2017-DT-5144A
 
Lithologie : Gneiss tonalitique
Unité stratigraphique : Complexe de la Hutte (Ahue1)

Publiée le :  
 

 

 

Numéro d’échantillon : 2017-DT-5144A
Lithologie : Gneiss tonalitique
Âge 1 (évènement) : 2804,6 ±5,1 Ma (métamorphisme)
Âge 2 (évènement) : 2952,2 ±3,8 Ma (protolite)
Âge 3 (évènement) : 2676,3 ±4,7 Ma (perturbation thermique)
Province géologique : Province du Supérieur
Subdivision géologique : Sous-province de Nemiscau
Unité stratigraphique : Complexe de la Hutte (Ahue1)
Feuillet SNRC : 32N09
Zone UTM NAD 83 : 18
Estant : 420078
Nordant : 5712538
Méthode d’analyse :

LA-HR-ICP-MS sur zircons (méthode d’analyse décrite dans le MB 2020-05, pages 29 et 30)

 

 

 

Géologie et description de l’échantillon

Le Complexe de la Hutte (Ahue) regroupe un ensemble de roches gneisso-plutoniques qui émergent au sein de la séquence volcano-sédimentaire de la Ceinture du Lac des Montagnes (CLM). Il est constitué de gneiss tonalitique à localement granitique. L’échantillon provient d’un affleurement de gneiss tonalitique coupé par un granite rose, massif et moyennement à grossièrement grenu.

 

 

 

Objectif de l’analyse géochronologique

Les gneiss tonalitiques du Complexe de la Hutte forment des dômes qui émergent au sein des roches supracrustales du Groupe du Lac des Montagnes et de la Formation de Voirdye, dans la CLM. Le Complexe de la Hutte est interprété comme un socle archéen sur lequel se sont déposées ces roches supracrustales. La datation de cet échantillon devrait permettre de vérifier cette hypothèse. Elle vise aussi à comparer l’âge du socle tonalitique de la CLM à ceux des sous-provinces d’Opatica et de La Grande adjacentes.
 

Géochronologie

Les zircons récupérés de cet échantillon forment des prismes allongés à section carrée et à terminaisons simples. Ils sont généralement brun foncé et montrent couramment une partie centrale plus claire ou à structure floue. Ces cristaux prismatiques sont communément entourés d’une surcroissance. On identifie aussi des cristaux incolores à section hexagonale et à terminaisons allongées, ainsi que des prismes courts plus ou moins ovoïdes et très foncés.

En cathodoluminescence, les cristaux présentent des structures internes variées. Les cristaux prismatiques sont peu luminescents. Ils montrent une portion interne caractérisée par un zonation par secteur ou oscillatoire entourée d’une zone externe homogène ou zonée. Certains prismes courts possèdent un noyau luminescent en contact net avec une partie externe à zonation oscillatoire.

 

Les résultats (>100) ont été obtenus pendant deux sessions différentes. Nous avons utilisé un faisceau laser de 30 μm et de 20 en raison des concentrations élevées en uranium et de la complexité des zircons. Un âge ancien a été obtenu à partir des analyses des noyaux et des zircons incolores. Les résultats analytiques montrent des rapports Th/U très variables (0,1 à 0,9) et une intensité du signal en 238U inférieure à 1 x 106 coups par seconde (cps). Le calcul de régression linéaire pour une vingtaine d’analyses a donné une intersection supérieure correspondant à un âge de 2952,2 ±3,8 Ma (MSWD = 0,65). L’analyse des zircons prismatiques de la population la plus importante a produit des rapports Th/U plus constants entre 0,05 et 0,3 et des signaux en 238U d’intensité moyenne compris entre 0,5 x106 et 2,5 x106 cps. Les résultats sont très dispersés avec des âges 207Pb/206Pb qui varient de 2765 Ma à 2834 Ma. Près de 60 résultats ont été utilisés pour un calcul de régression linéaire qui a livré un âge de 2804,6 ±5,1 Ma (MSWD = 5,4) interprété comme celui du gneiss. La modélisation bayésienne des mêmes données semble indiquer deux âges distincts à 2792,0 ±2,7 Ma et 2834,8 ±4,1 Ma, ce qui constitue une interprétation alternative. Finalement, les surcroissances montrent des rapports Th/U faibles (<0,2) et des âges 207Pb/206Pb plus jeunes que 2707 Ma. Sur le diagramme de probabilité-densité, cette population correspond à un âge moyen de 2676,3 ±4,7 Ma. Cet âge représente une moyenne et est interprété comme le résultat d’un évènement thermique associé à la mise en place d’une intrusion tardive.

