Formation de Neuville
Étiquette stratigraphique : [ordm]nv
Symbole cartographique : Omnv

Première publication :  
Dernière modification :

 

 

Subdivision(s) informelle(s)
La numérotation ne reflète pas nécessairement la position stratigraphique.
 
Aucune
 
Auteur :
Clark, 1959
Âge :
Ordovicien moyen
Stratotype :
Coupes (1) du Membre de Saint-Casimir et des lits supérieurs de la Formation de Deschambault le long du chemin de fer, 2,4 km au NE du quai de Neuville, et (2) des membres de Grondines et de Saint-Casimir le long de la rive du fleuve Saint-Laurent en amont et en aval du quai de Neuville (base de la coupe 520 m à l’est du quai) décrites par Clark et Globensky (1973)
Région type :
Région de Neuville (Feuillet SNRC 21L12)
Province géologique :
Plate-forme du Saint-Laurent
Subdivision géologique :
Plate-forme des Basses-Terres du Saint-Laurent
Lithologie :Calcaire noir avec joints argileux, bentonite
Type :
Lithostratigraphique
Rang :
Formation
Statut :Formel
Usage :Actif

 

 

Historique

Clark (1959) introduit les noms de « Neuville » et de « Saint- Casimir » pour définir une coupe du Groupe de Tren­ton reposant sur la Formation de Deschambault, dans la région de Neuville (feuillet 21L12). Ainsi présentée, la « Formation de Saint-Casimir » repose sur celle de Deschambault et est suivie par la Formation de Neuville. Il suggère, advenant une division de la Formation de Neuville, que ce terme soit gardé pour le Groupe de Trenton moyen et que le terme « Grondines » s’applique au Groupe de Trenton supérieur. Clark et Globensky (1973, 1975, 1976) utilisent le terme Formation de Neuville pour définir la lithologie entre la Formation de Deschambault et le Shale d’Utica, et divisent cette formation en Membre de Saint-Casimir (inférieur) et en Membre de Grondines (supérieur). Lors d’une révision de la Formation de Neuville, Globensky et Jauffred (1971) abaissent de 21 m le contact entre les membres de Saint-Casimir et de Grondines à la coupe type le long du fleuve Saint-Laurent. Le nom fait référence à la ville de Neuville, région où les coupes types ont été définies (Clark et Globensky, 1973).

 

Description

La Formation de Neuville consiste en lits de calcaire de 1 à 15 cm séparés par des lits minces de shale (Clark et Globensky, 1973; Globensky, 1993). Le calcaire, en général compact, est semi-lithographique dans la partie inférieure, avec seulement quelques lits à texture cristalline. Dans son ensemble, la formation n’est pas riche en fossiles, mais certains lits en contiennent un grand nombre, particulièrement des trilobites et des brachiopodes. La formation est divisée en deux membres : a) le Membre de Saint-Casimir à la base; et b) le Membre de Grondines au sommet. Le premier se caractérise par un plus grand pourcentage de calcaire semi-lithographique, et le deuxième, par un plus fort pourcentage d’interlits de shale.

Deux coupes ont été décrites par Clark et Globensky (1973) : une coupe du Membre de Saint-Casimir et des lits supérieurs de la Formation de Deschambault le long du chemin de fer, 2,4 km au NE du quai de Neuville, et une coupe des membres de Grondines et de Saint-Casimir le long de la rive du fleuve Saint-Laurent en amont et en aval du quai de Neuville, dont la base est située 520 m à l’est du quai.

 

 

