe de Nanuk. Lexique stratigraphique du Québec. http://gq.mines.gouv.qc.ca/lexique-stratigraphique/province-de-churchill/complexe-de-nanuk [cité le jour mois année].

 

Collaborateurs

Première publication

Isabelle Lafrance, géo., M. Sc. isabelle.lafrance@mern.gouv.qc.ca; Marc-Antoine Vanier, ing. jr, M. Sc. marc-antoine.vanier@mern.gouv.qc.ca (rédaction)

Mehdi A. Guemache, géo., Ph. D. (coordination); Benoit Charette, géo., M. Sc. (lecture critique); Simon Auclair, géo., M. Sc. (révision linguistique); Céline Dupuis, géo., Ph. D. (version anglaise); Yan Carette (montage HTML). 

 
23 octobre 2020