Les résultats des analyses sont disponibles dans le SIGÉOM et accessibles en cliquant sur ce lien (voir fichiers Excel dans MB202005ADN001.zip).

 

Interprétation

L’âge de 2804,6 ±5,1 Ma pour la mise en place du gneiss tonalitique est cohérent avec l’hypothèse que le Complexe de la Hutte soit un dôme de roches plus anciennes entouré de roches supracrustales plus jeunes. Une autre datation réalisée dans le Complexe de la Hutte appuie cette hypothèse avec un âge de 2790,4 ±5,4 Ma (échantillon 2018-CS-4142A) (David, 2020a). Les roches volcaniques felsiques du Groupe du Lac des Montagnes (nAmo3) ont donné des âges de cristallisation aux alentours de 2713 Ma et de 2720 Ma (échantillons 2017-DB-1037B, 2017-RP-6096A, 2018-DB-1120A, 2018-EC-2155B) (David, 2020a et 2020b). Ces mêmes échantillons ont livré des âges d’héritage de 2798 Ma et 2781 Ma, sensiblement similaires à l’âge de mise en place du gneiss tonalitique. Ceci laisse supposer que les roches du Complexe de la Hutte seraient la source des zircons hérités dans les roches du Groupe du Lac des Montagnes. À titre de comparaison avec d’autres unités de socle mésoarchéen de type TTG de ce secteur de la Baie-James, des âges de 2820 +6/-3 Ma (Davis et al., 1994) et de 2833,5 ±3,0 Ma (David, 2020a) ont été obtenus au sein du Complexe de Théodat (Sous-province d’Opatica), ainsi qu’un âge de 2815,8 ±3 Ma au sein du Complexe de Champion (Sous-province de La Grande). Ces âges semblent indiquer que les roches du Complexe de la Hutte soient légèrement plus jeunes que les unités de socle de type TTG des sous-provinces adjacentes.

 

Auteurs

 

 

 

Rôle Nom Courriel Année
Géochronologie Jean David, géo., Ph. D. jean.david@mern.gouv.qc.ca 2017 à 2018
Échantillonnage et interprétation Daniel Bandyayera, géo., Ph. D. Daniel.Bandyayera@mern.gouv.qc.ca 2017
Coordination Francis Talla Takam, géo., Ph. D. francis.tallatakam@mern.gouv.qc.ca 2021

Références

 

Publications accessibles dans SIGÉOM Examine

DAVID, J., 2020a. Datations U-Pb dans les provinces du Supérieur et de Churchill effectuées au GEOTOP en 2018-2019. MERN, GEOTOP; MB 2020-01, 30 pages.

DAVID, J., 2020b. Datations U-Pb dans les provinces du Supérieur et de Churchill effectuées au GEOTOP en 2017-2018. MERN, GEOTOP; MB 2020-05, 29 pages.

 

Autres publications 

DAVIS, W.J., GARIÉPY, C., SAWYER, E.W., 1994. Pre-2.8 Ga crust in the Opatica gneiss belt: A potential source of detrital zircons in the Abitibi and Pontiac subprovinces, Superior Province, Canada. Geology; volume 22, pages 1111-1114. doi.org/10.1130/0091-7613(1994)022<1111:PGCITO>2.3.CO;2

 

 

 

 

 

31 mars 2021