Formation de NeuvilleMembre de GrondinesSommet du membre de Grondines.111,2 m
Calcaire rendu onduleux par la météorisation. Abondants fragments de céphalopodes.111,2 m
Calcaire à chert, fréquents passées argileuses.111,0 m
Calcaire argileux de couleur foncée en lits de 5 à 10 cm avec passées argileuses de 2,5 cm d’épaisseur.101,2 m
Idem, mais avec des passées argileuses de 2,5 à 7,5 cm d’épaisseur.95,1 m
Calcaire lithographique; rare dans la partie supérieure de la coupe.90,6 m
Calcaire argileux de couleur foncée en lits de 5 à 10 cm avec passées argileuses de 2,5 cm d’épaisseur.90,4 m
Calcaire noduleux en lits allant jusqu’à 5 cm.86,6 m
Calcaire cristallin, à grain grossier, gris pâle.85,4 m
Calcaire noduleux cristallin, de couleur foncée, en lits minces et épais.85,3 m
Calcaire impur, à surface d’altération très irrégulière. Rafinesquina deltoidea est fréquent.84,1 m
Calcaire chimique, pur, en lits de 2,5 à 3,8 cm.79,7 m
Calcaire impur en lits de 5 à 15 cm d’épaisseur.79,5 m
Calcaire de couleur foncée à surface d’altération irrégulière.78,0 m
Calcaire en lits épais, allant jusqu’à 20 cm, avec joints de schistes argileux mal définis.77,3 m
Calcaire argileux avec interlits minces de schiste argileux. Les lits de calcaire pur sont rares. Les grandes surfaces plates avec le radeau de plongée sont au sommet de cette épaisseur.75,3 m
Surtout du calcaire chimique, avec calcaire impur et noduleux formant une petite falaise qui renferme un lit de 53,3 cm d’épaisseur.70,6 m
Calcaire principalement chimique formant une surface uniforme en face de l’hôtel.68,0 m
Calcaire à lits minces et épais avec des passées argileuses allant jusqu’à 7,5 cm d’épaisseur. Les lits deviennent plus minces vers le sommet et les passées argileuses moins fréquents. Nombreux trous, Rafinesquina deltoides et R. alternata très fréquents dans quelques lits. Aucun type de calcaire chimique ou cristallin pur n’a été observé. Cette séquence forme une falaise de 4,8 m de hauteur.65,2 m
Calcaire affleurant en majorité en lits minces sur le rivage.60,4 m
Lit bréchique. Les lits au-dessus et au-dessous ne sont pas affectés.53,2 m
Calcaire presque pur avec de minces passées argileuses. Au sommet de cette épaisseur se trouve une grande surface à pendage vers l’ouest.52,9 m
Calcaire cristallin impur, argileux à altération floconneuse.50,9 m
Calcaire chimique presque pur avec quelques passées argileuses.49,5 m
Calcaire lithographique gris foncé.46,5 m
Calcaire impur en lits de 5 à 7,5 cm d’épaisseur avec des passées argileuses de 5 cm d’épaisseur avec altération brunâtre.46,3 m
Calcaire à chert, avec fractures d’éclatement.43,0 m
Calcaire à chert en lits de 5 à 7,5 cm d’épaisseur; un lit de schiste argileux de 15 cm d’épaisseur.42,1 m
Calcaire impur, avec des passées argileuses de 2,5 à 5 cm d’épaisseur.40,8 m
Calcaire impur, noduleux, de couleur foncée, à grain fin, en lits de 5 cm d’épaisseur. Très fossilifère. Bien exposé au sommet du rivage à marée basse. Moins visible lorsque balayé par la marée. Cryptolithus triplecia nuclea et Ceraurus pleurexanthèmus lorettenesis sont spécialement abondants.39,7 m
Calcaire en lits de 15 cm d’épaisseur. Apparence nodulaire due probablement à la déposition originale.38,9 m
Calcaire presque lithographique en lits de 5 à 7,5 cm d’épaisseur avec des passées argileuses de 2,5 à 5 cm d’épaisseur.37,9 m
Calcaire schisteux à Cryptolithus. Base de la zone à Cryptolithus lorettensis du Membre de Grondines.36,8 m
Manquant.36,5 m
Calcaire à grain fin, gris, à lits minces.36,2 m
Calcaire fossilifère, cristallin, à grain grossier, gris, en lits épais.35,4 m
Manquant.35,1 m
Calcaire cristallin, nodulaire, gris foncé.34,1 m
Manquant.33,1 m
Calcaire lithographique brunâtre à passées argileuses très minces. Ici et là, de minces lits de calcaire cristallin et fossilifère.32,6 m
Base de la coupe à l’ouest du quai. Sommet de la coupe à l’est du quai.26,8 m
Calcaire chimique gris moyen à foncé.26,8 m
Calcaire schisteux en lits épais (15 cm) et minces (5 cm) avec des passées argileuses. Des lits de calcaire lithographique sont présents.25,5 m
Calcaire cristallin et argileux de couleur foncée.23,9 m
Même chose avec lits de calcaire lithographique et à grain fin interstratifiés.23,2 m
Lits épais de calcaire à grain fin.21,0 m
Calcaire en lits minces, profondément altéré.18,3 m
Calcaire en lits épais.15,8 m
Calcaire et schiste argileux de couleur brune, interstratifiés en lits de 5 à 20 cm d’épaisseur.12,5 m
Membre de Saint-CasimirCalcaire cristallin, à grain fin, gris foncé, avec une petite quantité de calcaire brunâtre.11,9 m
Calcaire impur, cristallin,  à grain fin, gris foncé.9,8 m
Calcaire presque lithographique avec quelques bandes de calcaire cristallin de 1,3 cm d’épaisseur.9,2 m
Calcaire cristallin, à grain très fin, de couleur foncée, avec quelques lits de calcaire lithographique.7,1 m
Calcaire lithographique avec quelques passées argileuses.4,4 m
Calcaire cristallin, à grain fin, de couleur foncée.3,8 m
Base de la coupe mesurée, 518 m à l’est du quai de Neuville.0,0 m
    
