English
 
Complexe de Fougeraye
Étiquette stratigraphique : [ppro]fog
Symbole cartographique : pPfog

Première publication:  
Dernière modification:

 

 

 

 

Subdivision(s) informelle(s)
La numérotation ne reflète pas nécessairement la position stratigraphique.
 
pPfog2 Tonalite et granite d’anatexie
pPfog2a Tonalite et granite hétérogènes riches en schlierens de biotite
pPfog1 Roches migmatitiques rubanées
 
Auteur :Mathieu et al., 2018
Âge :Paléoprotérozoïque
Coupe type : 
Région type :Région de la rivière Koroc (feuillet SNRC 24I)
Province géologique :Province de Churchill
Subdivision géologique :Zone noyau
Lithologie :Roches migmatitiques
Type :Lithodémique
Rang :Complexe
Statut :Formel
Usage :Actif

 

 

 

 

Historique

Le Complexe de Fougeraye a été introduit par Mathieu et al. (2018) dans la région de la rivière Koroc afin de regrouper les roches migmatitiques et les intrusions blanchâtres, représentant possiblement le produit de la fusion des gneiss du Complexe de Kangiqsualujjuaq (ApPkan). Les zones migmatitiques de l’ensemble de la Zone noyau avaient préalablement été assignées au Complexe de Qurlutuq par Simard et al. (2013), Lafrance et al. (2014, 2015, 2016) et Charette et al. (2016). Toutefois, dans le cadre de la synthèse du sud-est de la Province de Churchill, différents blocs lithotectoniques ont été identifiés et il apparait que les gneiss (et les migmatites qui en découlent) observés à l’est de la Zone de cisaillement de Moonbase sont distincts de ceux identifiés dans la région de Kuujjuaq et de la baie d’Ungava, à l’ouest de la Zone de cisaillement de la rivière George.

Description

Le Complexe de Fougeraye a été divisé en deux unités informelles: une unité de roches migmatitiques rubanées (pPfog1) et une unité de tonalite et de granite d’anatexie (pPfog2). 

Complexe de Fougeraye 1 (pPfog1) : Roche migmatitiques rubanées

Les migmatites de l’unité pPfog1 sont le plus souvent à structure stromatique, constituées d’au moins 50 % de leucosome formant des rubans centimétriques leucocrates et ondulants. Ce leucosome a une composition majoritairement tonalitique mais il peut être localement granitique ou granodioritique. Les migmatites renferment de nombreux radeaux de largeur décimétrique à décamétrique de gneiss de composition variée, similaires à ceux du Complexe de Kangiqsualujjuaq. La variation de composition du leucosome semble reliée à la composition du gneiss affecté par la fusion partielle. Le néosome de l’unité pPfog1, peu importe sa composition, est blanchâtre à gris clair et renferme entre 10 et 30 % de schlierens de biotite ± hornblende. La proportion de minéraux felsiques varie également de manière importante. Le quartz, en grandes plages xénomorphes et à extinction roulante ou en sous-grains, consitue entre 20 et 30 % de la roche, alors que le feldspath potassique représente entre 0 et 50 % du total (mais le plus souvent moins de 6 %). Le quartz forme aussi de petits grains arrondis. Au microscope, la roche a une granulométrie variable avec de gros grains d’origine ignée alternant avec des amas ou rubans plus finement recristallisés. Les schlierens comprennent aussi une quantité non négligeable de minéraux accessoires qui consiste, en ordre d’importance, en épidote (<2 %), apatite (<1 %), sphène, zircon (en inclusions dans la biotite), minéraux opaques et muscovite. Des coeurs d’allanite sont régulièrement observés au sein de l’épidote (pistachite et zoïsite). Des minéraux d’altération tels que la chlorite, la séricite et les carbonates sont localement observés.

Complexe de Fougeraye 2 (pPfog2) : Tonalite et granite d’anatexie

L’unité pPfog2 est constituée de tonalite et de granite blancs massifs à foliés, la foliation étant principalement donnée par l’alignement des schlierens de biotite ± hornblende (environ 5 % de minéraux mafiques). Elle renferme jusqu’à 15 % d’enclaves centimétriques à décimétriques de gneiss du Complexe de Kangiqsualujjuaq, de migmatites de l’unité pPfog1 et de gabbro et gabbronorite de la Suite de Nuvulialuk (pPnuv). La plupart de ces enclaves montrent une déformation antérieure à la mise en place de la roche intrusive. L’unité pPfog2 renferme également des amas et des poches irrégulières, décimétriques à décamétriques, de pegmatite blanchâtre en contact diffus. La granulométrie est hétérogène et on observe des amas de grains fins à grossiers. La répartition des minéraux est souvent inégale, ceux-ci formant de grandes plages monominéraliques. Des microstructures réactionnelles aux contacts des grains, ainsi que des structures antiperthitiques et myrmékitiques sont fréquemment observées en lame mince. Le quartz (30 à 35 %) est xénomorphe et montre une extinction roulante prononcée. Les minéraux accessoires, peu abondants, consistent en muscovite (1 à 3 %), minéraux opaques, sphène, épidote et zircon.

