2017-DB-1050A
 
Lithologie : Diatexite
Unité stratigraphique : Complexe de Rupert (nAru5)

Publiée le :  
 

 

 

Numéro d’échantillon : 2017-DB-1050A
Lithologie : Diatexite
Âge 1 (évènement) : 2688,3 ±4,7 Ma (métamorphisme)
Province géologique : Province du Supérieur
Subdivision géologique : Sous-province de Nemiscau
Unité stratigraphique : Complexe de Rupert (nAru5)
Feuillet SNRC : 32N08
Zone UTM NAD 83 : 18
Estant : 406421
Nordant : 5683438
Méthode d’analyse :

LA-HR-ICP-MS sur zircons (méthode d’analyse décrite dans le MB 2020-05, pages 29 et 30)

 

 

 

Géologie et description de l’échantillon

Le Complexe de Rupert est principalement constitué de roches métasédimentaires variablement migmatitisées associées à une faible proportion de roches métavolcaniques. Le Complexe de Rupert comprend cinq unités composées de :

  • amphibolite dérivée de basalte; présence locale de niveaux de tuf intermédiaire à felsique amphibolitisé (nAru1);
  • paragneiss à biotite et hornblende ± grenat avec <10 % de mobilisat (nAru2);
  • paragneiss à biotite et hornblende migmatitisé avec10 à 20 % de mobilisat (nAru3);
  • métatexite dérivée de paragneiss avec 20 à 50 % de mobilisat (nAru4);
  • diatextite dérivée de paragneiss avec 50 à 90 % de mobilisat (nAru5).

L’échantillon provient d’un affleurement décamétrique de diatexite à grenat (nAru5) caractérisée par la présence de niveaux centimétriques à décimétriques de paragneiss à grenat qui constitue de 10 % à 40 % de la roche. La diatexite est formée par des alternances de rubans ondulants de leucosome à schlierens de biotite-sillimanite et de rubans de mélanosome ou de résidu à biotite-grenat. Le leucosome est hétérogranulaire, pegmatitique par endroits.

 

Objectif de l’analyse géochronologique

La datation de cette unité permettra de déterminer à la fois l’âge maximal de déposition des séquences sédimentaires de la Sous-province de Nemiscau et l’âge de la migmatitisation.
 

Géochronologie

Les zircons sont tous passablement émoussés et forment deux types morphologiques. Un premier type est constitué de baguettes brunâtres, allongées et de grandes dimensions. Ces cristaux à section prismatique carrée présentent des microfractures ou des craquelures abondantes. Le second type morphologique, également abondant, regroupe des prismes incolores ou légèrement dorés, mais pas nécessairement translucides. Les cristaux peuvent être mixtes; ils présentent alors un noyau brunâtre allongé parallèlement à la structure ou de forme quelconque. Les noyaux brunâtres peuvent aussi être absents. Finalement, on reconnaît des cristaux brun foncé, xénomorphes et très arrondis.

En cathodoluminescence, l’ensemble des cristaux montre systématiquement une structure nébuleuse peu luminescente qui se superpose aux structures plus anciennes de type zonation oscillatoire. Les cristaux brunâtres sont caractérisés par une zonation en larges bandes parallèles partiellement oblitérée.

 

Deux sessions utilisant des diamètres de faisceau de 20 μm et 30 μm ont été effectuées pour l’analyse de plus de 70 cristaux. Les cristaux xénomorphes ont livré des âges apparents entre 2725 Ma et >2870 Ma. Ces analyses ont produit des signaux 206Pb et 238U intenses indiquant des concentrations très élevées en ces éléments. Plus de la moitié des analyses ont été effectuées à partir de prismes très allongés et brunâtres. Les âges apparents situés entre 2670 Ma et 2711 Ma sont très dispersés avec une distribution multimodale, ce qui semble indiquer la présence de plus d’un domaine d’âges. Les analyses effectuées avec un faisceau de 20 μm n’ont pas permis de résoudre ce problème. Un calcul de régression linéaire pour l’ensemble de résultats obtenus a permis d’établir une intersection supérieure représentant un âge de 2688,3 ±4,7 Ma (MSWD = 3,9) interprété comme l’âge de la diatexite. Finalement, une vingtaine d’analyses ont été produites à partir des zircons incolores. Les résultats se caractérisent par des rapports Th/U très faibles, généralement de <0,1, et des concentrations en 238U entre 1000 ppm U et 2000 ppm U. Un calcul de régression incluant ces 20 résultats a permis d’établir un âge de 2613 ±10 Ma (MSWD = 3,3). Cet âge ne serait pas associé à un évènement de cristallisation particulier, mais représenterait plutôt l’âge moyen des zircons associés à des fluides tardifs en système ouvert.

Les résultats des analyses sont disponibles dans le SIGÉOM et accessibles en cliquant sur ce lien (voir fichiers Excel dans MB202005ADN001.zip).

 

Interprétation

Le résultat à 2688,3 ±4,7 Ma obtenu pour l’échantillon 2017-DB-1050A est interprété comme l’âge de la fusion partielle de cette roche métasédimentaire, contemporaine au pic métamorphique régional. Les âges apparents entre 2725 Ma et >2870 Ma pourraient provenir de zircons détritiques. Les résultats recueillis n’ont pas permis de déterminer l’âge de déposition des sédiments; pour cela, d’autres datations sont nécessaires en utilisant des échantillons de roche moins migmatitisée.

 

Auteurs

 

 

 

 

 

 

 

 

Rôle Nom Courriel Année
Géochronologie Jean David, géo., Ph. D. jean.david@mern.gouv.qc.ca 2017 à 2018
Échantillonnage et interprétation Daniel Bandyayera, géo., Ph. D. Daniel.Bandyayera@mern.gouv.qc.ca 2017
Coordination Francis Talla Takam, géo., Ph. D. francis.tallatakam@mern.gouv.qc.ca 2021

Références

 

Publications accessibles dans SIGÉOM Examine

DAVID, J., 2020. Datations U-Pb dans les provinces du Supérieur et de Churchill effectuées au GEOTOP en 2017-2018. MERN, GEOTOP; MB 2020-05, 29 pages.

 

31 mars 2021