Formation de NeuvilleMembre de Saint-CasimirSommet. Extrémité SW de la tranchée du chemin de fer.27,7
Calcaire presque lithographique, à grain très fin, couleur d’altération crème, très finement lité et, par endroits, à structures entrecroisées. Fréquentes passées argileuses. Les lits individuels sont rarement plus épais que 10 cm. Dans les descriptions qui suivent, ce type sera désigné par la lettre « Y ».27,7
Calcaire cristallin interstratifié avec Y. Abondance de crinoïdes et autres fossiles. D’énormes Isotelus et des tiges translucides, fréquents sur le rivage de Neuville, sont présents ici.26,4
Y, avec passées argileuses.26,1
Y, interstratifié avec une roche cristalline à fragments. Des discordances mineures sont présentes presque à chaque 2,5 cm.22,9
Calcaire cristallin, à fragments, à grain fin, irrégulièrement lité, interstratifié avec Y. Au-dessus de cet horizon, Y prédomine.21,0
Y20,2
Calcaire pâle et foncé au litage irrégulier, avec 2,5 cm de Y.20,0
Calcaire cristallin, grain moyen à fin, en lits de 2,5 à 5 cm d’épaisseur avec des passées argileuses de 0,6 à 1,3 cm d’épaisseur. Un lit de Y de 2,5 cm d’épaisseur.19,5
Divers types de calcaire, à litage irrégulier.17,4
Calcaire cristallin à fragments, interstratifié avec une plus petite quantité de Y, ce dernier ne dépassant jamais 15 cm d’épaisseur.16,8
Calcaire argileux à grain fin, en lits de 2,5 à 5 cm d’épaisseur.13,3
Calcaire cristallin grossier, à structures entrecroisées. Prasopora et crinoïdes à 12,2 m.12,8
Calcaire cristallin et Y interstratifiés.11,4
Calcaire finement et uniformément lité, interstratifié avec un calcaire cristallin à grain moyen.9,6
Calcaire à grain moyen et grossier et à structures entrecroisées.9,4
Y, à sa position la plus basse.7,3
Formation de Deschambault Calcaire cristallin à grain fin, moyen et grossier et à structures entrecroisées.7,2
Calcaire à grain très fin.3,7
Calcaire cristallin à grain très grossier et à structures entrecroisées. Prasopora et Rafinesquina très fréquents.3,6
Calcaire à grain fin, très finement lité, en lits jusqu’à 2,5 cm d’épaisseur.3,2
Calcaire cristallin à grain grossier et fin. Prasopora fréquent.2,7
Base de la coupe.0,0

 

Les sédiments de la Formation de Neuville se sont déposés dans un environnement de faible énergie, sur un plateau continental augmentant en profondeur vers le large et se sont accumulés principalement par suspension (Harland et Pickerill, 1982). Dans la région de Baie-Saint-Paul et La Malbaie (feuillets 21M07 à 21M09), la Formation de Neuville consiste presque entièrement en calcaire micritique gris à gris foncé, à litage régulier, massif ou à laminations parallèles (Harland et Pickerill, 1982). La différence majeure observée pour la Formation de Neuville dans ce secteur est la présence de nombreux lits déformés par glissement et éboulement, ce qui suggère de plus grandes instabilités et une subsidence dans l’environnement de déposition.