 

Complexe de Fougeraye 2a (pPfog2a) : Tonalite et granite hétérogènes riches en schlierens de biotite

La sous-unité pPfog2a correspond à des secteurs où les intrusions blanchâtres du Fougeraye sont plus hétérogènes en raison de la présence de nombreuses enclaves partiellement assimilées et de 10 à 30 % de schlierens de biotite ± hornblende dans la roche. Dans ces secteurs hétérogènes, les échantillons s’apparentent aux roches migmatitiques de l’unité pPfog1, toutefois on n’observe pas vraiment de rubanement en affleurements ni en cassure fraîche. Les minéraux accessoires comprennent l’allanite, la chlorite, l’apatite, la muscovite, le zircon et la tourmaline.

Épaisseur et distribution

Le Complexe de Fougeraye couvre une superficie importante dans les régions du lac Henrietta (Lafrance et al., 2015), du lac Brisson (Lafrance et al., 2016), de la rivière Koroc et de Pointe Le Droit (Mathieu et al., 2018). Il est limité à l’ouest par la Zone de cisaillement de Moonbase, qui vient buter au nord contre la Zone de cisaillement de la rivière George, et à l’est par le Couloir de déformation de Blumath. L’unité pPfog1 est la plus importante et forme des bandes de plusieurs kilomètres de largeur suivies sur plusieurs kilomètres de longueur. L’unité pPfog2 forme des intrusions de dimensions plus restreintes.

Datation

Les résultats préliminaires de datation U-Pb sur l’échantillon 17-MV-1227 ont donné un âge de cristallisation autour de 1829 Ma (David, communication personnelle), soit synchrone à l’Orogène des Torngat (1885 à 1800 Ma; Charette, 2016). L’âge archéen du protolite tend à confirmer que le Complexe de Fougeraye dérive de la fusion du socle gneissique. 

Système isotopiqueMinéralÂge de cristallisation (Ma)(+)(-)Âge d’héritage (Ma)(+)(-)Référence(s)
U-PbZircon18296,26,227881212David, communication personnelle

 

Relation(s) stratigraphique(s)

Les roches migmatitiques du Complexe de Fougeraye sont spatialement associées aux gneiss du Complexe de Kangiqsualujjuaq avec lesquels elles sont en contact graduel et mal défini. Le rubanement des roches migmatitiques de l’unité pPfog1 est irrégulier, ondulant, discontinu et souvent chaotique, ce qui le distingue du rubanement plus rectiligne et régulier des gneiss. Les roches intrusives de l’unité pPfog2 s’apparentent au leucosome des migmatites de l’unité pPfog1 et pourraient correspondre à une phase évoluée et tardive (granite d’anatexie) reliée au phénomène de fusion à l’origine du Complexe de Fougeraye. Les roches du Fougeraye renferment des enclaves de gneiss du Complexe de Kangiqsualujjuaq et sont interprétées comme le résultat de la fusion partielle de ces gneiss. Le changement de composition, de tonalite à granite, peut être relié à la composition même des gneiss du Complexe de Kangiqsualujjuaq.

Paléontologie

Ne s’applique pas. 

Références

Auteur(s)TitreAnnée de publicationHyperlien (EXAMINE ou Autre)
CHARETTE, B.Long-lived Anatexis in the Exhumed Middle Crust from the Torngat Orogen and Eastern Core Zone: Constraints from Geochronology, Petrochronology, and Phase Equilibria Modeling. Master Thesis, University of Waterloo, 418 pages.2016Source
CHARETTE, B. – LAFRANCE, I. – MATHIEU, G.Géologie de la région du lac Jeannin (SNRC 24B). Ministère de l’Énergie et des Ressources naturelles, Québec.2016Rapport géologique électronique
LAFRANCE, I. – BANDYAYERA, D. – BILODEAU, C.Géologie de la région du lac Henrietta (SNRC 24H). Ministère des Ressources naturelles, Québec; RG 2015-01, 62 pages.2015RG 2015-01
LAFRANCE, I. – BANDYAYERA, D. – CHARETTE, B. – BILODEAU, C. – DAVID. J.Géologie de la région du lac Brisson (SNRC 24A). Ministère de l’Énergie et des Ressources naturelles, Québec; RG 2015-05, 61 pages.2016RG 2015-05
LAFRANCE, I. – SIMARD, M. – BANDYAYERA, D.Géologie de la région du lac Saffray (SNRC 24G-24F). Ministère des Ressources naturelles, Québec; RG 2014-02, 49 pages.2014RG 2014-02
MATHIEU, G. – LAFRANCE, I. – VANIER, M.A.Géologie de la région de Pointe le Droit, sud-est de la Province de Churchill, Nunavik, Québec, Canada. Ministère de l’Énergie et des Ressources naturelles, Québec.2018Bulletin géologiQUE
SIMARD, M. – LAFRANCE, I. – HAMMOUCHE, H. – LEGOUIX, C.Géologie de la région de Kuujjuaq et de la Baie d’Ungava (SNRC 24J et 24K). Ministère des Ressources naturelles, Québec; RG 2013-04, 60 pages.2013RG 2013-04

 

 

17 avril 2018