Épaisseur et distribution

La Formation de Neuville peut être observée au nord du fleuve Saint-Laurent, de façon quasi continue de Trois-Rivières (feuillets 31I06-31I07) jusqu’à Beaupré (feuillet 21L14). Son épaisseur varie de 87 à 187 m, le maximum étant situé dans la région de Trois-Rivières (Clark et Globensky, 1973, 1975; Globensky, 1993). La formation est également présente dans les régions de Baie-Saint-Paul et de La Malbaie où elle affleure de façon discontinue le long de cours d’eau (feuillets 21M07 à 21M10).

Datation

Aucune.

Relation(s) stratigraphique(s)

La Formation de Neuville est l’unité supérieure du Groupe de Trenton dans les régions de Trois-Rivières, Portneuf et Québec; elle y surmonte la Formation de Deschambault. La présence de Cryptolithus lorettensis et de Rafinesquina deltoidea à la base du Membre de Grondines indique que celui-ci fut entièrement déposé durant le Cobourg et peut être corrélé avec la Formation de Tétreauville de la grande région de Montréal (Globensky, 1987, 1993). Le Membre sous-jacent de Saint-Casimir est ainsi d’âge Sherman Fall et peut être corrélé avec le Membre de Saint-Michel de la Formation de Montréal (Clark et Globensky, 1973, 1976; Harland et Pickerill, 1982; Globensky, 1987).

Paléontologie

Les fossiles les plus significatifs sont le Rafinesquina deltoidea et le Cryptolithus lorettensis (Globensky, 1993). D’autres fossiles sont abondants et peuvent être observés le long du rivage de Neuville : Prasopora orien­tales, Isotelus gigas, Ceraurus pleurexanthemus, SowerbyelIa sericea, Paucicrura rogata. De plus, Globensky et Jauffred (1971) ont identifié quatre assemblages de conodontes : 1) assemblage Phragmodus undatus; 2) assemblage Panderodus graciais; 3) assemblage Drepanodus suberectus; et 4) assemblage Periodon grandis.

Références

Publications accessibles dans SIGÉOM Examine

BILODEAU, C., BRUN, J. 2000a. GEOLOGIE 1/20 000, 21L12-200-0101 – SAINT-ÉDOUARD. In : MRNF. 2010. CARTE(S) GÉOLOGIQUE(S) DU SIGEOM – feuillet 21l. CG SIGEOM21L, 43 plans.

BILODEAU, C., BRUN, J. 2000b. GEOLOGIE 1/20 000, 21L12-200-0201 – PORTNEUF. In : MRNF. 2010. CARTE(S) GÉOLOGIQUE(S) DU SIGEOM – feuillet 21l. CG SIGEOM21L, 43 plans.

BILODEAU, C., BRUN, J. 2000c. GEOLOGIE 1/20 000, 21L12-200-0202 – DONNACONA. In : MRNF. 2010. CARTE(S) GÉOLOGIQUE(S) DU SIGEOM – feuillet 21l. CG SIGEOM21L, 43 plans.

BILODEAU, C., BRUN, J. 2001. GEOLOGIE 1/50 000, 21L13 – SAINT-RAYMOND. In : MRNF. 2010. CARTE(S) GÉOLOGIQUE(S) DU SIGEOM – feuillet 21l. CG SIGEOM21L, 43 plans.

BRUN, J. 1974. ETUDE PETROGRAPHIQUE DES FORMATIONS DU BLACK RIVER ET DU TRENTON DU QUEBEC. MRN. DP 248, 24 pages et 4 plans.

BRUN, J. 1975. ETUDE GEOLOGIQUE ET GEOCHIMIQUE DES FORMATIONS DU BLACK RIVER ET DU TRENTON DU QUEBEC. MRN. DP 296, 45 pages et 4 plans.

CLARK, T H., GLOBENSKY, Y. 1973. REGION DE PORTNEUF ET PARTIES DE ST-RAYMOND ET DE LYSTER, COMTES DE PORTNEUF ET DE LOTBINIERE. MRN. RG 148, 117 pages et 1 plan.

CLARK, T H., GLOBENSKY, Y. 1975. REGION DE GRONDINES. MRN. RG 154, 171 pages et 1 plan.

CLARK, T H., GLOBENSKY, Y. 1976. REGION DE TROIS-RIVIERES. MRN. RG 164, 94 pages et 1 plan.

GLOBENSKY, Y. 1987. GEOLOGIE DES BASSES-TERRES DU SAINT-LAURENT. MRN. MM 85-02, 71 pages et 1 plan.

GLOBENSKY, Y. 1993. LEXIQUE STRATIGRAPHIQUE CANADIEN – VOLUME V-B – REGION DES APPALACHES, DES BASSES-TERRES DU SAINT-LAURENT ET DES ILES DE LA MADELEINE. MRN. DV 91-23, 336 pages.

HÉBERT, C., BILODEAU, C. 1999a. GEOLOGIE 1/20 000, 21M07-200-0202 – BAIE-SAINT-PAUL. In : MRNF. 2010. CARTE(S) GÉOLOGIQUE(S) DU SIGEOM – feuillet 21m. CG SIGEOM21M, 23 plans.

HÉBERT, C., BILODEAU, C. 1999b. GEOLOGIE 1/20 000, 21M09-200-0101 – SAINT-HILARION. In : MRNF. 2010. CARTE(S) GÉOLOGIQUE(S) DU SIGEOM – feuillet 21m. CG SIGEOM21M, 23 plans.

HÉBERT, C., BILODEAU, C. 1999c. GEOLOGIE 1/20 000, 21M09-200-0102 – SAINT-IRENEE. In : MRNF. 2010. CARTE(S) GÉOLOGIQUE(S) DU SIGEOM – feuillet 21m. CG SIGEOM21M, 23 plans.

HÉBERT, C., BILODEAU, C. 1999d. GEOLOGIE 1/20 000, 21M09-200-0201 – NOTRE-DAME-DES-MONTS. In : MRNF. 2010. CARTE(S) GÉOLOGIQUE(S) DU SIGEOM – feuillet 21m. CG SIGEOM21M, 23 plans.

HÉBERT, C., BILODEAU, C. 1999e. GEOLOGIE 1/20 000, 21M09-200-0202 – LA MALBAIE. In : MRNF. 2010. CARTE(S) GÉOLOGIQUE(S) DU SIGEOM – feuillet 21m. CG SIGEOM21M, 23 plans.

LACOSTE, P., HÉBERT, C., BILODEAU, C. 1999. GEOLOGIE 1/50 000, 21M08 – ILES AUX COUDRES. In : MRNF. 2010. CARTE(S) GÉOLOGIQUE(S) DU SIGEOM – feuillet 21m. CG SIGEOM21M, 23 plans.

MRNF 2009a. GEOLOGIE 1/50 000, 31I02 – YAMASKA. In : MRNF. 2010. CARTE(S) GÉOLOGIQUE(S) DU SIGEOM – feuillet 31i. CG SIGEOM31M, 16 plans.

MRNF 2009bb. GEOLOGIE 1/50 000, 31I07 – TROIS-RIVIÈRES. In : MRNF. 2010. CARTE(S) GÉOLOGIQUE(S) DU SIGEOM – feuillet 31i. CG SIGEOM31M, 16 plans.

MRNF 2009c. GEOLOGIE 1/50 000, 31I08 – BÉCANCOUR. In : MRNF. 2010. CARTE(S) GÉOLOGIQUE(S) DU SIGEOM – feuillet 31i. CG SIGEOM31M, 16 plans.

MRNF 2009d. GEOLOGIE 1/50 000, 31I09 – GRONDINES. In : MRNF. 2010. CARTE(S) GÉOLOGIQUE(S) DU SIGEOM – feuillet 31i. CG SIGEOM31M, 16 plans.

 

Autres publications

CLARK, T.H. 1959. Stratigraphy of the Trenton Group, St. Lawrence Lowlands, Quebec. Association géologique du Canada; proceedings 1959, pages 13-21.

GLOBENSKY, Y., JAUFFRED, J.C.N. 1971. Stratigraphic distribution of conodonts in the Middle Ordovician Neuville section of Quebec. Geological Association of Canada, proceedings; volume 23, pages 43-68.

HARLAND, T.L., PICKERILL, R.K. 1982. A review of Middle Ordovician sedimentation in the St. Lawrence Lowland, eastern Canada. Geological Journal; volume 17, pages 135-156. https://doi.org/10.1002/gj.3350170205

 

 

 

14 juin 2019